Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Darren Aronofsky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 7, 8, 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Darren Aronofsky   Mar 7 Aoû 2012 - 11:23

Puisque je vois que Black Swan a déjà été abordé ici, je ne posterai donc pas la fiche promise, ça n'aurait que peu d'intérêt de faire une redite. Pour ma part, je ne suis pas trop branchée Natalie Portman habituellement (et même pas du tout) et en plus un film sur la danse, ça promettait pour une bonne soirée bien soporifique. A ma grande surprise, non. J'étais un peu agacée au départ par le côté "nunuche" de Nina avant de m'apercevoir qu'elle était en fait complètement enfermée et inexpérimentée de la vie (et que ça pouvait avoir son intérêt par la suite). On nous montre une femme dominée par le modèle assez judéo-chrétien d'une mère autoritaire. Ce qui annihile tout développement de la personnalité chez cette jeune femme. Et pourtant, pour se libérer et laisser son coté extraverti prendre le dessus, elle doit partir a la découverte de ses sens. La scène où elle se masturbe dans sa chambre, prend du plaisir et finit par sursauter en voyant sa mère endormie à coté de son lit est un parfait exemple. La figure de la mère domine les instincts de la fille. Et pas parce que la mère le lui interdit.
De plus, j'ai eu comme l'impression qu'elle et Lily étaient en fait, symboliquement, les deux facettes d'une même personne, dont l'une "pervertit" l'autre pour se révéler. Ce que j'aime aussi, c'est cette recherche de la perfection, jusqu'à la folie et à la presque-manipulation mentale du spectateur. C'est un film très riche psychologiquement.
J'ai beaucoup apprécié. Mais beaucoup moins le battage médiatique tout autour.
Revenir en haut Aller en bas
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Darren Aronofsky   Jeu 25 Avr 2013 - 14:04



The Wrestler

Un film qui fonctionne sur l'émotion. Le drame.
Ce looser pathétique qui rame dans la vie à gagner 3 écus en s'en prenant plein la tronche, qui vit dans une caravane, qui a pour pote une strip teaseuse, et qu'on sent à deux doigts de finir à la rue, tout seul, paumé, lorsqu'il a une crise cardiaque et que son médecin lui dit d'arrêter le catch.

Pitch tire-larme à souhait.
Surtout qu'on peut rajouter que le gars à un contact trop cool, humain et sympa avec les clients du supermarché pour lequel il bosse un peu, qu'il a une fille craquante qui n'est pas contre avoir un père mais celui-ci foire tout (on n'échappe pas à la jolie scène des retrouvailles, où on se dit que là tout est possible, un nouveau démarrage... etc).

La gueule de Rourke fait peur. Immonde, avec tous ses muscles et son visage boursouflé. il semble complètement prisonnier de son corps, engoncé, rien que ses gestes pour remettre ses longs cheveux blonds décolorés en arrière donne l'impression d'une fausseté, d'un problème anatomique qui rend la chose la plus non naturelle du monde.

Selon sa sensibilité, on pourra pleurer à chaudes larmes devant ce film bien ancré dans la mouvance film indé, images d'une ville grisâtre, grain d'authenticité, rythme tremblant. Ou trouver que c'est un poil too much, que ça manque de peps, d'originalité, et de profondeur.

Le genre de film qu'on a vu 150 fois, mais qui n'est pas dénué d'une tendresse qui rend un chouia attachants ces personnages en marge de l'existence, qui ont du mal.

Qu'il est eu autant de prix n'est pas surprenant, mais plutôt dommage...
Un parfait film de soirée tranquille, ou d'après-midi brumeuse.



animal a écrit:
pas mal non plus sur la BO (un fil qui s'ouvre sur du Quiet Riot et qui nous sert du Accept plus tard, c'est pas tous les jours).

Ah, ça, j'ai tout de suite pensé à toi quand j'ai entendu les chansons de vieux hard passer !


_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Darren Aronofsky   Jeu 25 Avr 2013 - 15:54

Rourke m' a fait penser à Iggy Pop. Lui aussi a fait des combats en trop. Des concerts en trop. Où il était forcé de se jeter dans la foule de ses groupies, alors que ça devenait de moins en moins oriiginal pour lui. Une routine qu' on le forçait à répéter de concert en concert. Pas ou plus de spontanéité et la fatigue évidente de ses vieux muscles...

Il en parle très bien dans le docu qu' Arte lui a consacré récemment.


_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Darren Aronofsky   Jeu 25 Avr 2013 - 20:13

j'ai jeté un œil au milieu de mes recherches d'images et je me demande si ça n'irait pas mieux qu'à la vision cinéma à la sortie... peut-être que les gros effets sont moins gros sur petit écran (et qu'en faisant un peu autre chose les sempiternels plans de dos sont moins envahissants) ?

Le parallèle entre les deux corps est pas trop mal arrangé.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Darren Aronofsky   Dim 30 Juin 2013 - 3:10


J'aime beaucoup la façon dont Babelle a parlé de ce film à la première page de ce fil ( Babelle, tu es où???Tu me manques!!!).
J'ai beaucoup de retard en cinéma , mais ce film, c'est volontairement, pour des raisons personnelles, que je n'avais vraiment pas envie de le voir. J'ai pris mon temps, mis de la distance. Et l'ai vu hier.

Babelle a écrit:
Le seul film traitant de la drogue sans être ni partisan ni moralisateur.
Je n'ai pas la culture cinématographique nécessaire pour dire que c'est le seul, mais c'est vrai que ce film est tout sauf cela. Comme je n'ai pas lu le livre de Selby, je ne peux pas dire non plus si lui appartient en propre, ou au réalisateur, cette brillante idée de mise en parallèle des addictions .
Et surtout...comment se poser en juge, ou même vouloir installer une distance  devant ce film de regards, les regards désespérés de la fantastique Ellen Burstyn, de la jeune Jennifer Connelly, et de ces deux garçons ..



Sur le fil de Selby, relu hier, Shanidar emploie le mot " compassion" en parlant de Last exit to Brooklyn. Devant ce film, on ne peut qu'éprouver de la compassion. Souffrir avec eux . Et finir en pleurs devant toute cette souffrance.

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heyoka
Zen littéraire
avatar

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 29
Localisation : Suède

MessageSujet: Re: Darren Aronofsky   Dim 30 Juin 2013 - 10:37

Tu me donnes très envie de le revoir Marie. J'ai ce film en tête depuis quelques semaines mais là, c'est le coup de grâce, il faut que je le vois.

_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esperluette
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1660
Inscription le : 09/04/2012

MessageSujet: Re: Darren Aronofsky   Dim 30 Juin 2013 - 19:32

Embarassed 

Je ne connais pas ce film et très peu le réalisateur. J'ai vu par contre The Wrestler et je me souviens être passée par tout un tas d'émotions diverses, notamment lors des scènes de combat à la limite de l'insupportable.

Pourquoi pas visionner un autre film pour me faire une idée plus précise de ce réalisateur.

Merci pour vos commentaires, les Parfumés!

flower 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Darren Aronofsky   Lun 1 Juil 2013 - 21:16

Merci pour le commentaire... j'ai le souvenir d'un film exceptionnel.

Esperluette, n'hésite pas à le regarder. The wrestler fera pâle figure à côté !

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Heyoka
Zen littéraire
avatar

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 29
Localisation : Suède

MessageSujet: Re: Darren Aronofsky   Ven 12 Juil 2013 - 16:51

Heyoka a écrit:
Tu me donnes très envie de le revoir Marie. J'ai ce film en tête depuis quelques semaines mais là, c'est le coup de grâce, il faut que je le vois.
Sitôt dit, sitôt fait. Et merci Marie parce que j'avais oublié à quel point ce film est percutant. Pour des raisons personnelles, moi aussi, il me renvoie à un flot d'émotions contradictoires et j'apprécie d'autant plus l'aspect non-partisan et non-moralisateur. Je me souvenais de certains passages du film, comme des flashs mais j'avais totalement oublié la trame du film et cette superbe mise en parallèle des différentes addictions. Je l'avais certainement découvert trop jeune pour ajuster ma vision et voir au-delà des images crues, criantes de vérités.


Marie a écrit:
Et surtout...comment se poser en juge, ou même vouloir installer une distance  devant ce film de regards, les regards désespérés de la fantastique Ellen Burstyn, de la jeune Jennifer Connelly, et de ces deux garçons ..
Tout est dit.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Darren Aronofsky   Ven 12 Juil 2013 - 18:41

En film non moralisateur il y a Trainspotting qui vaut le détour. Mais rien que pour la jolie Connelly RFAD vaut le détour. Et pour les filles ou les hommes hein chacun ses goûts y a aussi Leto...
Revenir en haut Aller en bas
Heyoka
Zen littéraire
avatar

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 29
Localisation : Suède

MessageSujet: Re: Darren Aronofsky   Ven 12 Juil 2013 - 18:43

eXistenZ a écrit:
En film non moralisateur il y a Trainspotting qui vaut le détour. Mais rien que pour la jolie Connelly RFAD vaut le détour. Et pour les filles ou les hommes hein chacun ses goûts y a aussi Leto...
Leto dans un tout autre contexte, je le trouve très séduisant mais dans ce film là... Transpotting est excellent aussi, c'est vrai mais beaucoup moins touchant.

_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Darren Aronofsky   Dim 14 Juil 2013 - 20:01

eXistenZ a écrit:
En film non moralisateur il y a Trainspotting qui vaut le détour. Mais rien que pour la jolie Connelly RFAD vaut le détour. Et pour les filles ou les hommes hein chacun ses goûts y a aussi Leto...

J'avais trouvé Trainspotting beaucoup moins percutant, et plus moralisateur pour le coup...

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Heyoka
Zen littéraire
avatar

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 29
Localisation : Suède

MessageSujet: Re: Darren Aronofsky   Mer 24 Juil 2013 - 19:15

Darren Aronovsky est l'élu d'un de mes cycles pour la simple et bonne raison que ce réalisateur me laisse souvent pantoise d'admiration. Je sors de ses réalisations éprouvée, émue, fascinée, déconcertée... Il fait quelque chose dans ma tête, pique, gratte, rogne et comme si ça ne suffisait pas, il sait aussi pertinemment ébranler mes cordes sensibles. Même l'unique bébé filmique de son cru qui m'a laissé une impression moyenne (The Fountain) a réussi à me retourner le cerveau pendant des jours et des semaines. Ce type est exaspérant en fait.  



Citation :
Max, brillant mathématicien, souffrant de migraines intolérables, est néanmoins sur le point de faire la plus grande découverte de sa vie : décoder la formule numérique qui se cache derrière le marché des changes. C'est alors que tout bascule dans un immense chaos. Il est a la fois poursuivi par une grande firme de Wall Street qui souhaite dominer le monde de la finance, et par des cabalistes qui tentent de percer les mystères enfouis derrière les nombres secrets.

Une belle découverte inattendue.

Pourtant, au départ, c'était mal barré. J'étais réticente, j'ai fait traîner les choses, sûre et certaine de m'ennuyer mais Pi cache bien son jeu. Une quête philosophique captivante menée par un acteur principal né pour ce rôle + une ambiance "technico-mystique" travaillée et soignée dans les moindres détails = un premier film éblouissant de maturité !

Il arrive à rendre mal à l'aise le spectateur avec une atmosphère malsaine, comme si les migraines de Max nous étaient transmises par empathie. On flirte avec les limites du désagréable sans jamais dépasser la ligne invisible, en prise avec une fascination intensément troublée annonçant les prémices de Requiem for a dream.

Je me suis perdue avec délectation dans ces mystérieuses lignes mathématiques codant les vérités de notre Univers. En dehors de la dimension spirituelle qui me dépasse (et de loin), je n'ai pas vraiment de critique à formuler si ce n'est qu'il n'est pas à mettre entre toutes les mains... Mais si vous vous sentez d'attaque pour cette expérience audiovisuelle, n'hésitez pas à vous embarquer dans ce film hors du commun.

A double tranchant : soit il vous fera tourner la tête, soit il vous donnera mal à la tête.

4/5


" When I was a little kid, my mother told me not to stare into the sun, so when I was six I did... "

_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»


Dernière édition par Heyoka le Mer 24 Juil 2013 - 19:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heyoka
Zen littéraire
avatar

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 29
Localisation : Suède

MessageSujet: Re: Darren Aronofsky   Mer 24 Juil 2013 - 19:16

Petit détail : j'ajouterais une mention pour la B.O, envoûtante au possible, idéale, des allures de seconde peau.


_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Darren Aronofsky   Mer 24 Juil 2013 - 22:54

J'ai essayé Pi y'a 10 millions d'années. Je ne l'avais même pas terminé à l'époque, et je n'en ai aucun souvenir aujourd'hui.
Je n'ai jamais entendu beaucoup de gens parler de ce film, alors ton avis me rend curieuse. J'essayerais de le revoir.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Darren Aronofsky   

Revenir en haut Aller en bas
 
Darren Aronofsky
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 8 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 7, 8, 9, 10, 11  Suivant
 Sujets similaires
-
» Demi Lovato : en couple avec Darren Criss
» Seth Ashfield
» Darren Dietz

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Images et sons :: Cinéma, télévision et radio :: Réalisateurs-
Sauter vers: