Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Antonin Artaud

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Marcelin Hogier
Espoir postal


Messages : 41
Inscription le : 30/09/2009

MessageSujet: l   Mer 4 Aoû 2010 - 9:05

Je termine en ce moment même L'affaire Artaud, Journal ethnographique, de Florence de Mèredieu (Fayard). Je ne connaissais d'Artaud que quelques textes de la période surréaliste et en avais l'image du poète fou. J'avais acheté ce pavé (600 et quelques pages) il y a longtemps et, l'été arrivé, je me lance, en ne sachant pas trop sur quoi j'allais tomber. Ce que raconte F. de Mèredieu est tout bonnement incroyable : prof de philo - esthétique - à Paris I, elle étudie notamment Artaud dans ses cours et dans les années 80, projette de publier un livre sur les dessins d'Artaud. Elle met ainsi le pied dans "l'affaire Artaud", qui a éclatée le jour de la mort de l'auteur, puisque ses amis vident sa chambre de tous les manuscrits. L'histoire de la publication des œuvres posthumes d'Artaud chez Gallimard est terrifiante : celle qui détient les manuscrits d'Artaud s'autorisant à recomposer les textes des années 1946-1948 (Artaud aura eu le temps de remplir plus de 500 cahiers d'écolier durant cette période, qui sont encore à plus de 95% inédits), en piochant d'un cahier à l'autre. C'est en tout cas une plongée dans la vie littéraire de la seconde moitié du XXe siècle à la fois passionnante et terrifiante. Sans doute que les aficionados d'Artaud connaissent l'histoire, mais personnellement, je suis tombé des nues. Pour ceux qu'Artaud intéresse, je vous conseille ce bouquin, parfois un peu redondant, mais comme le dit l'auteur, c'est parce que dans cette histoire, les choses se répètent inlassablement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche


Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Antonin Artaud   Dim 21 Nov 2010 - 19:55


Van Gogh le suicidé de la société

Citation :

« Je vois à l'heure où j'écris ces lignes, le visage rouge sanglant du peintre venir à moi, dans une muraille de tournesols éventrés,
Dans un formidable embrasement d'escarbilles d'hyacinthe opaque et d'herbages de lapis-lazuli.
Tout cela, au milieu d'un bombardement comme météorique d'atomes qui se feraient voir grain à grain,
Preuve que Van Gogh a pensé ses toiles comme un peintre, certes, et uniquement comme un peintre, mais qui serait,
Par le fait même,
Un formidable musicien. »

Dans Van Gogh le suicidé de la société, publié en 1947, quelques mois avant sa mort, Antonin Artaud frend au peintre un éblouissant hommage. Non Van Gogh n'était pas fou, martèle-t-il, ou alors il l'était au sens de cette authentique aliénation dont la société et les psychiatres ne veulent rien savoir. "Mais quelle garantie les aliénés évidents de ce monde ont-ils d'être soignés par d'authentiques vivants ?" (Aliénation et magie noire)


L'avant propos est légèrement inquiétant mais heureusement le texte lui même se révèle nettement plus lisible, même si le sens de certains passages mérite réflexion. Une écriture vivace d'apparence rageuse mais très douce, une sorte de grand écart démonstratif qui se resserre autour de plusieurs forme d'un même motif d'opposition du vrai et du tuant ? ... folie supposée et médecine improbable, réalité communément tangible et révélation de la peinture... la concrétisation, l'hommage donc, se fait dans la peinture mais ce motif pas loin d'être effrayant est comme la grande toile d'un cauchemar.

Je n'avais jamais lu Artaud et je connais peu Van Gogh que ce soit sa vie ou son œuvre qui me vient comme par à-coups... cette lecture m'a donc permis de découvrir une vision très précise et concrète de cette peinture, une peinture goûtée dans un absolu sans retenue, projetée hérissée de tous ses enjeux dans la plus parfaite actualité (le passage évoquant la tenue de l'exposition est très riche de sens). Il décrit ainsi la force vibrante et écorchée de l'inanimé, une transcendance de la simple peinture et du simple motif d'ailleurs choisis, et revient par ce chemin au sens et à une grandeur qui n'a plus vraiment de raison, une certaine normalité mais réalisée... L'attachement au peintre et à sa peinture est sincèrement poignant, pas tant dans la démesure qu'on peut trouver à la forme mais quelque chose de plus intime, face à de l'humain à nu presque étranger à une pudeur qui serait dévoilée grossière.

ça ébranle au fur et à mesure, après...

ça nécessite également de poursuivre vers cet auteur et regarder autrement la peinture.

très très grand merci à l'homme oiseau !

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche


Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Antonin Artaud   Lun 22 Nov 2010 - 22:11

pas directement celui auquel je fais référence dans mon commentaire (il y a des échos dans le texte), mais extrait :

Citation :
Une exposition de tableaux de Van Gogh est toujours une date dans l'hitoire,
non dans l'hitoire des choses peintes, mais dans l'histoire historique tout court.
Car il n'y a pas de famine, d'épidémie, d'explosion de volcan, de tremblement de terre, de guerre, qui rebrousse les monades de l'air, qui torde le cou à la figure torve de fama fatum, le destin névrotique des choses,
comme une peinture de Van Gogh, - sortie au jour,
remise à même la vue,
l'ouïe, le tact,
l'arôme,
sur les murs d'une exposition, -
enfin lancée à neuf dans l'actualité courante, réintroduite dans la circulation.
Il n'y a pas dans la dernière exposition Van Gogh, au Palais de l'Orangerie, toutes les très grandes toiles du malheureux peintre. Mais il y a parmi celles qui sont là, assez de défilés giratoires constellés de touffes de plantes de carmin, de chemins creux surmontés d'un if, de soleils violacés tournant sur des meules de blé d'or pur, de Père Tranquille et de portraits de Van Gogh par Van Gogh,
pour rappeler de quelle sordide simplicité d'objets, de personnes, de matériaux, d'éléments,
Van Gogh a tiré ces espèces de chants d'orgue, ces feux d'artifice, ces épiphanies atmosphériques, ce "Grand Œuvre" enfin d'une sempiternelle et intempestive transmutation.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche


Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Antonin Artaud   Mar 7 Déc 2010 - 22:15

Citation :
Invocation à la Momie


Ces narines d’os et de peau
par où commencent les ténèbres
de l’absolu, et la peinture de ces lèvres
que tu fermes comme un rideau

Et cet or que te glisse en rêve
la vie qui te dépouille d’os,
et les fleurs de ce regard faux
par où tu rejoins la lumière

Momie, et ces mains de fuseaux
pour te retourner les entrailles,
ces mains où l’ombre épouvantable
prend la figure d’un oiseau

Tout cela dont s’orne la mort
comme d’un rite aléatoire,
ce papotage d’ombres, et l’or
où nagent tes entrailles noires

C’est par là que je te rejoins,
par la route calcinée des veines,
et ton or est comme ma peine
le pire et le plus sûr témoin.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque


Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Antonin Artaud   Mar 7 Déc 2010 - 22:55

Content pour toi, Animal, comme toute lecture partagée.

Personnellement, j' aimais Van Gogh avant d' avoir lu Artaud, mais la lecture d' Artaud m' a fait
connaitre un Van Gogh que personne d' autre n' aurait pu me montrer.
Question d' empathie comme on dit. Artistes tous les deux, mais bien au delà de la felure.
Artaud dans sa vie malheureuse ne connut pas beaucoup de moments heureux.Et il était
beaucoup trop souffrant et hérissé pour avoir beaucoup d' amis.
Alors je pense qu' il a trouvé une parenté réelle avec Van Gogh.

J' ajoute, mais pas innocemment, que les Lettres à Théo de son frère Vincent éclairent aussi
beaucoup l' oeuvre du peintre.
Tiens un petit cadeau... meme pas cher, dans la collection l' Imaginaire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche


Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Antonin Artaud   Dim 16 Jan 2011 - 21:53

jeté un œil dans L'Ombilic des Limbes... je ne sais pas bien ce qui peut qualifier l'impression : immédiateté, précision ? plus qu'une violence il y a une sorte de justesse instantanée qui frappe, qui réveille une prémonition.

Citation :

Lettre à Monsieur le législateur de la loi sur les stupéfiants

Monsieur le législateur,

Monsieur le législateur de la loi de 1916, agrémentée du décret de juillet 1917 sur les stupéfiants, tu es un con.

Ta loi ne sert qu’à embêtere la pharmacie mondiale sans profit pour l’étiage toxicomanique de la nation parce que

1° Le nombre des toxicomanes qui s’approvisionnent chez le pharmacien est infime ;

2° Les vrais toxicomanes ne s’approvisionnent pas chez le pharmacien ;

3° Les toxicomanes qui s’approvisionnent chez le pharmacien sont tous des malades ;

4° Le nombre des toxicomanes malades est infime par rapport à celui des toxicomanes voluptueux ;

5° Les restrictions pharmaceutiques de la drogue ne gêneront jamais les toxicomanes voluptueux et organisés ;

6° Il y aura toujours des fraudeurs ;

7° Il y aura toujours des toxicomanes par vice de forme, par passion ;

8° Les toxicomanes malades ont sur la saciété un droit imprescriptible, qui est celui qu’on leur foute la paix.

C’est avant tout une question de conscience.

La loi sur les stupéfiants met entre les mains de l’inspecteur-usurpateur de la santé publique le droit de disposer de la douleur des hommes : c’est une prétention singulière de la médecine moderne que de vouloir dicter ses devoirs à la conscience de chacun.

Tous les bêlements de la charte officielle sont sans pouvoir d’action contre ce fait de conscience : à savoir, que, plus encore de la mort, je suis le maître de ma douleur. Tout homme est juge, et juge exclusif, de la quantité de douleur physique, ou encore de la vacuité mentale qu’il peut honnêtement supporter.

Lucidité ou non lucidité, il y a une lucidité que nulle maladie ne m’enlèvera jamais, c’est celle qui me dicte le sentiment de ma vie physique. Et si j’ai perdu ma lucidité, la médecine n’a qu’une chose à faire, c’est de me donner les substances qui me permettent de recouvrer l’usage de cette lucidité.

Messieurs les dictateurs de l’école pharmaceutique de France, vous êtes des cuistres rognés : il y a une chose que vous devriez mieux mesurer ; c’est que l’opium est cette imprescriptible et impérieuse substance qui permet de rentrer dans la vie de leur âme à ceux qui ont eu le malheur de l’avoir perdue.

Il y a un mal contre lequel l’opium est souverain et ce mal s’appelle l’Angoisse, dans sa forme mentale, médicale, physiologique, logique ou pharmaceutique, comme vous voudrez.

L’Angoisse qui fait les fous.

L’Angoisse qui fait les suicidés.

L’Angoisse qui fait les damnés.

L’Angoisse que la médecine ne connaît pas.

L’Angoisse que votre docteur n’entend pas.

L’Angoisse qui lèse la vie.

L’Angoisse qui pince la corde ombilicale de la vie.

Par votre loi inique vous mettez entre les mains de gens en qui je n’ai aucune espèce de confiance, cons en médecine, pharmaciens en fumier, juges en mal-façon, docteurs, sages-femmes, inspecteurs-doctoraux, le droit le disposer de mon angoisse, d’une angoisse ne moi aussi fine que les aiguilles de toutes les boussoles de l’enfer.

Tremblements du corps ou de l’âme, il n’existe pas de sismographe humain qui permette à qui me r’egarde d’arriver à une évaluation de ma douleur précise, de celle, foudroyante, de mon esprit !

Toute la science hasardeuse des hommes n’est pas supérieure à la connaissance immédiate que je puis avoir de mon être. Je suis seul juge de ce qui est en moi.

Rentrez dans vos greniers, médicales punaises, et toi aussi, Monsieur le Legislateur Moutonnier, ce n’est pas par amour des hommes que tu délires, c’est par tradition d’imbécillité. Ton igorance de ce que c’est un homme n’a ’égale que ta sottise à la limiter.

Je te souhaite que ta loi retombe sur ton père, ta mère, ta femme, tes enfants, et toute ta postérité. Et maintenant avale ta loi.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque


Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Antonin Artaud   Dim 16 Jan 2011 - 22:15

Antonin Artaud était-il "fou" ?
Il était malade en tout cas, il le savait et souffrait beaucoup. Il a pris délibérement de la drogue,
non pas pour dérègler ses sens, mais simplement pour moins souffrir...

Il prenait notamment du laudanum, je ne sais pas exactement ce que c' était sinon que les toubibs de
l' époque le prescrivaient.
Peut etre un mélange de cocaine ou d' opium ?

Aiu Mexique, je crois qu' il a pris du peyotl... Ce qui explique peut etre sa vision si particulière de ce
pays, déjà plutot hallucinant en soi ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Antonin Artaud   Lun 23 Mai 2011 - 20:13

Témoignage d'Henri Thomas, extrait du documentaire sur Artaud, réalisé par Gérard Mordillat et Jérôme Prieur ...

Sur ce fil : Henri Thomas




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Antonin Artaud   Lun 20 Juin 2011 - 21:08










Un ventre fin. Un ventre de poudre ténue et comme en image. Au pied du ventre, une grenade éclatée.
La grenade déploie une circulation floconneuse qui monte comme des langues de feu, un feu froid.
La circulation prend le ventre et le retourne. Mais le ventre ne tourne pas.
Ce sont des veines de sang vineux, de sang mêlé de safran et de soufre, mais d’un sang édulcoré d’eau.
Au-dessus du ventre sont visibles des seins. Et plus haut, et en profondeur, mais sur un autre plan de l’esprit, un soleil brûle, mais de telle sorte que l’on pense que ce soit le sein qui brûle. Et au pied de la grenade, un oiseau.
Le soleil a comme un regard. Mais un regard qui regarderait le soleil. Le regard est un cône qui se renverse sur le soleil. Et tout l’air est comme une musique figée, mais une vaste, profonde musique, bien maçonnée et secrète, et pleine de ramifications congelées.
Et tout cela, maçonné de colonnes, et d’une espèce de lavis d’architecte qui rejoint le ventre avec la réalité.
La toile est creuse et stratifiée. La peinture est bien enfermée dans la toile. Elle est comme un cercle fermé, une sorte d’abîme qui tourne, et se dédouble par le milieu. Elle est comme un esprit qui se voit et se creuse, elle est remalaxée et travaillée sans cesse par les mains crispées de l’esprit. Or, l’esprit sème son phosphore.
L’esprit est sûr. Il a bien un pied dans le monde. La grenade, le ventre, les seins, sont comme des preuves attestatoires de la réalité. Il y a un oiseau mort, il y a des frondaisons de colonnes. L’air est plein de coups de crayon, des coups de crayons comme des coups de couteau, comme des stries d’ongle magique. L’air est suffisamment retourné.
Et voici qu’il se dispose en cellules où pousse une graine d’irréalité. Les cellules se casent chacune à sa place, en éventail,
autour du ventre, en avant du soleil, au-delà de l’oiseau, et autour de cette circulation d’eau soufrée.
Mais l’architecture est indifférente aux cellules, elle sustente et ne parle pas.
Chaque cellule porte un œuf où reluit quel germe ? Dans chaque cellule un œuf est né tout à coup. Il y a dans chacune un fourmillement inhumain mais limpide, les stratifications d’un univers arrêté.
Chaque cellule porte bien son œuf et nous le propose ; mais il importe peu à l’œuf d’être choisi ou repoussé. Toutes les cellules ne portent pas d’œuf. Dans quelques-unes naît une spire. Et dans l’air une spire plus grosse pend, mais comme soufrée déjà ou encore de phosphore et enveloppée d’irréalité. Et cette spire a toute l’importance de la plus puissante pensée.
Le ventre évoque la chirurgie et la Morgue, le chantier, la place publique et la table d’opération. Le corps du ventre semble fait de granit, ou de marbre, ou de plâtre durcifié.
Il y a une case pour une montagne. L’écume du ciel fait à la montagne un cerne translucide et frais. L’air autour de la montagne est sonore, pieux, légendaire, interdit. La montagne a bien sa place dans l’âme. Elle est l’horizon d’un quelque chose qui recule sans cesse. Elle donne la sensation de l’horizon éternel.
Et moi j’ai décrit cette peinture avec des larmes, car cette peinture me touche au cœur. J’y sens ma pensée se déployer comme dans un espace idéal, absolu, mais un espace qui aurait une forme introductible dans la réalité. J’y tombe du ciel.
Et chacune de mes fibres s’entr’ouvre et trouve sa place dans des cases déterminées. J’y remonte comme à ma source, j’y sens la place et la disposition de mon esprit. Celui qui a peint ce tableau est le plus grand peintre du monde. A André Masson, ce qui lui revient.



( Extrait de "L’Ombilic des Limbes" (p. 65 à 66 ), suivi de Le Pèse-nerfs et autres textes/ NRF Poésie Gallimard)

Illustration : "Homme", toile d'André Masson qui inspira ce texte à Artaud, toile dont il fit l'acquisition.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Antonin Artaud   Mer 17 Aoû 2011 - 16:52

Texte d'introduction à L'Ombilic des Limbes :






Là où d'autres proposent des œuvres je ne prétends pas autre chose que de montrer mon esprit.
La vie est de brûler des questions.
Je ne conçois pas d'oeuvre comme détachée de la vie.
Je n'aime pas la création détachée. Je ne conçois pas non plus l'esprit comme détaché de lui-même.
Chacune de mes oeuvres, chacun des plans de moi-même, chacune des floraisons glacières de mon âme intérieure bave sur moi.
Je me retrouve autant dans une lettre écrite pour expliquer le rétrécissement intime de mon être et le châtrage insensé de ma vie, que dans un essai extérieur à moi-même, et qui m'apparaît comme une grossesse indifférente de mon esprit.
Je souffre que l'Esprit ne soit pas dans la vie et que la vie ne soit pas l'Esprit, je souffre de l'Esprit-organe, de l'Esprit-traduction, ou de l'Esprit-intimidation-des-choses pour les faire entrer dans l'Esprit.
Ce livre je le mets en suspension dans la vie, je veux qu'il soit mordu par les choses extérieures, et d'abord par tous les soubresauts en cisaille, toutes les cillations de mon moi à venir.
Toutes ces pages traînent comme des glaçons dans l'esprit. Qu'on excuse ma liberté absolue. Je me refuse à faire de différence entre aucune des minutes de moi-même. Je ne reconnais pas l'esprit de plan.
Il faut en finir avec l'Esprit comme avec la littérature. Je dis que l'Esprit et la vie communiquent à tous les degrés. Je voudrais faire un livre qui dérange les hommes, qui soit comme une porte ouverte et qui les mène où ils n'auraient jamais consenti à aller, une porte simplement abouchée avec la réalité.
Et ceci n'est pas plus une préface à un livre, que les poèmes par exemple qui le jalonnent ou le dénombrement de toutes les rages du mal-être.
Ceci n'est qu'un glaçon mal avalé.




(In L'Ombilic des Limbes suivi de Le Pèse-nerfs et autres textes/ Poésie Gallimard)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Antonin Artaud   Sam 7 Jan 2012 - 11:11








Je crois en une seule chose :

que l'homme n'est pas soumis à la nature mais qu'il est très capable de la soumettre et que c'est tout ce que cette pute attend.

Je ne crois pas en des valeurs spirituelles, parce que je ne crois pas avoir d'esprit, mais un corps,

et ma conscience c'est mon corps,

mon intelligence, c'est mon corps et rien de plus.


Je ne vois pas plus loin que

suer,

souffler,

siffler,

grincer,

trembler,

bramer,

zuter,

et aboyer.

Mes sentiments ne sont que le contre-coup d'un vieux heurt d'os, d'un déchirement organique,

d'ailleurs je n'en sais rien et je ne veux plus le savoir,

je ne veux absolument plus rien savoir,

j'ai mal de tout et j'en ai assez

et je pense que la pensée doit disparaître,

j'en parle dans un corps, avec des organes faux, fait pour l'esprit et par l'esprit,

j'en changerai comme d'un sale vêtement.

Moi qui ne crois pas à l'esprit,

pas à l'infini,

pas à l'éternité,

qui veux que les choses soient jugées de l'angle immédiat et intrinsèque de l'actualité nourricière

et qui crois qu'il y a toujours eu un corps

et que c'est de lui que tout est venu

et qui ne crois plus à la conscience

en plus,

moi qui veux que ce corps vive sans presse, sans arrêt et sans recours à une prise de conscience quelconque je serais un mystique ?


Merde alors.

Je ne peux pas pour finir être un mystique parce que je ne crois qu'à ce qui est et non à ce qui sera, je ne pense pas à ce qui sera, je ne pense qu'à ce qui est, quand je le fais, mais qui vient de ce que j'ai fait déjà un jour,

et jamais je n'ai regardé l'avenir,

mais le néant immédiat et présent,

mon corps présent venu du passé.

Ne plus rechercher pourquoi les choses sont obscènes et immondes à cause de ce qui s'est passé un jour et que j'ai oublié,

je m'en fous,

se battre, anéantir et créer dans le néant présent.




(In Artaud le Mômo)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile


Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 71
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Antonin Artaud   Sam 7 Jan 2012 - 18:08

respiration retenue en lisant, tellement le rythme est rapide !

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile


Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 25
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Antonin Artaud   Sam 7 Jan 2012 - 21:30

Bizarre, pas trouvé le rythme rapide pour ma part, mais ça chamboule. Encore un qui est capable de me parler. Ca me donne bien envie de relire Ombilic des limbes que j'avais dû rendre trop rapidement à la bibliothèque, et puis d'autres oeuvres aussi.

Ca fait du bien cette piqûre de rappel.

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Antonin Artaud   Lun 9 Jan 2012 - 12:41

Bédoulène a écrit:
respiration retenue en lisant, tellement le rythme est rapide !



La scansion quasi incantatoire peut effectivement donner cette impression, Bédoulène.


Citation :
Bizarre, pas trouvé le rythme rapide pour ma part, mais ça chamboule. Encore un qui est capable de me parler. Ca me donne bien envie de relire Ombilic des limbes que j'avais dû rendre trop rapidement à la bibliothèque, et puis d'autres oeuvres aussi.

Ca fait du bien cette piqûre de rappel.



"La véritable histoire d'Artaud le Mômo", film documentaire de Gérard Mordillat et Jérôme Prieur (édité chez Arte Vidéo), devrait pouvoir t'intéresser; ce double DVD incluant "En compagnie d'Antonin Artaud"(réalisé d'après l'ouvrage de Prevel), il te permettrait également de faire connaissance avec Jacques Prevel (le rôle d'Artaud étant tenu par le génial Sami Frey).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile


Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 25
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Antonin Artaud   Lun 9 Jan 2012 - 21:45

Constance a écrit:

Citation :
Bizarre, pas trouvé le rythme rapide pour ma part, mais ça chamboule. Encore un qui est capable de me parler. Ca me donne bien envie de relire Ombilic des limbes que j'avais dû rendre trop rapidement à la bibliothèque, et puis d'autres oeuvres aussi.

Ca fait du bien cette piqûre de rappel.



"La véritable histoire d'Artaud le Mômo", film documentaire de Gérard Mordillat et Jérôme Prieur (édité chez Arte Vidéo), devrait pouvoir t'intéresser; ce double DVD incluant "En compagnie d'Antonin Artaud"(réalisé d'après l'ouvrage de Prevel), il te permettrait également de faire connaissance avec Jacques Prevel (le rôle d'Artaud étant tenu par le génial Sami Frey).

C'est noté !

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Antonin Artaud   Aujourd'hui à 23:34

Revenir en haut Aller en bas
 
Antonin Artaud
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» LAURENT TERZIEFF
» Christophe Ginisty:coordinateur stratégie Internet
» Les Corsaires normands de Georges Dubosc (1898).
» eau du robinet ou en bouteille :Quelle eau choisir ?
» Des prénoms qui se ressemblent???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Poésie (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: