Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Shimazaki Aki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 8 ... 15  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Shimazaki Aki   Mer 28 Fév 2007 - 14:05




Aki Shimazaki, née en 1954 à Gifu, au Japon, réside depuis plusieurs d'années au Québec et écrit directement en français.

Elle est l'auteur d'une pentalogie parue entre 1999 et 2004, Le Poids des secrets et d'un roman qui vient tout juste de sortir, Mitsuba.

Bibliographie

Citation :
Index: (cliquez sur les numéros de page pour y accéder directement)

Le poids des secrets:
1999 Tsubaki, pages 1, 4, 5, 7, 10, 13
2000 Hamaguri, pages 1, 5, 7, 10  
2001 Tsubame, pages 2, 3, 4, 5, 7, 10  
2002 Wasurenagusa, pages 2, 3, 4, 5, 8, 10
2005 Hotaru, pages 2, 3, 4, 5, 10

Au coeur du Yamato:
2006 Mitsuba, pages 2, 4, 5, 8
2008 Zakuro, pages 8, 9
2010 Tonbo, page 13
2012 Tsukushi, page 13
2014 Yamabuki, page 14


2015 Azami, page 14
2016 Hôzuki, page 15

Citation :
mise à jour le 09/05/2016, page 15



Voici deux notes de mon blog consacrées aux deux premiers volets de la pentalogie, Tsubaki et Hamaguri.


Tsubaki est un roman aussi court que passionnant, à la fois intimiste et historique.
La narratrice en est une jeune femme d'origine japonaise, Namiko, vivant dans un pays non précisé, mais qu'on devine être le Canada. Sa mère, Yukiko, survivante de Nagasaki et exilée après la guerre dans ce pays, vient de mourir en lui laissant deux lettres, l'une adressée à un frère dont la narratrice ignorait l'existence, l'autre qui lui est destinée. Yukiko y confesse un meurtre, commis au Japon alors qu'elle était adolescente ...
Ce récit est pour la vieille dame un moyen de se libérer enfin du "poids des secrets" et d'éclairer les zones d'ombre d'une histoire familiale faussée par le mensonge. Pour Namiko c'est un retour aux sources, vers un pays où elle a peu vécu, et une famille dont elle ignore presque tout. Ce récit est également important pour le fils de Namiko, né d'un père américain et avide de témoignages sur la Seconde Guerre mondiale.
Avec une étonnante économie de moyens, Aki Shimazaki décrit plutôt brièvement le carnage de la bombe, mais fait planer son ombre sur tout le roman. C'est ce jour-là qui a infléchi le destin de Yukiko et donc de sa descendance...
Cette épure fait ressortir des images symboliques fortes, telles celle du camélia (tsubaki en japonais) qui donne son titre au roman. Tsubaki est la fleur préférée, emblématique, de Yukiko, celle qu'elle cultive dans son jardin canadien, et qui, après sa mort, continuera à fleurir sa maison et sa tombe. Elle peut représenter la beauté qui ne se délite pas dans la mort (la fleur du camélia tombe sans s'effeuiller), l'attachement aux racines japonaises malgré l'exil...Cette fleur charnue et rouge vif, à demi-fermée, au coeur dissimulé, pourrait être un écho aux sentiments des personnages et à la sensualité de certaines scènes, intenses et violents mais gardés secrets.
L'image reste malgré tout énigmatique, et cela convient très bien à ce roman qui, sans que vous sachiez exactement comment, capte votre attention dès les premières lignes et vous laisse impatient de lire la suite! Car Tsubaki est le 1er volume d'une pentalogie "chorale", évoquant la bombe atomique sur Nagasaki depuis cinq points de vue différents. Suivent Hamaguri, Tsubame, Wasurenagusa et Hotaru...
Aki Shimazaki, qui vit à Montréal depuis 10 ans, écrit directement en français. J'ai lu sur le net qu'elle avait "commencé à écrire pour apprendre le français". L'article relevait aussi son lapsus intéressant lorsqu'elle disait avoir "appris le français pour écrire"...

Tsubaki, Le poids des secrets / 1, Aki Shimazaki, 1999, Babel, 2005, 115 p.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Shimazaki Aki   Mer 28 Fév 2007 - 14:05



Je continue à découvrir la pentalogie d'Aki Shimazaki, Le poids des secrets, et je suis de plus en plus sous le charme!

Dans Tsubaki, Yukiko révélait qu'elle avait tué son père (je précise que ce n'est pas un spoiler, on l'apprend dès les 1es lignes...) après avoir fait une bouleversante découverte: le garçon qu'elle aimait ,Yukio, était en fait son demi-frère, dont son père avait toujours tu l'existence.
Le second volet, Hamaguri, reprend cette saga familiale, mais cette fois-ci avec le point de vue de Yukio, qui se révèle un personnage particulièrement attachant.
Le roman commence à Tokyo, alors que Yukio a 4 ans et qu'il vit seul avec sa mère, Mariko. Comme il est né hors-mariage et n'a pas de père, il subit les quolibets des gamins du voisinage ("tetenashigo!" bâtard). Mais il joue régulièrement au parc avec une fillette, dont le père , "ojisan"(=monsieur), semble être un ami de Mariko et lui rend souvent visite. Quand il ne vient pas Mariko est plongée dans une grande tristesse. Yukio et la fillette ,dont il ignore le nom, s'attachent l'un à l'autre au point de promettre de se marier devenus grands...Un jour, "ELLE" lui apprend un jeu:

Aujourd'hui, ELLE apporte des coquillages qui s'appellent hamaguri. ELLE les met par terre en deux rangs. Ils sont vraiment grands, mais toutes les dents de la charnière sont séparées. Je prends l'une des coquilles dans ma main. Nous les comptons en ordre [...]
En touchant à la dernière, ELLE crie:
- Vingt! Il y en a vingt en tout. On va jouer au kaïawase.
Je répète le mot que j'ai entendu pour la première fois:
- Kaïawase?
- Oui. Les règles du jeu sont très simples: trouver les deux coquilles qui formaient la paire originale. [...]
Je prends deux coquilles et j'essaie de les joindre, mais elles n'appartiennent pas à la même paire. Je les dépose par terre. ELLE continue. Puis, ce sera mon tour. Ainsi nous répétons le jeu jusqu'à ce que nous ayons reformé les dix coquillages.
Aujourd'hui, ELLE a trouvé sept paires et moi, j'en ai trouvé trois. ELLE m'a dit: "Chez les hamaguri, il n'y a que deux parties qui vont bien ensemble".


Puis Mariko se marie avec un autre homme qui adopte Yukio. Avant le départ de sa famille pour Nagasaki, Yukio rencontre une dernière fois ELLE, qui lui remet une paire de hamaguri scellée par un ruban de papier. A l'intérieur des coquilles elle a écrit leurs deux prénoms.
A Nagasaki, Yukio grandit sans jamais oublier la fillette, mais il perd les hamaguri. Adolescent, en pleine guerre, il rencontre Yukiko, dont les parents viennent d'emménager dans la maison mitoyenne...

La tonalité de Hamaguri est plus intimiste que Tsubaki. Le récit de Yukiko portait la marque de son caractère ferme et énergique, de son intérêt pour l'Histoire. La sensibilité de Yukio, très attaché aux femmes de sa vie ( Mariko, la fillette du parc, Yukiko), lui fait privilégier l'histoire personnelle, celle des liens familiaux et des sentiments, bouleversée à jamais par la guerre. Le 9 août 1945, le jour de la bombe, signifie surtout pour lui la perte de la femme aimée, mais aussi des retrouvailles aussi douloureuses que tardives, 50 ans plus tard.
Les hamaguri, coquillages jumeaux, sont une très belle (et double!) métaphore de la mémoire et de la nostalgie d'une moitié perdue,d'un double parfait, de son éternelle recherche...

Hamaguri, émouvant mais sans aucun gramme de mélo, peut donc vous arracher une petite larme (dur d'y résister à la fin ^^) mais vous gardera en haleine.
Car le personnage central de la pentalogie commence à se dessiner de plus en plus nettement: Mariko, la belle et mystérieuse mère de Yukio et maîtresse du père de Yukiko. Et elle semble détenir bien d'autres secrets de famille! Elle est la narratrice du volet suivant: Tsubame...
Que je vais m'empresser de lire bien sûr !!!

Hamaguri, Aki Shimazaki,2000, Leméac/Actes Sud, 109 p. Parution très récente en poche chez Babel.
Revenir en haut Aller en bas
sousmarin
Zen littéraire


Messages : 3021
Inscription le : 31/01/2007
Localisation : Sarthe

MessageSujet: Re: Shimazaki Aki   Mer 28 Fév 2007 - 14:35

Pour ma part, j’ai presque une phobie de livres aussi courts…faire 5 livres d’une centaine de pages plutôt qu’un de 500 pages, ce qui d’un certain point de vue peut se comprendre, sur un même sujet m’horripile…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée
avatar

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Shimazaki Aki   Mer 28 Fév 2007 - 14:57

sousmarin a écrit:
Pour ma part, j’ai presque une phobie de livres aussi courts…faire 5 livres d’une centaine de pages plutôt qu’un de 500 pages, ce qui d’un certain point de vue peut se comprendre, sur un même sujet m’horripile…

Sousmarin , nous sommes en complet désaccord alors! Laughing ...
Personnellement je redoute les pavés de 600 pages ,voire plus ,qui ont le don de m'angoisser presque ...:!:

Même Murakami qui m'a complètement séduite dans son Passage de la nuit m'a légèrement impatientée sur la fin , dans son Kafka sur le rivage..:|
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée
avatar

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Shimazaki Aki   Mer 28 Fév 2007 - 15:04

Découverts grâce à Nézumi (qui sait nous parler de ce qu'elle aime , et aussi attirée par leurs couvertures je dois avouer...) ,je les ai lus il y a quelque temps et n'ai pas été déçue! voilà de délicieux petits romans ,tout en finesse , pureté et élégance .

Une écriture très sobre mais profonde , peu d'artifices , des phrases simples et dépouillées mais qui n'en sont que plus intenses ...(particulièrement dans Hamaguri que j'ai peut-être préféré )

Ils se lisent tous deux très vite et on ne peut qu'être séduit par le charme particulier de cette saga dont l'histoire se révèle à l'envers et nous tient en haleine , narrée différemment dans les deux volets : Tsubaki ,par la voix de ces deux femmes ,la mère et sa fille , Hamaguri, de façon plus intimiste par celle du petit garçon ,devenu adulte à la fin du récit .

.Je ne peux que vous inciter aussi à vous y plonger et sans doute serez vous aussi charmés que nous par la délicatesse de l'écriture ... ❤
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Shimazaki Aki   Mer 28 Fév 2007 - 18:20

sousmarin a écrit:
Pour ma part, j’ai presque une phobie de livres aussi courts…faire 5 livres d’une centaine de pages plutôt qu’un de 500 pages, ce qui d’un certain point de vue peut se comprendre, sur un même sujet m’horripile…

En ce qui me concerne, ça dépend du style et du thème, je digère le gros pavé saignant comme la tranche de jambon 🐰

Cependant j'aurais du mal à imaginer cette pentalogie en un seul gros volume...Quelques raisons:
Je crois que ça irait plutôt à l'encontre de l'écriture de Shimazaki, d'une sobriété zen, épurée (attention je n'ai pas dit light Wink)...
Ca cadrerait mal aussi avec le propos: présenter cinq points de vue différents comme autant de pièces d'un puzzle, complémentaires mais bien distincts.
Et puis j'ai cru comprendre que Shimazaki avait commencé à écrire en complément de son apprentissage progressif du français. Ce doit être dur pour une non francophone à la base, si douée soit-elle, de se lancer dans un travail d'aussi longue haleine qu'un pavé de 500 pages.
Il y a peut-être aussi une influence culturelle: la nouvelle (ou plutôt la novella, court roman), est un format assez souvent choisi par les auteurs nippons.

@ Aérial: ravie de t'avoir convertie à Shimazaki et d'en lire à nouveau tes impressions! Il faut continuer notre prosélytisme cyclops . N'hésite pas à enchaîner sur la suite, tout aussi passionnante et agréable à lire. On continue à remonter dans le temps et un personnage-clé prend la parole.

Je te rejoins aussi sur Murakami ! J'ai préféré Le passage de la nuit, dont chaque page est réussie, à Kafka, un brin longuet sur la fin (qui m'a laissée sur ma faim en plus...)
Revenir en haut Aller en bas
Aeriale
Léoparde domestiquée
avatar

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Shimazaki Aki   Mer 28 Fév 2007 - 19:00

Nezumi a écrit:
Je crois que ça irait plutôt à l'encontre de l'écriture de Shimazaki, d'une sobriété zen, épurée (attention je n'ai pas dit light Wink)...
Ca cadrerait mal aussi avec le propos: présenter cinq points de vue différents comme autant de pièces d'un puzzle, complémentaires mais bien distincts.

Je pense comme toi Nazumi , à savoir qu'effectivement le style épuré à l'extrème (surtout dans le second volet) nécessite des livres spécifiques ,d'autant plus que la façon de transcrire leur vision des choses est très différente dans ces deux histoires ..

Personnellement , j'ai vraiment apprécié cette sobriété de ton ,et j'en redemande !
Alors bien sûr , je vais m'attaquer à la suite que tu mentionnes car là ,après 2 gros morceaux (Histoire de l'amour et donc Murakami ) j'ai besoin de quelque chose de plus léger ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Shimazaki Aki   Mer 28 Fév 2007 - 20:53

Nezumi a écrit:
Je te rejoins aussi sur Murakami ! J'ai préféré Le passage de la nuit, dont chaque page est réussie, à Kafka, un brin longuet sur la fin (qui m'a laissée sur ma faim en plus...)

Pour rétablir un équilibre...je rappellerai (je crois que je l'ai déjà dit:) ) que mon préféré est Kafka sur le rivage...
Et je ne vais pas tarder à commander les Aki Shimazaki...Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Shimazaki Aki   Mer 14 Mar 2007 - 17:32

Ce soir, c'est décidé, je me lance dans Tsubaki! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Shimazaki Aki   Ven 16 Mar 2007 - 0:10

coline a écrit:
Ce soir, c'est décidé, je me lance dans Tsubaki! Very Happy

Comme je l'ai déjà dit sur un autre fil, je n'en ai fait qu'une bouchée...115 pages, c'est trop vite lu!

Nezumi a dit l'essentiel sur ce roman (1er volume du Poids des secrets).
Je l'ai trouvé très agréable à lire...mais pas exceptionnel au niveau de l'écriture. Bien, mais sans plus.
Petite révision historique au passage...et un point de vue sur la guerre américano-japonaise et les bombardementsd'Hiroshima et Nagasaki.

Je commencerai ce soir (avec envie!) le volume2: Hamaguri.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée
avatar

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Shimazaki Aki   Ven 16 Mar 2007 - 9:13

Je ne sais pas ce que tu vas penser de "Hamaguri ",Coline...Je l'avais découvert en premier et le charme a opéré tout de suite . Peut-être plus que si j'avais lu dans le bon ordre , à savoir "Tsubaki " en premier .

J'ai en effet été captivée par cette écriture épurée à l'extrème , cette finesse dans les mots , cette délicatesse dans la perceptions des sentiments des 2 enfants , ce secret qui les relie , bref ...Une plongée dans un univers tout en subtilité : j'avais adoré !
J'ai un peu moins retrouvé celà dans le tome 2 , mais l'envie d'en savoir plus a réellement fonctionné ...:arrow:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Shimazaki Aki   Ven 16 Mar 2007 - 13:41

Si les 2 premiers vous plaisent, je vous encourage vivement à lire la suite!

D'abord parce qu'on va de révélation en révélation sur les secrets de cette famille, presque autant que dans une "saga de l'été" à la TV, la subtilité et la vraisemblance en plus Razz .

Et puis parce qu'après avoir lu les 5 volumes, l'histoire prend un relief étonnant. On se rend compte que la construction de cette pentalogie est vraiment aboutie, le jeu des correspondances fonctionne bien.
Je vais faire une note dans mon blog (quand j'aurai rattrapé mon retard chronique dans les chroniques Rolling Eyes ) que je posterai ici.

Pour l'écriture, c'est vrai que l'on peut se demander si cette simplicité tient aux limites linguistiques de Shimazaki ou bien participe d'une esthétique "zen" voulue... Mais bon, le résultat est quand même bluffant je trouve.
Je vais lire le dernier-né de Shimazaki, Mitsuba. Je verrai si son style a évolué ...
Revenir en haut Aller en bas
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Shimazaki Aki   Ven 16 Mar 2007 - 14:56

Nezumi a écrit:
Pour l'écriture, c'est vrai que l'on peut se demander si cette simplicité tient aux limites linguistiques de Shimazaki ou bien participe d'une esthétique "zen" voulue...


Je suis un peu sceptique sur l'esthétique Zen...


Dernière édition par le Mar 20 Mar 2007 - 14:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée
avatar

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Shimazaki Aki   Ven 16 Mar 2007 - 18:56

Nezumi a écrit:
Si les 2 premiers vous plaisent, je vous encourage vivement à lire la suite!
(... )
Je vais lire le dernier-né de Shimazaki, Mitsuba. Je verrai si son style a évolué ...

Je vais commander les autres effectivement,car ils ne sont pas en stock et j'ai très envie de connaître le dénouement.

Pour ce qui est de Mitsuba ,je l'ai lu mais ne l'ai pas chroniqué , j'ai dû oublier ..Je vais attendre que tu le fasses ,car tu es nettement plus douée que moi Nezumi !Very Happy
Ce que je peux t'en dire c'est que j'ai tout de même nettement préféré" le Poids des Secrets "et que celui-ci ne m'a pas vraiment marquée ..

En gros le récit d'un jeune cadre dynamique japonais dont la promotion à l'étranger survient alors qu'il tombe amoureux d'une jeune fille ...Ce livre reflète en fait l'assujetissement et l'oppression qui existent dans les grosses sociétés japonaises ,les rapports de force qui en résultent et la difficulté pour chaque employé de résister à cette machine broyeuse d'individus afin de se construire une vie propre .

J'ai trouvé en fait le sujet un peu effleuré , trop court et sans grande consistance finalement.
Vous me direz ce que vous en avez pensé toutes les deux ! ...:)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Shimazaki Aki   Mar 20 Mar 2007 - 14:08

Voici ce que je trouve aujourd'hui à propos de cette langue d'Aki Shimazaki: elle dit pouvoir écrire 1000 pages par la suite minutieusement épurées pour n'en retenir que 150.
«J'aime écrire très simplement, les phrases courtes et concentrées comme les haïkus en japonais.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Shimazaki Aki   

Revenir en haut Aller en bas
 
Shimazaki Aki
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 15Aller à la page : 1, 2, 3 ... 8 ... 15  Suivant
 Sujets similaires
-
» Mitsuba de Aki Shimazaki
» "Au cœur du Yamato" de Aki Shimazaki (Pentalogie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature asiatique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature japonaise-
Sauter vers: