Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Pascal Quignard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 21 ... 39  Suivant
AuteurMessage
Chatperlipopette
Zen littéraire


Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 51
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Pascal Quignard   Mer 25 Avr 2007 - 14:31

Ce matin, j'ai pu constater qu'il y avait quelques titres de cet auteur à la médiathèque Very Happy Je vais pouvoir le lire bientôt: vous en parlez si bien que cela donne envie cat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Pascal Quignard   Jeu 26 Avr 2007 - 0:08

L'oeuvre de Pascal Quignard est large et variée...Les titres que nous avons évoqués jusque-là sont bien pour l'aborder...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
troglodyte
Main aguerrie


Messages : 342
Inscription le : 26/05/2007
Age : 46
Localisation : Strasbourg

MessageSujet: Re: Pascal Quignard   Dim 27 Mai 2007 - 8:03

La frontière
1992
moins de 90 pages !



. . Regardez ces magnifiques azulejos du palais Fronteira, non loin de Lisbonne, qui ont inspirés à M. Quignard une sanglante histoire d'amour du XVIIème siècle, dans laquelle on trouve un bassin des carpes à la St-Simon, un maître de musique comme dans Tous les matins du monde, une ablation comme dans l'Empire des sens de Oshima.
. . M. Quignard a le don de choquer : il commence sur un ton raffiné, doux, docte, puis tout à coup envoie un boulet de saleté dans la face endormie du lecteur, qui n'en croit pas ses yeux :
Citation :
. . Elle releva davantage ses jupes en poussant un soupir.
. . Le visage de Mademoiselle d'Alcobaça rayonnait. Les seins et le front rond étaient dorés. Les cheveux noirs se répandaient sur ses épaules et se relevaient ensuite vers le cercle de perles blanches qui les retenaient. Ses lèvres étaient deux taches de rouge et formaient elles-mêmes un arc de cercle tandis qu'elle poussait une part d'elle qui retombait sur la terre.
. . Comme dans les Ombres errantes (chap. XXXVIII)* parfois les choses se figent, sont vues à travers un cadre, sont dessinées puis peintes et l'on sort de l'histoire pour en contempler son tableau :
Citation :
Elle refusait qu'on repliât les volets de bois et restait dans une obscurité presque complète. Par l'interstice, elle suivait du regard le chargement d'une barque sur le Tage. Elle sanglotait. Elle voyait au loin un minuscule marchand qui roulait un dernier tonneau. Un marinier le plaçait sur sa barque. Puis il montait et poussait la longue rame. C'était le roi de la mort. Il gagnait le centre plus jaune du fleuve.
. . Si vous avez aimé Tous les matins du monde, ruez-vous sur La frontière ; vous allez vous régaler, parole d'exigeant lecteur !

. . .


___

* : Derrière l'épaule du passeur qui pesait de tout son corps sur sa gaffe dans le bassin du Roi, au Havre, très loin, à la limite des nuages, on voyait les silhouettes des navires anglais qui menaçaient les côtes d'une guerre de cent années.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chatperlipopette
Zen littéraire


Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 51
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Pascal Quignard   Dim 27 Mai 2007 - 22:05

Dans le cadre du swap littéraire organisé par une charmante blogueuse, ma Gentille Donatrice m'a envoyé un roman de Quignard "Carus". Dès que j'aurai fini mes lectures bibliothèque je me plongerai dans son univers drunken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Pascal Quignard   Lun 28 Mai 2007 - 22:06

troglodyte a écrit:
Si vous avez aimé Tous les matins du monde, ruez-vous sur La frontière ; vous allez vous régaler, parole d'exigeant lecteur !

Celui-ci, je vais me le lire à Lisbonne même à la fin de l'été... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chatperlipopette
Zen littéraire


Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 51
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Pascal Quignard   Dim 10 Juin 2007 - 22:03

J'ai fini "Carus"....

Je désirais découvrir Pascal Quignard depuis quelques temps et Moustafette (ma swappeuse et Gentille Donatrice) a exaucé mon souhait (encore merci au swap!).
J'avoue avoir été déconcertée par la teneur du roman, teneur très pointue, philosophique et souvent ardue à saisir. Peu à peu, le rythme prenant le dessus, je suis parvenue à « entrer » dans le récit et la lecture devint plaisir!
Comment parler de ce roman atypique?
Un groupe d'amis, intellectuels parisiens, se réunit, régulièrement, autour d'un excellent repas au cours duquel ils philosophent, discourent, disputent, vilipendent, crient et rient. Après le dessert, ils forment quatuors et trios pour jouer Mozart, Hayden, Fauré...Le narrateur, dont le lecteur ne connaîtra pas le nom, rapporte au fil des jours, les menus faits et grands discours avec plus ou moins de distance selon son humeur. La partie de l'histoire de ce groupe d'amis relatée se déroule sur une année et commence avec la dépression traversée par l'un d'entre eux: A. En effet, les personnages, les protagonistes sont de temps en temps désignés par leur patronyme mais plus souvent par leur initiale. Ce qui donne l'impression au lecteur de lire une partie du journal d'un homme du passé: lui connait les personnes et donc ne les désigne pas plus que cela tandis que le lecteur est en position d'observateur mis à distance. Il suit les déboires, les heurs et malheurs des uns et des autres, s'agace de leurs manies parfois ridicules, rit de leurs dissertations et de leurs joutes oratoires aussi futiles que pleines d'enseignements et s'ennuie de temps en temps lorsqu'ils s'écoutent parler.
Il m'a semblé que Pascal Quignard mélangeait avec subtilité plusieurs types d'écritures dans son roman: la forme la plus évidente est celle du journal, l'écriture diariste puisque le récit s'effectue au jour le jour. La durée est déterminée: une année ce qui permet de mettre en relation le contenu et la couverture (extrait des « Riches heures du duc de Berry, l'hiver »). Le narrateur indique au lecteur chaque changement de saison et parsème ses notes d'allusion saisonnière.
Il apparaît évident que Pascal Quignard fait sans cesse référence au « Banquet » de Platon: les réunions autour d'une table bien garnie où les discussions philosophiques fleurissent entre les convives en sont ses successeures. Chaque repas, souvent de poissons aux saveurs subtiles et goûteuses, annonce un discours sur la nature de l'amitié (sa source, son contenu), les différentes possibilités de combattre la dépression en faisant référence aux courants de la psychanalyse, la langue et ses subtilités arides et sévères (les disputes entre le grammairien puriste voire extrémiste et les autres sont édifiantes et relatées avec beaucoup d'humour et d'ironie), la peur de la mort et du vide, la naissance, la maternité et la paternité...
A certains moments, le lecteur a l'impression de lire un roman japonais: les riens de l'existence sont exhumés sous la plume tels des non-dits éclairant le récit. La narrateur ne manque jamais de souligner ce qu'il y a dans le vase posé dans l'entrée de chez A. et E. :



« Dans l'entrée, près du corridor, une bruyère un peu sèche, usée, que je n'avais pas remarquée la veille »



« Je passais rue du Bac. Dans le coin le plus obscur, à gauche du corridor, des fleurs mises à sécher, la tête en bas, aux hautes tiges et aux pétales blancs, dont j'ignorais le nom. »



« Dimanche 22 avril. Je passais rue du Bac vers quinze heures. Dans l'entrée, sur la commode proche du corridor, trois tulipes ochracées, acrimonieuses, raides. »

etc... Ces infimes remarques donnant le ton à la visite, à l'état d'esprit des personnages. Les petits riens qui disent beaucoup en restant muets. Ils permettent au lecteur peu habitué aux notions de philosophie de rester dans le rythme du récit, de ne pas en perdre trop le fil. Quignard distille aussi, au beau milieu des ergoties des convives, quelques détails sur les plats présentés à ces derniers. Et il est amusant de noter que l'ambiance est révélée par le choix des adjectifs ou des adverbes autour des mets dégustés.
Un roman étrange, complexe, qui entraîne le lecteur dans l'exploration d'un désarroi que l'on parvient à surmonter en étant entouré d'amis querelleurs, ergoteurs, pinailleurs, parfois insupportables mais soudés et tendant la main au bon moment. Les plaisirs de la table, de la chère, de la musique et des lettres, les plaisirs des belles choses de la vie, embellissent une vie minée par l'angoisse de n'être que vide, néant et proche de la mort. Une belle réflexion littéraire sur la vie, sur les êtres sociaux que nous sommes, où les références culturelles sont denses et exhaustives.
Un régal qu'il faut mériter car, parfois, l'envie de fermer le livre prend le lecteur fatigué des disputes intellectuelles tournant en rond.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Pascal Quignard   Dim 10 Juin 2007 - 22:14

C'est un des ouvrages qui sert souvent à caricaturer l'oeuvre de Quignard...A en faire une oeuvre quelque peu intello-chiante, bourrée de références auxquelles le commun des mortels n'a pas accès...
J'attendais ta critique avec impatience et je te remercie de l'avoir faite aussi fouillée ...
C'est un des livres de Quignard auquel je n'ai pas accroché du tout...
Je crois que c'est ton premier livre de cet auteur... tu n'as pas démarré par le plus accessible!
Entre "régal" et lassitude, tu n'as pas l'air pourtant de regretter cette lecture...
Si tu lis "Terrasse à Rome" ou "Tous les matins du monde" ou "Le nom sur le bout de la langue", tu vas nager dans le bonheur... :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chatperlipopette
Zen littéraire


Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 51
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Pascal Quignard   Lun 11 Juin 2007 - 19:27

En effet, je n'ai pas commencé par le plus facile Wink et je pense que les autres titres me feront du bien!!
je me suis accrochée jusqu'au bout. En fait, ce qui peut sembler paradoxal c'est que malgré la lassitude due à une lecture ardue, je ne pouvais m'empêcher de reprendre le roman et de continuer: peu à peu une addiction s'est mise en place....trop fort Mr Quignard, non? cat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
troglodyte
Main aguerrie


Messages : 342
Inscription le : 26/05/2007
Age : 46
Localisation : Strasbourg

MessageSujet: Re: Pascal Quignard   Lun 11 Juin 2007 - 21:27

. . Méfie-toi il est sorcier, il t'a envoûtée déjà semble-t-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chatperlipopette
Zen littéraire


Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 51
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Pascal Quignard   Lun 11 Juin 2007 - 22:45

Il est extraordinaire d'érudition et la qualité de son écriture indescriptible! J'aime ce type de littérarture même si je "rame" pour parvenir au bout du roman! Le côté "précieux" sans être ridicule est admirable et fait du bien: la langue française est maniée avec une maestria délectable.
Bref, oui, on peut e dire: je suis conquise!
D'après Moustafette, ma Gentille Donatrice, j'ai réussi mon initiation Quignardienne en allant au bout de "Carus"! drunken cat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Pascal Quignard   Lun 11 Juin 2007 - 22:54

Chatperlipopette a écrit:
Il est extraordinaire d'érudition et la qualité de son écriture indescriptible!

Comment résister à cela? :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Pascal Quignard   Lun 11 Juin 2007 - 22:55

troglodyte a écrit:
. . Méfie-toi il est sorcier, il t'a envoûtée déjà semble-t-il.

Et toi, Troglo, il t'a aussi envoûté? :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
troglodyte
Main aguerrie


Messages : 342
Inscription le : 26/05/2007
Age : 46
Localisation : Strasbourg

MessageSujet: Re: Pascal Quignard   Mar 12 Juin 2007 - 7:35

Chatperlipopette a écrit:
Le côté "précieux" sans être ridicule est admirable [...]
Là je ne suis pas d'accord. Selon moi il tombe parfois dans le ridicule.
Coline a écrit:
Et toi, Troglo, il t'a aussi envoûté?
Oui, ça peut se dire : il a réussi à m'étonner dans chacun des livres que j'en ai lu, il m'a appris beaucoup de choses dans l'étymologie, il a un rapport très riche et profond avec le verbe. Il apporte beaucoup au lecteur, il est généreux. Cependant, je maintiens que parfois il met le pied dans la flaque du ridicule, ce qui ne tue pas, heureusement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
swallow
Sage de la littérature


Messages : 1366
Inscription le : 06/02/2007
Localisation : Tolède. Espagne.

MessageSujet: Re: Pascal Quignard   Mar 12 Juin 2007 - 16:54

Independammnent de l´énorme pouvoir séducteur de son écriture, je lis Quignard comme je pratique le yoga : un véritable exercice vital qui me fait un bien fou, et presque une drogue à accoutumance :heart:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
troglodyte
Main aguerrie


Messages : 342
Inscription le : 26/05/2007
Age : 46
Localisation : Strasbourg

MessageSujet: Re: Pascal Quignard   Mar 12 Juin 2007 - 19:00

. . S'il y avait une secte française de lecture, il en serait le gourou car il est celui qui donne le plus envie de lire les oeuvres dont il parle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pascal Quignard   Aujourd'hui à 10:35

Revenir en haut Aller en bas
 
Pascal Quignard
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 39Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 21 ... 39  Suivant
 Sujets similaires
-
» MILLET PASCAL
» Pascal Duquenne
» Agneau Pascal: les autorités catholiques et juives boudent !
» [Professionnel] Pascal Piazzola
» Pascal Tabu Ley, dit «Seigneur Tabuley Rochereau», n’est plus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: