Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Orhan Pamuk [Turquie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Orhan Pamuk [Turquie]   Jeu 10 Oct 2013 - 10:52

Flibustière a écrit:
Neige, Orhan Pamuk, beaucoup aimé !
[...]
A quand le prochain roman d'Orhan Pamuk !
contente de lire ton commentaire...
et j'espère que tu vas tenter d'autres lectures de cet auteur, d'une voix tout à fait exceptionnelle...

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Orhan Pamuk [Turquie]   Lun 23 Déc 2013 - 15:38

j'en avais parlé à un collègue qui va régulièrement à Istanbul qu'il lui faudrait visiter le musée d'Orhan Pamuk... et voilà qu'il est revenu avec des petits cadeaux pour moi  aime 



faut vraiment que j'y aille!

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Orhan Pamuk [Turquie]   Lun 23 Déc 2013 - 18:47

kenavo a écrit:
j'en avais parlé à un collègue qui va régulièrement à Istanbul qu'il lui faudrait visiter le musée d'Orhan Pamuk... et voilà qu'il est revenu avec des petits cadeaux pour moi  aime 
Tu as des collègues drôlement sympas, dis !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Orhan Pamuk [Turquie]   Lun 23 Déc 2013 - 21:27

eXPie a écrit:
Tu as des collègues drôlement sympas, dis !
oui, il est vraiment un chou... déjà l'année  dernière il m'avait amené ce délicieux loukoum... à ce moment je lui avais parlé du musée... et il n'est pas trop dans la littérature, donc, il ne connaissait ni Pamuk ni ce musée... mais il y est allé pour me faire un plaisir, très touchée j'en suis!

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heyoka
Zen littéraire
avatar

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 29
Localisation : Suède

MessageSujet: Re: Orhan Pamuk [Turquie]   Lun 23 Déc 2013 - 22:26

Je soupçonne tes collègues d'être choux avec toi uniquement parce que toi même tu es un chou extra.

_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Orhan Pamuk [Turquie]   Lun 23 Déc 2013 - 22:30

honte dito!

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Orhan Pamuk [Turquie]   Lun 23 Déc 2013 - 22:45

D'ailleurs pour ton prochain avatar :

Spoiler:
 

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Orhan Pamuk [Turquie]   Mar 24 Déc 2013 - 6:43

Razz bon, faudra arrêter là... on est sur un fil auteur... il va y avoir un modo bientôt pour nous taper sur les doigts  diablotin 

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 49
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: Orhan Pamuk [Turquie]   Jeu 9 Oct 2014 - 18:36

Mon nom est rouge

Le livre commence par un meurtre. Le meurtre de Délicat. Pamuk nous fait découvrir petit à petit tous les personnages qui deviennent tour à tour les narrateurs. Le noir, secrétaire, rédacteur de différents Pachas revient après douze ans d’absence à Istanbul dont il a été chassé par son oncle qu’il avait offensé. Il était tombé amoureux de sa cousine shekuré, et lui avait déclaré sa flamme. Il reprend contact avec son oncle en espérant secrètement revoir Shekuré dont il a oublié le visage, mais à laquelle il pense chaque jour. Son oncle lui fait part de son projet d’élaboration d’un livre commandé par le Sultan. Ce livre comporterait un tableau blasphématoire peint à l’Européenne. Ce qui voudraient dire qu’il irait contre les préceptes, les codes, des grands maîtres d’Hérat. Les peintres d’Istanbul se devait de suivre ces préceptes, peindre de mémoire à partir des modèles des maîtres, comme à travers les yeux de Dieu. Un dessin faisait obligatoirement parti d’un livre, d’un conte. Il n’y avait pas de perspectives. Le sultan venait après Dieu, et se devait d’être le personnage le plus important du dessin, par exemple. Il n’y avait pas d’ombres non plus. Il n’y avait pas de dessin volant. Une image accrochée, un portrait était obligatoirement sujet d’adoration. On ne peignait pas les visages, on ne faisait donc pas de portrait. Les peintres, miniaturistes, ne devaient pas avoir leur propre style, apposé leur signature. Les Européens allaient contre tous ces préceptes.

Il y a donc d’un côté, ceux qui veulent aller vers une évolution de la peinture et qui sont attirés par ces peintures Européennes, et ceux qui veulent rester dans les traditions. Il ya cette oncle, qui va vers l’épanouissement et l’ouverture, et d’un autre côté en fond, certains peintres, qui attachéss aux traditions, préfèrent écouter le prédicateur Husret Hodja qui sait attiser les foules et les maintenir dans la peur, l’obscurantisme et Prône que la culture, la musique, la peinture , et particulièrement celle qui s’ouvrirait sur l’occident seraient impies.

L’oncle charge Le noir d’être le calligraphe de ce livre secret, et de retrouver l’assassin de délicat. Les circonstances vont faire qu’il sera dans l’obligation de retrouver cet assassin.

Je suis contente d’avoir lu ce bouquin qui m’a fait découvrir les peintres Turcs et leurs traditions au  16ème siècle. J’ai trouvé l’idée  sympa, de retrouver  l’assassin par les dessins qu’il aurait fait et le style, qu’il aurait malgré lui, laissé échapper. J’ai aimé aussi l’idée, qu’il a eu, de faire parler les personnages des  dessins, pour ridiculiser et mettre en lumière, avec plein d’humour, le grotesque de cette montée du fondamentalisme fanatique et certains de ses préceptes. Ce bouquin recèle énormément de renseignements historiques qui se confondent avec l’histoire de ces peintres, miniaturistes, enlumineurs. Tout est bien décortiqué et le récit est mené avec subtilité vers cette ouverture vers l’occident , honnie par certains. Parfois quelques longueurs, quand les personnages soliloquent un peu interminablement sur les différentes techniques de telle époque, avec tel maître d’atelier, à l’époque de tel sultan. Mais pour ceux qui voudraient faire plus de recherches, cela peut être une mine d’or.  

Extrait :

Moi le diable

Or, c’est là très précisément ce que font les Européens. Non, seulement, en effet, Ils s’attachent  à montrer, à rendre (si j’ose dire) tous les détails de ces seigneurs, de ces prêtres, ou riches marchands, et même de leurs femmes (couleur des yeux, texture de la peau, contours particuliers des lèvres, effets d’ombre d’un décolleté, rides au front, bagues aux doigts, et jusqu’au touffes de poils qui sortent des oreilles) mais ils placent en plein centre de leurs tableaux, accrochent ceux-ci aux murs, à l’instar de leurs idoles, comme si l’homme, cette créature, appelait à se prosterner devant lui, et attendait un culte. Or l’homme est-il une créature assez importante pour qu’on dessine tous ses détails, y compris son ombre ?


J'essaie de trouver une image perdue!  humeur

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan


Dernière édition par pia le Jeu 9 Oct 2014 - 20:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Orhan Pamuk [Turquie]   Jeu 9 Oct 2014 - 20:44

Tu n'as pas l'air complètement emballée, pia ? je me trompe ??

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Orhan Pamuk [Turquie]   Jeu 9 Oct 2014 - 20:55

shanidar a écrit:
Tu n'as pas l'air complètement emballée, pia ? je me trompe ??

J'ai eu la même sensation...

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 49
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: Orhan Pamuk [Turquie]   Ven 10 Oct 2014 - 16:06

Peut-être que je m’attendais à plus. Je m’attendais à une écriture peut-être plus « poétique » et à être plus émerveillée que ça. J’ai trouvé qu’il y avait des longueurs. Bon… ceci dit ce n´est pas un auteur que je mettrai de côté, j’ai tout de même aimé. Mais peut-être que je suis tombée sur le mauvais titre pour le découvrir ? Peut-être qu’un autre de ses livres m’aurait plus plu.

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Orhan Pamuk [Turquie]   Ven 10 Oct 2014 - 17:16

Même si j'avais aimé ce livre, qui était mon premier de l'auteur, moi aussi j'ai ressenti une petite pointe de déception, attendant un peu plus. En revanche, j'avais été pleinement convaincue par Neige, dans un tout autre registre.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 49
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: Orhan Pamuk [Turquie]   Sam 11 Oct 2014 - 17:27

Je retiens Neige alors! sourire

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avadoro
Zen littéraire
avatar

Messages : 3501
Inscription le : 03/01/2011
Age : 31
Localisation : Cergy

MessageSujet: Re: Orhan Pamuk [Turquie]   Mar 5 Mai 2015 - 20:02

Cevdet Bey et ses fils

J'ai été impressionné par l'ambition et l'ampleur de ce premier roman d'Orhan Pamuk, récemment traduit en français. La structure du récit rappelle forcément  Les Buddenbrook de Thomas Mann, puisque Pamuk s'attache à suivre un parcours familial sur trois générations, avec ses bouleversements intimes, ses espoirs, ses désillusions et ses contradictions. Il n'y a cependant pas de représentation d'un déclin linéaire, mais le constat d'un décalage permanent entre l'idéalisation d'une position sociale et la réalité des tourments historiques. La description de la Turquie du XXème siècle, bousculée par un changement perpétuel, est ainsi minutieuse et passionnante à travers trois moments-clés : l'attentat contre le sultan Abdulhamid II en 1905, l'aube de la seconde guerre mondiale (avec l'épisode méconnu de la rétrocession du sandjak d'Alexandrette, alors en Syrie mandataire, par la France) et le coup d'état militaire de 1971.

Cedvet Bey est un commerçant arriviste qui concrétise son succès par son mariage et l'influence de sa belle-famille. A l'écart des luttes de pouvoir, il incarne provisoirement une synthèse, un équilibre, sans pouvoir protéger une stabilité. La génération suivante est ainsi marquée par la recherche d'une radicalité artistique ou politique. L'aveuglement d'une bourgeoisie, à travers le poids des convenances, est alors toujours remise en cause même si Pamuk, au cours de l'épilogue, saisit un lien généalogique en forme d'apaisement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Orhan Pamuk [Turquie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Orhan Pamuk [Turquie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 8 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
-
» Manifestations en Turquie
» La Turquie autorise le port du voile à l'université
» Turquie : flore
» Ma collection!!! MAJ 26/12 PLEEEEIIIIN DE PHOTOS!!
» Un beau livre: Hungry planet : what the world eats

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature italienne, grecque et turque (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: