Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Philippe Claudel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15, 16, 17  Suivant
AuteurMessage
coline
Parfum livresque


Messages : 29392
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Philippe Claudel   Jeu 14 Avr 2011 - 22:56

zazy a écrit:

"le bruit des trousseaux"
11 années durant, Philippe Claudel est allé donner des cours de français en prison et nous livre petits paragraphes par petits paragraphes, comme autant de coups de poings son « faux témoignage » : « voilà, je crois que j’ai tout dit. Tout dit de ce que je savais, de ce que j’ai retenu. Ce peut être un témoignage ou, plus exactement, un faux témoignage, car il me manque quelque chose d’essentiel pour parler de la prison, c’est d’y avoir passé une nuit… » Par ces petits paragraphes Philippe Claudel nous montrerqu’en prison, le facteur temps, l’espace ne sont plus les mêmes, « Le mot cellule : la plus petite unité du vivant. L’espace de l’enfermement. »


Ah oui...Tu fais bien d'en parler...Je voulais le lire celui-ci...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zazy
Sage de la littérature


Messages : 2492
Inscription le : 19/03/2011
Age : 67
Localisation : bourgogne

MessageSujet: Re: Philippe Claudel   Jeu 14 Avr 2011 - 22:58

Coline, ne te prive surtout pas d'un beau texte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zazymut.over-blog.com
mimi54
Zen littéraire


Messages : 6068
Inscription le : 02/05/2010

MessageSujet: Re: Philippe Claudel   Jeu 14 Avr 2011 - 23:02

zazy a écrit:
Coline, ne te prive surtout pas d'un beau texte

ça déborde de partout, je ne sais plus où poser mes yeux.....Mais celui là il me faut le trouver rapidement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
zazy
Sage de la littérature


Messages : 2492
Inscription le : 19/03/2011
Age : 67
Localisation : bourgogne

MessageSujet: Re: Philippe Claudel   Jeu 14 Avr 2011 - 23:09

mimi54 a écrit:
zazy a écrit:
Coline, ne te prive surtout pas d'un beau texte

ça déborde de partout, je ne sais plus où poser mes yeux.....Mais celui là il me faut le trouver rapidement
C'est malin, je l'ai pris à la bibliothèque et je vais devoir le rendre !!! Résultat, je n'ai plus qu'à l'acheter !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zazymut.over-blog.com
coline
Parfum livresque


Messages : 29392
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Philippe Claudel   Ven 15 Avr 2011 - 0:09

zazy a écrit:
Coline, ne te prive surtout pas d'un beau texte

Spoiler:
 

Proche par le sujet:
clic: L'enfant, le prisonnier d'Annie Leclerc
« Il n’y a pas de mots plus forts, plus pénétrants,
plus aigus que ceux du prisonnier
en train d’écarter les barreaux qu’il a dans la tête »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zazy
Sage de la littérature


Messages : 2492
Inscription le : 19/03/2011
Age : 67
Localisation : bourgogne

MessageSujet: Re: Philippe Claudel   Ven 15 Avr 2011 - 19:14

Je pense que ce livre te plaira Coline
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zazymut.over-blog.com
Steven
Zen littéraire


Messages : 4502
Inscription le : 26/09/2007
Age : 44
Localisation : Saint-Sever (Landes)

MessageSujet: Re: Philippe Claudel   Lun 6 Juin 2011 - 21:15

L'enquête

Surprenant ce livre. Que veut faire Claudel ? Un exercice de style ? Une démonstration par l'absurde de l'asservissement que crée la société sur les citoyens qui n'ont de liberté que l'illusion ? Une pure abstraction ? Je ne sais pas trop. Seulement un livre pas très abouti. Il y a la mise en place de "L'enquête". L'enquêteur nous fait découvrir la Ville, puis l'Entreprise, du moins son entrée et son premier contact avec elle. Puis l'hôtel et sa gardienne, la Géante. Et un petit déjeuner...
Outre le fait que c'est lassant, cette manière de désigner les prsonnages sans les nommer, les lieux sans les décrire, il y a trop de distorsion de la réalité... ou pas assez. Que l'Enquêteur accepte les situations absurdes auquelles il est confronté démontre une fragilité que rien ne laisse paraître dans la présentation du personnage. Qu'il se désagrège si facilement dans une réalité si peu acceptable, que le temps se déroule de manière si anarchique... Tout ça n'est guère acceptable et ne trouve que peu de renfort dans le développement et la fin de l'histoire. Alors, bien sûr, Claudel arrive à rendre certaines scènes fascinantes par la qualité de son écriture, une écriture efficace et juste. Mais il n'arrive pas à structurer le tout et au final, j'ai lu ce roman plus comme une succession de scènes qui ont comme seul lien un homme dévoué à sa tâche mais au combien fragile que comme un roman. Je me pose la question de savoir si l'auteur a voulu illustrer une plongée dans le monde de la folie, une perte de conscience progressive qui écarte l'Enquêteur du monde tangible ou si, au contraire, il a voulu confronter un homme sensé à l'absurdité d'une société oppressante ; sorte de vision de Claudel des "temps modernes" de Chaplin.
Pour moi, quel que soit le but, c'est plutôt raté.

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zazy
Sage de la littérature


Messages : 2492
Inscription le : 19/03/2011
Age : 67
Localisation : bourgogne

MessageSujet: Re: Philippe Claudel   Lun 6 Juin 2011 - 22:08

Steven a écrit:
L'enquête

Surprenant ce livre. Que veut faire Claudel ? Un exercice de style ? Une démonstration par l'absurde de l'asservissement que crée la société sur les citoyens qui n'ont de liberté que l'illusion ? Une pure abstraction ? Je ne sais pas trop. Seulement un livre pas très abouti. Il y a la mise en place de "L'enquête". L'enquêteur nous fait découvrir la Ville, puis l'Entreprise, du moins son entrée et son premier contact avec elle. Puis l'hôtel et sa gardienne, la Géante. Et un petit déjeuner...
Outre le fait que c'est lassant, cette manière de désigner les prsonnages sans les nommer, les lieux sans les décrire, il y a trop de distorsion de la réalité... ou pas assez. Que l'Enquêteur accepte les situations absurdes auquelles il est confronté démontre une fragilité que rien ne laisse paraître dans la présentation du personnage. Qu'il se désagrège si facilement dans une réalité si peu acceptable, que le temps se déroule de manière si anarchique... Tout ça n'est guère acceptable et ne trouve que peu de renfort dans le développement et la fin de l'histoire. Alors, bien sûr, Claudel arrive à rendre certaines scènes fascinantes par la qualité de son écriture, une écriture efficace et juste. Mais il n'arrive pas à structurer le tout et au final, j'ai lu ce roman plus comme une succession de scènes qui ont comme seul lien un homme dévoué à sa tâche mais au combien fragile que comme un roman. Je me pose la question de savoir si l'auteur a voulu illustrer une plongée dans le monde de la folie, une perte de conscience progressive qui écarte l'Enquêteur du monde tangible ou si, au contraire, il a voulu confronter un homme sensé à l'absurdité d'une société oppressante ; sorte de vision de Claudel des "temps modernes" de Chaplin.
Pour moi, quel que soit le but, c'est plutôt raté.
Ah !!! je verrai, il est dans ma PAL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zazymut.over-blog.com
Steven
Zen littéraire


Messages : 4502
Inscription le : 26/09/2007
Age : 44
Localisation : Saint-Sever (Landes)

MessageSujet: Re: Philippe Claudel   Lun 6 Juin 2011 - 22:33

Oui Zazy, fais-toi ton idée et on en discutera. Pour cet auteur, c'est ma première déception.

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zazy
Sage de la littérature


Messages : 2492
Inscription le : 19/03/2011
Age : 67
Localisation : bourgogne

MessageSujet: Re: Philippe Claudel   Lun 6 Juin 2011 - 22:37

Tu sais, cela me fait penser à René FALLET qui disait qu'il avait 2 veines d'écriture : l'écriture vin rouge et l'écriture whisky, ce qui était vrai et je préférais l'écriture vin rouge !!!!
Peut-être en est-il de même pour Claudel : une veine "nostalgie" et une veine "actualités"
quoique le bruit des clés m'avait beaucoup plus !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zazymut.over-blog.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Philippe Claudel   Lun 5 Sep 2011 - 13:02

L'Enquête


Philippe Claudel dresse un constat alarmant derrière l’apparat du roman : l’entreprise, de nos jours, a instauré une certaine autarcie autour d’elle et sa logique demeure incompréhensible, ses actes dénués de sens et son fonctionnement incohérent pour toute personne extérieure.
Les personnages sont décrits comme sans personnalité, ils sont définis par leur fonction : le Guide, le Gardien. L’Enquêteur lui-même dés lors qu’il est envoyé au sein de l’Entreprise perd petit à petit les souvenirs le concernant.
Les suicides sont en réalité une métaphore, l’Entreprise tue l’humanité des salariés en annihilant leur personnalité. Dés le début du récit la culpabilité de l’Entreprise est fortement sous-entendue, et la métaphore est filée au fur et à mesure que nous découvrons l’environnement de ceux qui se sont suicidés. Ce sont d’ailleurs les grands absents de l’histoire il en est rarement fait mention et l’Entreprise ignore leur existence comme elle ignore volontairement la personnalité de chaque individu devant travailler pour elle.
Peut être le roman qui m'a le plus scotché ces dernières années. Pour preuve je m'en suis servi pour mon mémoire. A mi-chemin entre Kafka et Ionesco, Claudel présente à mes yeux la critique la plus virulente qui soit à l'économie et à tout ce qui ne tourne pas rond au sein du monde de l'entreprise.
Chaque personne est déshumanisée et désidentifiée, elle ne porte le nom que de sa fonction, ce qui renforce le sentiment que tout le monde est remplaçable et qu'au finale peu importe ce qu'on est du moment que ce qu'on fait présente une utilité à notre employeur.
Personne ne comprend la logique de l'entreprise et doit s'exécuter en dépit de ce qu'on pense être le bon sens.
Un roman-reférence tant par le style qui est presque poétique, l'histoire écartelée entre le drame et l'humour, et un constat effarant, l'absurde du fictif n'est même pas caricatural. Une claque qui fait du bien.
Revenir en haut Aller en bas
zazy
Sage de la littérature


Messages : 2492
Inscription le : 19/03/2011
Age : 67
Localisation : bourgogne

MessageSujet: Re: Philippe Claudel   Lun 5 Sep 2011 - 13:42

Il est toujours dans ma PAL à me faire de l'oeil !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zazymut.over-blog.com
uolav
Agilité postale


Messages : 663
Inscription le : 27/11/2009
Age : 53
Localisation : CAEN

MessageSujet: Re: Philippe Claudel   Lun 5 Sep 2011 - 13:52

zazy a écrit:
Il est toujours dans ma PAL à me faire de l'oeil !!!!

Une grosse déception l'enquête...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steven
Zen littéraire


Messages : 4502
Inscription le : 26/09/2007
Age : 44
Localisation : Saint-Sever (Landes)

MessageSujet: Re: Philippe Claudel   Dim 11 Sep 2011 - 20:48

Kierkegaard a écrit:
L'Enquête


Philippe Claudel dresse un constat alarmant derrière l’apparat du roman : l’entreprise, de nos jours, a instauré une certaine autarcie autour d’elle et sa logique demeure incompréhensible, ses actes dénués de sens et son fonctionnement incohérent pour toute personne extérieure.
Les personnages sont décrits comme sans personnalité, ils sont définis par leur fonction : le Guide, le Gardien. L’Enquêteur lui-même dés lors qu’il est envoyé au sein de l’Entreprise perd petit à petit les souvenirs le concernant.
Les suicides sont en réalité une métaphore, l’Entreprise tue l’humanité des salariés en annihilant leur personnalité. Dés le début du récit la culpabilité de l’Entreprise est fortement sous-entendue, et la métaphore est filée au fur et à mesure que nous découvrons l’environnement de ceux qui se sont suicidés. Ce sont d’ailleurs les grands absents de l’histoire il en est rarement fait mention et l’Entreprise ignore leur existence comme elle ignore volontairement la personnalité de chaque individu devant travailler pour elle.
Peut être le roman qui m'a le plus scotché ces dernières années. Pour preuve je m'en suis servi pour mon mémoire. A mi-chemin entre Kafka et Ionesco, Claudel présente à mes yeux la critique la plus virulente qui soit à l'économie et à tout ce qui ne tourne pas rond au sein du monde de l'entreprise.
Chaque personne est déshumanisée et désidentifiée, elle ne porte le nom que de sa fonction, ce qui renforce le sentiment que tout le monde est remplaçable et qu'au finale peu importe ce qu'on est du moment que ce qu'on fait présente une utilité à notre employeur.
Personne ne comprend la logique de l'entreprise et doit s'exécuter en dépit de ce qu'on pense être le bon sens.
Un roman-reférence tant par le style qui est presque poétique, l'histoire écartelée entre le drame et l'humour, et un constat effarant, l'absurde du fictif n'est même pas caricatural. Une claque qui fait du bien.

Je crois que ce que tu écris, j’aurai pu l'écrire ; j'ai eu la même perception de ce roman, moins élaborée. Sauf que là ou tu as été scotché, je me suis juste ennuyé. J'aime bien ton ressenti des "suicidés" qui sont effectivement absents de l'histoire. Je pensais, à la lecture de ce roman, que Claudel restait trop dans un entre-deux (soit, il est trop éloigné d'une réalité crédible, soit il ne va pas assez loin dans l'élaboration de son monde absurde et terrifiant) pour que son roman et sa critique soient efficaces.

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
monilet
Sage de la littérature


Messages : 2658
Inscription le : 11/02/2007
Age : 67
Localisation : Essonne- France

MessageSujet: Re: Philippe Claudel   Mar 25 Oct 2011 - 10:18

Le monde sans les enfants

Des sortes de contes. Un texte qui de prime abord paraît beaucoup plus léger que nombre de textes de l'auteur. Une jolie fraîcheur et pour moi l'intérêt est qu'il attire notre attention sur le ressenti des enfants et par voie de conséquence nous y rend plus attentif.
Je préfère néanmoins ses textes exclusivement pour adultes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://claudecolson.wordpress.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Philippe Claudel   Aujourd'hui à 5:38

Revenir en haut Aller en bas
 
Philippe Claudel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 14 sur 17Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15, 16, 17  Suivant
 Sujets similaires
-
» Avant l'hiver
» Hommages à Philippe Goujard
» Sculptures : Camille CLAUDEL à Dijon
» OUF (Demande à Philippe BENARD)
» 1848 - Fuite Louis-Philippe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: