Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Gustave Flaubert

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



Gustave Flaubert - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Gustave Flaubert - Page 10 EmptySam 28 Sep 2013 - 13:05

Il peut y avoir un intermédiaire, une nuance entre un vocabulaire trop riche qui en va jusqu'à l'écoeurement et un style sorti d'une feuille de chou...
On ne peut pas dire par exemple que Kafka ait un vocabulaire particulièrement riche et pourtant tout y est subtile.
Revenir en haut Aller en bas
swallow
Sage de la littérature
swallow

Messages : 1366
Inscription le : 06/02/2007
Localisation : Tolède. Espagne.

Gustave Flaubert - Page 10 Empty
MessageSujet: Le STYLE de FLAUBERT.   Gustave Flaubert - Page 10 EmptySam 28 Sep 2013 - 20:20

JHB a écrit:

Je ne suis pas si certain que tant de préciosité dans l'usage des mots plaise à quelques personnes par ici
Je rejoins complètement l´opinion de SIGISMONG sur le style de Flaubert, et je dois être de ces "quelques personnes d´ici".
Citation :
La littérature, ne l'appauvrissons en la cantonnant au style journalistique basique et au français pour notes de service Gustave Flaubert - Page 10 Icon_lol 
Le style, celui qui m´émerveille, c´est celui de l´auteur qui s´en sort très bien quand il est aux prises avec les "qui", les "que" et les phrases longues.
Ce serait plus facile de faire court, C´est ce que font souvent ceux qui ne se sentent pas à la hauteur des contraintes d´une langue et qui optent pour louvoyer, de peur de faire lourdingue ou de massacrer la grammaire.
J´admire ces phrases qui peuvent occuper plus de 7 lignes ( en livre de poche), sans même un point virgule pour se ressaisir.
  FLAUBERT n´est jamais lourd, même quand il a l´audace de se mettre dans les complications de la phrase longue et tarabiscotée. Il retombe toujours sur ses pattes et accompagne courtoisement son lecteur jusqu'à la fin de l´énoncé, sans même l´avoir fatigué ni embrouillé ou impatienté. Proust sera le champion!
Un exemple:
"Croyant qu´il était de son devoir de prodiguer au médecin les plus de politesses possibles, à cause de sa position douloureuse, il le pria de ne point se découvrir la tête, lui parla à voix basse, comme s´il eût été malade, et même fit semblant de se mettre en colère de ce que l´on n´avait pas apprêté à son intention quelque chose d´un peu plus léger que tout le reste, tels que des petits pots de crème ou des poires cuites."
Autre exemple :
 (il s´agit du point de vue de Léon, futur amant d´Emma).
"Quant à la femme du pharmacien, c´était la meilleure épouse de Normandie, douce comme un mouton, chérissant ses enfants, son père, sa mère, ses cousins, pleurant aux maux d´autrui, laissant tout aller dans son ménage, et détestant les corsets;-mais si lente à se mouvoir, si ennuyeuse à écouter, d´un aspect si commun et d´un conversation si restreinte, qu´il n´avait jamais songé, quoiqu´elle eût trente ans, qu´il en eût vingt, qu´ils couchassent porte à porte, et qu´il lui parlât chaque jour, qu´elle pût être une femme pour quelqu´un, ni qu´elle possédât de son sexe autre chose que la robe."
Les 2 exemples, sont- vous avez deviné- extraits de Madame Bovary. C´est de la haute-voltige et c´est merveilleux!
Revenir en haut Aller en bas
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
jack-hubert bukowski

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 38

Gustave Flaubert - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Gustave Flaubert - Page 10 EmptyDim 29 Sep 2013 - 1:31

Sigismond a écrit:
eXPie a écrit:
Un auteur qui plaît à tout le monde, ça n'existe pas.
et on s'en réjouit, faire l'unanimité, quelle pauvreté, à ne souhaiter qu'à son pire ennemi chut !

jack-hubert bukowski a écrit:
Je ne suis pas si certain que tant de préciosité dans l'usage des mots plaise à quelques personnes par ici
Nous avons un léger point de divergence, à ce qu'il semble, sans jouer sur les mots: pour ma part j'y vois du raffinement et non de la préciosité, le mot rare et juste confine à la quête obsessionnelle chez Flaubert, et sert ses phrases si bien balancées. Il ne me semble pas que cet auteur, qui a soin d'amasser une documentation d'une ampleur considérable avant de se risquer à l'écriture, cherche le mot peu usité en potiche décorative de son paragraphe. Tout au contraire, celui-ci sert la justesse du propos, et il découle de la documentation; pour rester dans les extraits postés ce matin, ça ne m'a pas dérangé de me reporter à la note, ou à défaut à un dictionnaire ou à un moteur de recherches web pour, par exemple: Le joueur de kinnor,  sa longue simarre blanche, quelque phalarique , du bout de son cothurne, etc...

En fait, si vous me permettez de caricaturer un peu Laughing , plus ça va moins je supporte les auteurs qui écrivent comme parle le journal télévisé, un point tous les quatre mots et jusqu'à cinq phrases par ligne.
Deux cent cinquante mots de vocabulaire parfois teinté de néologismes jargonnants, la conjugaison réduite au présent, au futur simple, à l'imparfait et au passé composé.
La littérature, ne l'appauvrissons en la cantonnant au style journalistique basique et au français pour notes de service Laughing  !
Sigsimond : non, il n'y a pas de réelle divergences de vues. C'est plutôt un mauvais emploi de l'expression «préciosité». Je partage votre point de vue selon lequel il s'agit ici de raffinement.

Il y a documentation et documentation... le travail d'écrivain en nécessite mais parfois il vire de façon obsessionnelle. Il en faut, pour être un-e grand-e écrivain-e. Jean-Simon Desrochers le disait d'ailleurs dans l'atelier de prose que j'ai suivi la session dernière.

Quant au point de vue émis sur le style journalistique, je le partage tout à fait : j'y suis allergique.

swallow a écrit:
FLAUBERT n´est jamais lourd, même quand il a l´audace de se mettre dans les complications de la phrase longue et tarabiscotée. Il retombe toujours sur ses pattes et accompagne courtoisement son lecteur jusqu'à la fin de l´énoncé, sans même l´avoir fatigué ni embrouillé ou impatienté. Proust sera le champion!
Ouais... il faut aller jusqu'au bout de la quête prosaïque. J'imagine que ça vient avec le bagage des lectures apprises. Pour ma part, et c'est une constante que je remarque jusqu'à date, j'apprécie et suis plus sensible à la lecture poétique.

Jimmy a écrit:
On ne peut pas dire par exemple que Kafka ait un vocabulaire particulièrement riche et pourtant tout y est subtile.
Voilà un exemple de ce que j'apprécie observer dans les manifestations de langage et de littérature.

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
swallow
Sage de la littérature
swallow

Messages : 1366
Inscription le : 06/02/2007
Localisation : Tolède. Espagne.

Gustave Flaubert - Page 10 Empty
MessageSujet: Bombe à retardement.   Gustave Flaubert - Page 10 EmptyMar 29 Juil 2014 - 20:08

Je savoure cette image éblouissante que Julien Gracq accorde à Emma:

[...] En relisant ce roman, ce qui m'a frappé, ce n'est pas le ratage misérable des amours ou des fantasmes d'Emma, sur lequel Flaubert s'appesantit, c'est l'intensité de flamme vive qui plante son héroïne au milieu du sommeil épais d'un trou de Normandie, comme une torche allumée. Je suis plus sensible, à cette relecture au beau combat d'Emma qu'à sa défaite, qui n'est nullement dérisoire, comme on le dit trop souvent. Car, en somme, tout ce qu'il est possible de tenter, dans sa situation dès le début sans espoir, elle le tente, non sans hardiesse, et la passivité nostalgique et fascinée qui a gardé le nom de bovarysme n'a que très relativement à voir avec un esprit de décision qui, dans le livre, va plus d'une fois jusqu'à l'intrépidité. Finalement, dans les dernières scènes (où Flaubert, d'ailleurs, bascule ostensiblement du côté de son héroïne) la placidité bovine d'Yonville en est perturbée: cette flammèche de passion errante est à deux doigts de mettre le feu à un village pourtant si exemplairement ignifugé.
C'est cette fureur d'un vouloir-vivre effréné, lent à s'éveiller, couvant et finalement explosant dans la torpeur d'une bourgade comme une bombe à retardement, qui en définitive assure pour beaucoup la grandeur du livre
. [...]


Julien Gracq, En lisant, en écrivant, 1981.
Revenir en haut Aller en bas
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Gustave Flaubert - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Gustave Flaubert - Page 10 EmptyMar 29 Juil 2014 - 20:36

Tiens, je suis content d' etre d' accord avec Gracq. A la relecture, j' avais conclu qu' Emma Bovary
valait beaucoup  mieux que le milieu dans lequel elle vivait et qui l' a condamnée à mort.

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

Gustave Flaubert - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Gustave Flaubert - Page 10 EmptyJeu 31 Juil 2014 - 10:21

De même, je vous approuve... je suis presque toujours blessée quand je lis que le combat d'Emma était dérisoire. C'était une brave fille hein, dans le fond.

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
http://colimasson.over-blog.com/#
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Gustave Flaubert - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Gustave Flaubert - Page 10 EmptyJeu 31 Juil 2014 - 14:16

Forcément puisque nous sommes tous un peu des Mme Bovary finalement dans nos insatisfactions existentielles plus ou moins grandes. Roth exprime d'ailleurs également de très belles choses à ce propos dans Némésis. ça n'est pas pour rien que Flaubert disait (réalité ou légende?): "Mme Bovary, c'est moi".

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
pia
Zen littéraire
pia

Messages : 6473
Inscription le : 04/08/2013
Age : 51
Localisation : Entre Paris et Utrecht

Gustave Flaubert - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Gustave Flaubert - Page 10 EmptyJeu 31 Juil 2014 - 21:10

Il y avait eu à la radio "L'heure des rêveurs" une série d'émission sur Madame Bovary qui étaient bien sympas. Je vous mets deux liens, pour qui veut.

ici


_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
darkanny
Zen littéraire
darkanny

Messages : 7078
Inscription le : 02/09/2009
Localisation : Besançon

Gustave Flaubert - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Gustave Flaubert - Page 10 EmptySam 30 Aoû 2014 - 13:12

L'éducation sentimentale de Gustave Flaubert
Gustave Flaubert - Page 10 Flaube10

Voilà un bon gros roman du 19ème siècle comme je les aime.

Frédéric Moreau est un jeune homme de Nogent de 18 ans, bachelier.
On est en 1840, il aspire à tout, l'amour, une place dans la société, une vie intense parmi la société bourgeoise de l'époque.
C'est donc tout naturellement qu'il s'installe à Paris, conforté dans cette vie aisée par l'acquisition toute récente d'une somme léguée par son oncle, qui lui permettra non seulement de vivre confortablement mais d'épancher les dettes ou autres de ses relations multiples, amoureuse ou amicales.

On trouve dans ce livre tout un condensé de ce qui peut faire le tracé d'une vie, l'amour ou plutôt la passion amoureuse, la désillusion engendrée, l'échec pour parvenir à un but quel qu'il soit, le héros se révélant d'une vélléité peu commune.

Tous les personnages prennent sens et illustrent merveilleusement le climat de l'époque, tourmenté par le mouvement de 1848 qui s'annonce.

De la bourgeoise effacée en passant par la courtisane, du républicain qui ne demande qu'à en découdre, jusqu'à l'industriel entreprenant, on croise toute une galerie de personnages qui n'ont en commun à un moment donné que bas calculs et compromission.

Frédéric se perdra dans ce monde et ne fera pas grand-chose pour se "hisser", faible, indécis, amoureux, il n'avait pas tous les atouts.

Formidable étude de moeurs, ce livre se dévore et abonde en illustrations sur le contexte historique,  la vie parisienne dans les milieux aisés, et contient même de délicieux passages sur la campagne de Nogent ou de Fontainebleau.

Sans parler d'un guide foisonnant sur les rues de Paris, ses ponts, ses faubourgs, ses jardins.

Même si je me suis un peu perdue par moments sur des problèmes d'hypothèque, de créances ou autres, j'ai pris un immense plaisir à vivre un peu cette époque à travers un véritable roman d'apprentissage.

Merci Monsieur Flaubert.
Revenir en haut Aller en bas
pia
Zen littéraire
pia

Messages : 6473
Inscription le : 04/08/2013
Age : 51
Localisation : Entre Paris et Utrecht

Gustave Flaubert - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Gustave Flaubert - Page 10 EmptySam 30 Aoû 2014 - 20:12

Flaubert.... aime Il faut que je j'y repense...

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Gustave Flaubert - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Gustave Flaubert - Page 10 EmptySam 30 Aoû 2014 - 20:19

pia a écrit:
Flaubert.... aime Il faut que je j'y repense...

Ce serait une bonne idée. Wink

Merci pour le commentaire, Darkanny, j'aurais presque envie de le relire.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
pia
Zen littéraire
pia

Messages : 6473
Inscription le : 04/08/2013
Age : 51
Localisation : Entre Paris et Utrecht

Gustave Flaubert - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Gustave Flaubert - Page 10 EmptySam 30 Aoû 2014 - 20:28

Arabella a écrit:

Ce serait une bonne idée. Wink


oui

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
darkanny
Zen littéraire
darkanny

Messages : 7078
Inscription le : 02/09/2009
Localisation : Besançon

Gustave Flaubert - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Gustave Flaubert - Page 10 EmptyDim 31 Aoû 2014 - 11:32

N'hésitez pas.

Pour ma part, je vais aller voir sa correspondance.
Revenir en haut Aller en bas
Hanta
Agilité postale
Hanta

Messages : 723
Inscription le : 04/07/2014
Localisation : Vitrolles

Gustave Flaubert - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Gustave Flaubert - Page 10 EmptyJeu 23 Avr 2015 - 17:29

Dictionnaires des idées reçues

Très agréable lecture, mais trop courte, représentative d'une époque que Flaubert dépeint au travers d'un humour corrosif.
Ce dictionnaire, qu'il mit beaucoup de temps à rédiger, repoussant inlassablement son projet de rédaction est ponctué de définitions tantôt rayées pour en souligner la subversion, tantôt la mise en exergue d'une opinion courante de son époque.

Par exemple :
Flaubert a écrit:

Jansénisme : on ne sait pas trop ce que c'est, mais il est très chic d'en parler.

ou

Citation :
Corps : si nous savions comme notre corps est fait, nous n'oserions plus faire un mouvement.

Un petit humour léger et ironique, ainsi que beaucoup de connaissances sur la culture ou l'inculture de l'époque. Heureusement, les notes sont là il est facile de ne pas comprendre ou de passer à côté de ce à quoi Flaubert fait allusion.
Petit avertissement, il faut connaître les oeuvres de Flaubert car il y fait régulièrement mention soit de façon suggérée soit clairement en se citant.

Mon deuxième dictionnaire du genre après Bierce et je ne suis pas déçu.

Revenir en haut Aller en bas
marc et cie
Main aguerrie
marc et cie

Messages : 479
Inscription le : 01/12/2013
Age : 53
Localisation : lyon

Gustave Flaubert - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Gustave Flaubert - Page 10 EmptyJeu 23 Avr 2015 - 22:46

C'est vrai cela m'avait bien plu lorsque je l'avais lu. Je ne sais pas si un auteur contemporain s'y est essayé. Il y a sûrement matière à écrire un ouvrage de plusieurs tomes !
Revenir en haut Aller en bas
http://contespourleslutins.blogspot.fr/
Contenu sponsorisé




Gustave Flaubert - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Gustave Flaubert - Page 10 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Gustave Flaubert
Revenir en haut 
Page 10 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11, 12  Suivant
 Sujets similaires
-
» Flaubert.
» Le Havre - Rue de l'Épine des Trois Pierres > Gustave Brindeau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs nés avant 1915-
Sauter vers: