Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Laurence Cossé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Laurence Cossé   Lun 23 Mar 2009 - 16:08

Eve Lyne a écrit:
Ah les Parfumés... nous avons des centaines d'heures de lecture devant nous.
je veux bien, oui Wink

Eve Lyne a écrit:
Tous ces livres qui font envie et tant d'auteurs méconnus surtout. Wink
un aspect que j'adore dans le livre de Laurence Cossé - et chez Parfum - il y a de la place pour ces auteurs un peu moins connus.. et c'est bien Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eve Lyne
Sage de la littérature


Messages : 1936
Inscription le : 08/08/2008

MessageSujet: Re: Laurence Cossé   Lun 23 Mar 2009 - 16:15

Quelques extraits supplémentaires pour vous mettre l'eau à la bouche.

Quand va-t-on cesser d'évaluer les écrivains au poids de ce qu'ils ont pondu ? On peut avoir écrit très peu et être un auteur capital. Pierre Michon n'aurait écrit que ses Vies minuscules, il s'en serait tenu à ce premier livre, il aurait déjà fait une œuvre.

Dans ma vie, et en particulier sur les tournages, lire est ma récréation. Qu'on prenne le mot au sens fort : je me re-crée dans la lecture, j'y retrouve des forces.

Vous savez, écrire, quel que soit le sujet, si fictif que l'on croie qu'il est, c'est au mieux se faire face, au pire se battre avec soi-même, en tout cas prendre la mesure de ses limites.

L'idée était qu'on ne peut pas opposer littérature populaire et littérature élitiste, qu'il est même sans intérêt de vouloir les distinguer, outre que c'est bien difficile. L'une et l'autre comptant quantité de livres anodins et quelques chefs-d'oeuvre, la seule distinction qui vaille consiste à promouvoir les grands livres, dont certains sont très simples et d'autres difficiles.

Je voudrais écrire qu'à l'inverse, traiter les livres médiocres à l'égal des bons, et tout offrir comme si tout se valait, a beaucoup à voir avec le mépris, car c'est de la démagogie. Et la démagogie postule que le commun sera toujours le commun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Laurence Cossé   Lun 23 Mar 2009 - 19:02

Extraits bien choisis. J'aurais envie d'applaudir ce qu'ils disent...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire


Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Laurence Cossé   Mer 13 Jan 2010 - 19:48

Je voulais recopier des extraits de Au bon roman , mais en lisant tout le fil, je vois que vous l'avez fait!
Il y a des longueurs, mais quel roman sympathique! Je ne vois aucun Parfumé qui ne rêverait pas de ce genre de librairie, d'ailleurs, Kenavo, finalement, c'est plutôt là que nous pourrions partager une chambre?

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Laurence Cossé   Mer 13 Jan 2010 - 19:49

Marie a écrit:
d'ailleurs, Kenavo, finalement, c'est plutôt là que nous pourrions partager une chambre?
quelle bonne idée Marie.. on s'installe cheers

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steven
Zen littéraire


Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 44
Localisation : Saint-Sever (Landes)

MessageSujet: Re: Laurence Cossé   Mer 13 Jan 2010 - 20:43

La femme du premier ministre

Dans La femme du premier ministre, Laurence Cossé brosse la vie du duc de Choiseul, depuis sa jeunesse, ambitieuse mais désargenté jusqu’à la fin de sa vie où il meurt en disgrâce, banni par le roi Louis XIV après la mort de la Pompadour.
Au fil des pages, on découvre un homme ambitieux, strict, au regard acéré et au jugement sans complaisance sur ses contemporains.
Un homme qui gère les affaires que l’état lui confie de main de maître ; et puis il y a l’envers, un homme presque libertin dans sa vie privée, allant de femmes en femmes, de plaisir en plaisir… Un homme qui réussira par les grâce d’une favorite du roi (la Pompadour) et qui sera perdu par une autre favorite qui lui vouera sa haine (La du Barry)
Laurence Cossé, pour ce portrait, puise dans les mémoires de Choisel, dans ces échanges épistolaires… Et alterne ces passages historiques avec un monologue intérieur qui nous donne une autre version du duc : Louise-Honorine, petite-fille de Salbigothon Crozat, dit «le gros Crozat», ancien cocher qui avait bâti une des plus grandes fortunes du règne de Louis XIV. Le jeune et ambitieux comte de Stainville, futur duc de Choiseul, avait fait un enfant à sa sœur, mariée. Celle-ci était si éprise de lui qu'au moment de mourir, trois jours après l'accouchement, elle avait fait promettre à sa cadette, âgée de dix ans à peine, d'épouser son amant...
Promesse tenue. Mais Choiseul «connut» Louise-Honorine bien avant le mariage. Il la viola alors qu'elle n'avait pas treize ans. Elle n'en fut pas moins la plus aimante et la plus constante des épouses de ce temps.
Laurence Cossé met en lumière ce personnage historique et le procédé qu’elle choisit rend le roman intéressant, éclairant d’une lumière particulière le personnage du duc !
Le livre se lit vraiment très bien, sa lecture est très plaisante !



Citation :
« Ce monsieur de Choisel était pauvre et joueur ; il était mon cousin issu de germain ; il avait passé sa vie en garnison ; en dernier lieu il venait de servir à Gênes ou en Corse. Je ne l’avais jamais vu. A son arrivée à Paris, il vint me voir et me parla de sa médiocre formation et de l’embarras où il était pour se soutenir à la tête d’un régiment. Je lui conseillai de se faire une réputation par l’amour de son métier et sa volonté de s'offrir pour toutes les commissions les plus éloignées et les plus hasardées, même d'aller en Amérique si cela était nécessaire. [ ... ] Monsieur de Choiseul ne me parut pas goûter mes conseils; il avait raison, car l'amitié de monsieur de Meuse, et de monsieur de Gontaut surtout, le conduirait beaucoup plus vite à la fortune. Monsieur de Gontaut parlait continuellement
à madame de Pompadour de monsieur de Choiseul, qui était devenu sa passion dominante [ ... ]. Madame de Pompadour avait dans un coin du monde très obscur une parente de son mari qui avait une fille. Elle imagina de faire épouser cette fille à monsieur de Choiseul. [ ... ]

« Un jour monsieur de Gontaut vint à Paris me dire qu'il croyait que j'approuverais ce qu'il avait fait pour la fortune de mon cousin: qu'il avait engagé madame de Pompadour à lui donner mademoiselle de Romanet, sa parente. En remerciant monsieur de Gontaut de sa bonne volonté et de son honnêteté, je ne pus pas lui cacher que je désapprouvais infiniment ce mariage. Je me souviens que je lui en dis deux raisons: la première, que j'aimais mieux que monsieur de Choiseul restât dans son état militaire avec une fortune médiocre que de faire une alliance qui me paraissait déshonorante; la seconde, que je trouvais qu'il était fort imprudent de mettre à la Cour, dans l'intérieur de la société du Roi, un homme qui me paraissait d'abord fort peu fait pour ce pays-là et dont la tournure grossière ne présageait que des inconvénients. Monsieur de Gontaut me parut choqué de mes observations; il me montra avec honnêteté, mais avec aigreur, que ma répugnance lui déplaisait et finit par me dire qu'il regardait monsieur de Choiseul comme son fils et qu'il ne perdrait pas [ ... ] une occasion de faire la fortune d'un homme de cette naissance, qui n'avait d'autres ressources vis-à-vis de sa famille que le conseil d'aller en Amérique, ce qui était à peu près comme si on lui conseillait de se jeter par
la fenêtre. « 


J'ai su depuis le début, il me semble, qu'on me trompait.C'est étonnant, dans ces cas-là, comme on est informé. Je crois que j'aurais préféré ne rien savoir, mais tout le monde m'instruisait: ceux qui parlaient trop fort, peut-être innocemment j ceux qui, sachant tout, ainsi que ma mère, cherchaient à s'assurer que je ne savais rien ; d'autres qui, me trouvant sans doute riche de trop de faveurs du destin,
avaient plaisir à me mettre à l'épreuve, et faisaient revenir dans leur conversation trop de fois certains noms d'autres enfin qui voulaient au contraire m'épargner, et m'instruisaient par le soin qu'ils mettaient à écarter de moi telle ou telle. Je sus des noms. Tant de noms. Je ne vous en dirai aucun. J'ai tant voulu les oublier. Les noms donnaient corps aux rumeurs. Je me remettais lentement de maladie,
j'avais encore de longs moments d'égarement je me persuadais que ces ragots naissaient de mes cauchemars et d'eux seuls. Je voyais monsieur de Choiseul à dîner. À cette heure il avait la tête toute pleine des livres qu'il avait lus le matin. Il m'en parlait comme il l'eût fait à un égal. Il me louait
pour les questions qui me venaient alors à l'esprit. Je crois ne pas exagérer si j’appelle adoration mon sentiment pour lui dans ces moments.


_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Epi
Escargote Zen


Messages : 14255
Inscription le : 05/03/2008
Age : 56
Localisation : à l'ouest

MessageSujet: Re: Laurence Cossé   Jeu 14 Jan 2010 - 15:04

Steven a écrit:
La femme du premier ministre
Eh bien, je le note en plus de l'autre, Au bon roman, le sujet de celui-ci m'intéresse aussi.

_________________
Let It Be
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Laurence Cossé   Mar 27 Avr 2010 - 17:35

swing plus de raison de ne pas lire ce petit bijou Very Happy


va paraître en poche le 30/04:




Au bon roman

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Laurence Cossé   Mar 27 Avr 2010 - 19:32

kenavo a écrit:
swing plus de raison de ne pas lire ce petit bijou Very Happy


va paraître en poche le 30/04:




Au bon roman

C'est un roman qui doit plaire à tous les Parfumés il me semble...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
odrey
Sage de la littérature


Messages : 1958
Inscription le : 27/01/2009
Age : 38

MessageSujet: Re: Laurence Cossé   Ven 14 Mai 2010 - 11:03

Je ne l'ai pas encore fini mais je pense que je vais être la première à donner un avis très mitigé sur Au bon roman de Laurence Cossé. J'espère que vous aller pas me lancer des cailloux (allez, soyez sympas).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Laurence Cossé   Ven 14 Mai 2010 - 11:15

odrey a écrit:
Je ne l'ai pas encore fini mais je pense que je vais être la première à donner un avis très mitigé sur Au bon roman de Laurence Cossé. J'espère que vous aller pas me lancer des cailloux (allez, soyez sympas).

Ce n'est pas le genre de la maison tout de même...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Laurence Cossé   Ven 14 Mai 2010 - 12:33

odrey a écrit:
J'espère que vous aller pas me lancer des cailloux (allez, soyez sympas).
après 4 pages d'éloges, il faut aussi de cela
avis mitigé, pas lancer des cailloux Razz

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
odrey
Sage de la littérature


Messages : 1958
Inscription le : 27/01/2009
Age : 38

MessageSujet: Re: Laurence Cossé   Ven 14 Mai 2010 - 14:04

Merci les filles. Vous êtes bien urbaines. respect
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
odrey
Sage de la littérature


Messages : 1958
Inscription le : 27/01/2009
Age : 38

MessageSujet: Re: Laurence Cossé   Ven 21 Mai 2010 - 14:47

AU BON ROMAN

Qui n’ a jamais rêvé de la librairie idéale? Sûrement plein de monde puisqu’il y a quand même un paquet de gens qui ne lisent pas (et c’est même pas parce qu’ils n’ont pas appris, c’est juste que ça leur dit rien). Mais les lecteurs, eux, ont tous une idée des livres qu’il faudrait y mettre.

Pour Ivan et Francesca, la libraire idéale ne doit vendre que de “bons romans”, des chefs d’oeuvres. Exit les blockbusters de la rentrée littéraires, les prix Goncourt, la chick-lit, bref 80% de la production littéraire. Cette librairie, Ivan et Francesca décident de la mettre sur pied à Paris. Ivan en sera le libraire, Francesca, la mécène. Elle s’appellera “Au Bon Roman”. Le succès est au rendez-vous. Les bâtons dans les roues aussi.

Le problème quand on choisit pour thème de son roman la Littérature avec un grand L, c’est qu’on risque d’être jugé au regard de celle-ci. Et la comparaison n’est pas en faveur de Laurence Cossé. Au bon roman n’est pas à la hauteur de la littérature qu’il défend. Il ne ferait sans doute pas parti de la sélection de sa libraire idéale.

Laurence Cossé aime les stylistes, elle n’en est pas une. Son écriture est assez ordinaire, sans recherche. Ce n’est pas mal écrit mais ce n’est pas bien écrit non plus. Par ailleurs, ses personnages manquent singulièrement de relief. Ils sonnent faux, s’exprimant tous de la même manières. Ils sont mignons, ils sont gentils mais donnent l’impression d’avoir un balai, que dis-je un aspirateur dans le c… Il y a un suspens mal entretenu sur l’identité du narrateur (on comprend vite de qui il s’agit et ce mystère n’apporte rien à l’intrigue). Quand à qui se cache derrière les attaques contre la librairie, j’ai déjà oublié le fin mot, c’est dire à quel point cela ma passionné.

Mais le pire reste la façon dont l’auteur défend son idée de la littérature. Elle donne le bâton pour se faire battre en enfonçant des portes ouvertes. les critiques littéraires ne connaissent que le copinage, les jury des prix sont corrompus, les éditeurs ne pensent qu’au fric. Dingue, ça n’avait jamais été dit. D’autant que la réflexion ne va pas beaucoup plus loin.

Je ne doute pas de la sincérité de Laurence Cossé. Je pense qu’elle aime réellement les auteurs qu’elle cite. D’ailleurs les arguments qu’elles imaginent contre l’ouverture d’une telle librairie sont assez bien vus. Mais ça s’arrête là. Jorge Semprun avec L’écriture ou la vie, Milan Kundera avec Une rencontre ou Philip Roth avec Parlons travail font beaucoup plus pour cette même littérature (il y en d’autre bien sûr). Mais ils disent Je, ils se mouillent et donnent d’autant plus de force à leur propos qu’ils illustrent à merveille ce que Laurence Cossé considère comme un bon roman.

Je suis peut-être injuste avec elle. Au bon roman n’est pas désagréable. C’est divertissant. Mais ce n’est pas un livre nécessaire. Or elle ne parle que de ceux-là, elle ne défend que ceux-là. Dommage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Laurence Cossé   Ven 21 Mai 2010 - 15:30

Voilà un avis discordant...et intéressant!
Je crois que sa librairie idéale m'a beaucoup fait rêver...et que j'ai été très indulgente sur le reste (clichés, style, etc...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Laurence Cossé   Aujourd'hui à 10:36

Revenir en haut Aller en bas
 
Laurence Cossé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Mise en place d'une borne 2 DB à Cossé en Champagne ( dépt 53).
» Le Havre COSSÉ SIMON 1917

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: