Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Amélie Nothomb [Belgique]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 25 ... 47, 48, 49, 50  Suivant
AuteurMessage
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Amélie Nothomb [Belgique] - Page 48 Empty
MessageSujet: Re: Amélie Nothomb [Belgique]   Amélie Nothomb [Belgique] - Page 48 EmptyLun 7 Sep 2015 - 20:29

mais c'est comme un livre dont vous êtes le héros en vachement plus machiavélique votre truc ! c'est le livre qui joue le lecteur et avec un nouveau chapitre inattendu qui vous fait sombrer un peu plus dans le piège chaque année. surpris

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Exini
Zen littéraire
Exini

Messages : 3065
Inscription le : 08/10/2011
Age : 46
Localisation : Toulouse

Amélie Nothomb [Belgique] - Page 48 Empty
MessageSujet: Re: Amélie Nothomb [Belgique]   Amélie Nothomb [Belgique] - Page 48 EmptyLun 7 Sep 2015 - 21:26

animal a écrit:
mais c'est comme un livre dont vous êtes le héros en vachement plus machiavélique votre truc ! c'est le livre qui joue le lecteur et avec un nouveau chapitre inattendu qui vous fait sombrer un peu plus dans le piège chaque année. surpris  

Amélie Nothomb ou "Le livre dont vous êtes le pantin" ? dentsblanches

Personnellement, j'avais adoré "Stupeurs et tremblements", un peu moins (mais pas mal quand même !) "Hygiène de l'assassin", les deux seuls que j'ai lu. Il faudra que je retente...

_________________
"Depuis des siècles on exhorte à "la grand fraternité humaine" -le dimanche - et au "patriotisme" les jours de la semaine. Mais le patriotisme implique le contraire même de la fraternité humaine." Mark TWAIN, "La place de l'homme dans le monde animal"
Revenir en haut Aller en bas
Bruno.S
Plume timide
Bruno.S

Messages : 12
Inscription le : 03/09/2015
Age : 37

Amélie Nothomb [Belgique] - Page 48 Empty
MessageSujet: sociologie   Amélie Nothomb [Belgique] - Page 48 EmptyLun 7 Sep 2015 - 21:50

Attention, je n'ai pas dit qu'elle est experte sociologique du milieu aristocratique belge, on conviendra en effet que c'est de la fiction. Mais pour connaître un peu ce milieu (et oui), j'ai un peu souri car c'est assez fidèle d'une certaine mentalité désuète. Mais quoiqu'il en soit, comme je disais plus haut, je suis un fidèle lecteur de Nothomb et même si ce roman est bâclé, non vraiment je n'ai pas le sentiment de m'être fait avoir...
Revenir en haut Aller en bas
coqderoche
Espoir postal
coqderoche

Messages : 35
Inscription le : 25/11/2015

Amélie Nothomb [Belgique] - Page 48 Empty
MessageSujet: Epure   Amélie Nothomb [Belgique] - Page 48 EmptyMer 25 Nov 2015 - 12:51

Pour reprendre une partie de l'argumentation concernant la longueur des romans d'Amélie Nothomb :
comme chez tout artiste, il y a une évolution dans sa création ; au fil des romans la langue et le déroulé de l'histoire sont devenus de plus en plus purs, au point de rejoindre la qualité esthétique de l'épure.
Il est intéressant de comparer les œuvres littéraires aux œuvres picturales, voir l'évolution de l'œuvre d'Henri Matisse.
Amélie Nothomb a cette particularité en littérature qu'elle n'est pas seulement écrivain mais artiste (artiste dans sa façon d'aborder la littérature).
La littérature pour elle est l'art total : Amélie Nothomb y met à la fois les mots, la musique, la peinture...
Un extrait de son dernier roman (le plus épuré donc...), Le Crime du comte Neville :
"La forêt obscure l'environnait de silhouettes qu'enfant il comparait à des soldats. Une armée n'eût pas été de trop pour empêcher les envahisseurs de venir saccager ces lieux sacrés."
Légère analyse de ces deux phrases :
la poésie, comparaisons, métaphore filée ;
le visuel, un paysage en ombres chinoises, comme une gravure ;
la charge émotionnelle, flash-back dans l'enfance et son imaginaire, colère et envie de se battre ;
vers le sublime, le religieux.
En conclusion : densité de ces deux phrases qui en si peu de place évoquent tant de choses. L'épure, c'est justement ça : un maximum de puissance avec une économie maximale de moyens, d'où la violence et le sublime de l'épure.


Revenir en haut Aller en bas
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Amélie Nothomb [Belgique] - Page 48 Empty
MessageSujet: Re: Amélie Nothomb [Belgique]   Amélie Nothomb [Belgique] - Page 48 EmptyMer 25 Nov 2015 - 16:51

une petite présentation même très épurée serait très sympathique coqderoche et c'est par ici.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
PassionBooks
Envolée postale
PassionBooks

Messages : 133
Inscription le : 01/11/2015
Localisation : Europe

Amélie Nothomb [Belgique] - Page 48 Empty
MessageSujet: Re: Amélie Nothomb [Belgique]   Amélie Nothomb [Belgique] - Page 48 EmptyMer 25 Nov 2015 - 17:36

Comme Amélie est une auteur célèbre j'ai beaucoup entendu parler d'elle, mais comme je lis déjà beaucoup de choses je n'ai toujours pas lu ses livres, mais de savoir qu'elle est proche de ses lecteurs et que si je ne me trompe pas elle leur écrit aussi des lettres me motive vraiment à lire ses livres, enfin une fois que j'aurais terminé tous mes livres en vue zen
Revenir en haut Aller en bas
http://passionbooks.discutforum.com/
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Amélie Nothomb [Belgique] - Page 48 Empty
MessageSujet: Re: Amélie Nothomb [Belgique]   Amélie Nothomb [Belgique] - Page 48 EmptyMer 25 Nov 2015 - 19:51

coqderoche a écrit:
Un extrait de son dernier roman (le plus épuré donc...), Le Crime du comte Neville :
"La forêt obscure l'environnait de silhouettes qu'enfant il comparait à des soldats. Une armée n'eût pas été de trop pour empêcher les envahisseurs de venir saccager ces lieux sacrés."
Légère analyse de ces deux phrases :
la poésie, comparaisons, métaphore filée ;
le visuel, un paysage en ombres chinoises, comme une gravure ;
la charge émotionnelle, flash-back dans l'enfance et son imaginaire, colère et envie de se battre ;
vers le sublime, le religieux.
En conclusion : densité de ces deux phrases qui en si peu de place évoquent tant de choses. L'épure, c'est justement ça : un maximum de puissance avec une économie maximale de moyens, d'où la violence et le sublime de l'épure.
Je suis étonné que dans ton analyse, tu aies mis de côté la référence à Dante. La forêt obscure fait bien référence à la "selva oscura", j'imagine ? Mais c'est vrai que si on s'aventure dans l'influence de Dante sur l'oeuvre de Nothomb, ça risque de nous amener trop loin.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.plathey.net
coqderoche
Espoir postal
coqderoche

Messages : 35
Inscription le : 25/11/2015

Amélie Nothomb [Belgique] - Page 48 Empty
MessageSujet: Nel mezzo della mia vita, mi trovai per una selva oscura   Amélie Nothomb [Belgique] - Page 48 EmptyMer 25 Nov 2015 - 20:19

Nel mezzo della mia vita (Au milieu de ma vie, càd vers 30 ans pour l'époque de Dante)
mi trovai per una selva oscura (je me retrouvai dans une forêt obscure)
ché la diritta via era smarrita (car j'avais perdu le droit chemin)
Voici les beaux vers du début de La Divina Commedia de Dante.

Mais quel rapport avec l'extrait que j'ai cité du Crime du comte Neville d'Amélie Nothomb(à part la beauté) ?
Il suffit d'aller dans une forêt la nuit pour voir des arbres noirs et une "forêt obscure".
Ni Dante ni Nothomb n'ont inventé ce fait...
Dante en plus parle au figuré : la forêt obscure dont il parle est celle de son cerveau,
tandis que Nothomb parle de façon concrète d'une forêt obscure contemplée par un enfant et ensuite par la même personne à l'âge mûr, la poésie dont je parlais se situe dans la comparaison qu'elle fait entre l'aspect noir des arbres et celle de soldats, voire d'une armée ensuite.
Il est vrai qu'elle parle d'une Béatrice dans son livre, mais il faut vraiment chercher loin pour y voir la Béatrice de Dante. Dans ce cas, à des années-lumière du sens premier, on pourrait alors, tu as raison EXpie, voir dans le binôme "forêt obscure" une allusion à Dante.
Revenir en haut Aller en bas
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Amélie Nothomb [Belgique] - Page 48 Empty
MessageSujet: Re: Amélie Nothomb [Belgique]   Amélie Nothomb [Belgique] - Page 48 EmptyMer 25 Nov 2015 - 21:13

Eh bien tu vois, j'avais même oublié qu'il y avait une Béatrice. Les probabilités qu'il y ait à la fois cette forêt obscure et en plus une Béatrice dans un même livre sans qu'il y ait de ciin d'oeil à Dante me paraissent faibles, mais comme il ne me reste plus grand chose du livre (que j'ai beaucoup moins aimé que toi), j'aurais du mal à poursuivre.
Bon, peut-être que l'association d'une forêt avec des soldats, ça pourrait aussi faire penser au MacBeth de Shakespeare, mais là encore, j'ai peur de tirer par les cheveux...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.plathey.net
coqderoche
Espoir postal
coqderoche

Messages : 35
Inscription le : 25/11/2015

Amélie Nothomb [Belgique] - Page 48 Empty
MessageSujet: une forêt et des soldats   Amélie Nothomb [Belgique] - Page 48 EmptyMer 25 Nov 2015 - 23:35

ça pourrait être Verdun, ou toute autre guerre dite "de campagne" (sauf Waterloo...)
Au contraire, la guerre décrite dans Le Crime du comte Neville est psychologique, à l'instar des tragédies antiques aux dilemmes insolubles citées dans le même roman.
Revenir en haut Aller en bas
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Amélie Nothomb [Belgique] - Page 48 Empty
MessageSujet: Re: Amélie Nothomb [Belgique]   Amélie Nothomb [Belgique] - Page 48 EmptyMar 24 Mai 2016 - 14:08

Je suis sûr que nous l'attendions tous avec impatience : le prochain Nothomb est intitulé 'Riquet à la houppe' et il sortira à la mi-août (pas grave, de toute façon les Nothomb ne sont jamais assez épais pour servir de repose-tête sur la plage).
Revenir en haut Aller en bas
http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Amélie Nothomb [Belgique] - Page 48 Empty
MessageSujet: Re: Amélie Nothomb [Belgique]   Amélie Nothomb [Belgique] - Page 48 EmptyLun 29 Aoû 2016 - 23:35

Amélie Nothomb [Belgique] - Page 48 Nothom10

- Riquet à la houppe (2016). Albin Michel. 198 pages.
Citation :
"Enceinte à quarante-huit ans pour la première fois, Énide attendait l’accouchement comme d’autres la roulette russe. Elle se réjouissait pourtant de cette grossesse qu’elle espérait depuis si longtemps."
Enide va accoucher d'un petit Déodat. Le mari d'Enide s'appelle Honorat... Amélie Nothomb est fidèle à ce qui fait une de ses marques de fabrique : les prénoms originaux.
Déodat a une, ou plutôt deux particularités : il est très laid et très intelligent. Normal : l'auteur s'inspire du conte de Perrault Riquet à la houppe (dont on pourra trouver le texte par exemple sur : https://fr.wikisource.org/wiki/Riquet_à_la_houppe ). Elle s'était déjà inspiré d'un conte de Perrault (Barbe-Bleue) en 2012 et d'une nouvelle d'Oscar Wilde (Le Crime du comte Neville) en 2015.
Il y a un peu d'humour quand les amis du couple voient l'enfant :
Citation :
"Après un silence crucifiant, les gens finissaient par hasarder un commentaire d’une maladresse variable : « C’est le portrait de son arrière-grand-père sur son lit de mort. » Ou : « Drôle de tête ! Enfin, pour un garçon, ce n’est pas grave. »"
Le bébé se révèle être très intelligent, et sa découverte du monde rappelle un peu Métaphysique des tubes (2000).
Un peu plus tard, nous faisons connaissance d'un autre couple, car deux histoires vont évoluer en parallèle :
Citation :
"Sur l'autre rive de la Seine, un jeune couple nouvellement établi non loin de la gare d’Austerlitz mit au monde une petite fille. Le père s'appelait Lierre, la mère s’appelait Rose. Ils nommèrent le bébé Trémière.
– Vous êtes sûrs de ce prénom ? interrogea l'infirmière.
– Oui, dit l’accouchée. Mon mari porte un nom de plante grimpante et moi celui d'une rose. Une rose qui grimpe, c'est une rose trémière."
La petite fille est confiée à sa grand-mère, Passerose. Elle est très belle, mais... comment dire... elle n'est pas bête, elle a seulement une capacité d’ahurissement surdéveloppée. Elle peut rester des heures à contempler une gomme, par exemple.

On va donc un peu suivre Trémière, et surtout Déodat qui va découvrir le monde, la télévision, les oiseaux...
Il y a quelques petites réflexions (pas neuves) sur la beauté, la laideur, l'intelligence, tout ça. On en avait déjà eu sur ces sujets dans plusieurs Nothomb (par exemple dans Attentat, 1997).
A part ça, il y a tout comme d'habitude : du champagne (comme dans un paquet de Nothomb), le mot "pneus" (normal), quelques mots un peu littéraires...
Vers la fin, elle s'interrompt pour parler des contes, et de la façon dont ils finissent :
Citation :
"En France, la majorité des contes se terminent bien. On ne s'offusque pas de les voir obéir à cette règle enfantine de la fin heureuse, qui est considérée comme une faute de goût par 99,99 % des littératures dignes de ce nom.
Le pont aux ânes de la littérature, c’est évidemment l’amour. Il faut croire que ce sujet est irrésistible. Les grands écrivains mondiaux qui n’ont pas consacré une ligne à l’amour se comptent sur les doigts d’une main.
Or, s’il est une règle presque absolue qui gouverne les chefs-d’œuvre de la littérature amoureuse, c’est qu’ils doivent se terminer très mal. Sinon, on considère que c’est du roman de gare. [...]
Le Bonheur dans le crime de Barbey d'Aurevilly est une exception grandiose. Élargissons le spectre en incluant les chefs-d'œuvre dont l’amour n’est pas l'unique sujet : Guerre et Paix, Au bonheur des dames sont de rares exemples de littérature où l'amour finit bien.
J'ai beau être une dévoreuse de livres, il va de soi que je n'ai pas lu tous les chefs-d’œuvre littéraires de ce monde, mais en 2015 il m'est arrivé une expérience édifiante : j’ai lu La Comédie humaine de Balzac en entier. Cent quarante-sept ouvrages de longueur et de valeur très inégales, certes, mais dont personne, j'espère, ne nie qu’il s'agit, au total, d’un chef-d’œuvre. Voilà une entreprise littéraire qui a eu l’ambition de peindre un univers dans son entier.
Sur les cent quarante-sept ouvrages, il y en a trente-cinq dans lesquels l'amour est quantité négligeable. Il en reste donc cent douze où l'amour joue un rôle narratif important, voire prépondérant. Sur ces cent douze histoires, sept se terminent bien, voire très bien."

Voilà qui explique peut-être pourquoi Le Crime du Comte Neville était aussi mauvais : Nothomb était probablement en train de lire Balzac. A défaut d'être contagieux, le génie peut distraire.

Riquet à la houppe est un conte gentil, plutôt agréable à lire sur le moment mais peu marquant (il manque de consistance). Curieusement - car un conte, c'est généralement court -, il est un peu plus long que d'habitude (presque 200 pages ! si, si).
Ceci dit, comparé à son précédent opus (Le Crime du Comte Neville), il y a une nette amélioration.


Dernière édition par eXPie le Mar 30 Aoû 2016 - 22:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.plathey.net
Maline
Zen littéraire
Maline

Messages : 5239
Inscription le : 01/10/2009
Localisation : Entre la Spree et la Romandie

Amélie Nothomb [Belgique] - Page 48 Empty
MessageSujet: Re: Amélie Nothomb [Belgique]   Amélie Nothomb [Belgique] - Page 48 EmptyMar 30 Aoû 2016 - 8:47

Merci, eXPie, pour ce compte-rendu fidèle cheers qui me permet de répondre aux curieuses qui me demandent ce qu'il y a de neuf à la rentrée littéraire française et qui osent citer certains noms comme p.ex. celui de Nothomb.
Revenir en haut Aller en bas
Exini
Zen littéraire
Exini

Messages : 3065
Inscription le : 08/10/2011
Age : 46
Localisation : Toulouse

Amélie Nothomb [Belgique] - Page 48 Empty
MessageSujet: Re: Amélie Nothomb [Belgique]   Amélie Nothomb [Belgique] - Page 48 EmptyMar 30 Aoû 2016 - 19:34

Une remontée du fil Amélie Nothomb ? J'étais sûr que c'était toi qui avait lu le dernier, eXPie ! Et résultat, ça me donne envie de relire "Les diaboliques".
Je n'ai lu que deux bouquins d' A. Nothomb, mais j'ai nettement préféré "Stupeurs et tremblements".

Et toi, puisque tu es le spécialiste de l'auteur, quel livre(s) considères-tu comme son/ses meilleur(s) ?

_________________
"Depuis des siècles on exhorte à "la grand fraternité humaine" -le dimanche - et au "patriotisme" les jours de la semaine. Mais le patriotisme implique le contraire même de la fraternité humaine." Mark TWAIN, "La place de l'homme dans le monde animal"


Dernière édition par Exini le Mar 30 Aoû 2016 - 22:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Amélie Nothomb [Belgique] - Page 48 Empty
MessageSujet: Re: Amélie Nothomb [Belgique]   Amélie Nothomb [Belgique] - Page 48 EmptyMar 30 Aoû 2016 - 22:38

Exini a écrit:
Et toi, puisque tu es le spécialiste de l'auteur, quel livre(s) considères-tu comme son/ses meilleur(s) ?
J'avais bien aimé Hygiène de l'assassin, mais c'était le premier, c'est peut-être pour ça : c'était nouveau. Je ne l'ai pas relu.
Sinon, Le Sabotage amoureux ; puis dans sa veine "japonaise" Stupeurs et tremblements et Métaphysique des tubes.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.plathey.net
Contenu sponsorisé




Amélie Nothomb [Belgique] - Page 48 Empty
MessageSujet: Re: Amélie Nothomb [Belgique]   Amélie Nothomb [Belgique] - Page 48 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Amélie Nothomb [Belgique]
Revenir en haut 
Page 48 sur 50Aller à la page : Précédent  1 ... 25 ... 47, 48, 49, 50  Suivant
 Sujets similaires
-
» Site-boutique de trucs bio en Belgique ?
» [Vente] Baccara, 03/1995, 180.000 km, noir, 1.500 € (Belgique)
» Marché de noël chez Fournier à Menin (jardinerie en Belgique)
» Char Léopard et M113
» Les détachement belge à DEN HELDER

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature belge et suisse (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: