Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Philippe Claudel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9 ... 17  Suivant
AuteurMessage
Ellcrys
Espoir postal


Messages : 19
Inscription le : 26/06/2007
Age : 32

MessageSujet: Philippe Claudel   Jeu 12 Juil 2007 - 9:45


Philippe Claudel est un écrivain et réalisateur français, né le 2 février 1962 à Dombasle-sur-Meurthe, en Meurthe-et-Moselle.
 
 
Bibliographie
 
Citation :
(Cliquez sur les chiffres pour accéder aux pages)
Romans
1999 Meuse l'oubli, Pages  1, 12,  15
1999 Quelques-uns des cent regrets, Pages 13, 17,
1999 Le Café de l'Excelsior, Pages 1, 6, 15
2000 J'abandonne, Pages 11, 13
2000 Barrio Flores : petite chronique des oubliés, Pages 17
2003 Les Âmes grises, Pages 1, 8, 13
2005 La Petite Fille de Monsieur Linh, Pages 1, 2 , 4, 5, 6, 9, 15
2007 Le Rapport de Brodeck, Pages 1, 2 , 4, 5, 6, 9, 10, 11, 12, 13,
2010 L'Enquête, Pages 13, 14, 15, 16
2012 Parfums, Pages 15, 16
2013 Jean-Bark,
2014 Rambétant, Circa 1924,
2016 L'arbre du pays Toraja, Page 17
 
Nouvelles
2002 Les Petites mécaniques,
2002 Mirhaela (Enregistrement lu par Philippe Claudel)
2002 La Mort dans le paysage,  Pages 11
2004 Trois petites histoires de jouets, Pages 15
2004 Dix ans sous la Bleue, collectif
2005 Trois nuits au palais Farnèse
2006 Le Monde sans les enfants et autres histoires,  Pages 1, 7, 12, 14
 
Autres oeuvres
2000 Champagne-Ardenne, Alsace, Lorraine
2001 Au revoir Monsieur Friant, Pages 6, 11,16
2001 Le bruit des Trousseaux,  Pages 1, 7, 13,   16, 17,
2002 Nos si proches orients
2007 Quartier,  Pages 16
2008 Verdun 30 000 jours plus tard
2008 Parle-moi d'amour,  Pages 12
2008 Fabrique de rêves et de réalités,  Pages 7,
2009 Tomber de Rideau
2010 Le Paquet
2011 Quelques fins du monde
2012 Autoportraits en miettes à travers les chefs-d’œuvre du musée des beaux-arts de Nancy,
 
 
Citation :
mise à jour le 18/08/2013, page 17
 
 
 
J'ai découvert cet auteur à la sorti de son roman "La petite fille de Monsieur Linh".
 
J'ai trouvée son style d'écriture vraiment excellent, simple mais très joli. Il sait se servir des mots et des tournures de phrases pour faire vivre à son lecteur le roman.
 
Monsieur Linh à tout perdu, sa femme il y a de cela longtemps et maintenant à cause de la guerre son fils et la femme de celui-ci.
Avec sa petite fille (souvenir de son fils) il quitte ce pays ravagé par la violence pour débarquer dans une ville très grande, où les gens sont préssés et stréssés.
 
Là, il fera la connaissance de Monsieur Bark, sur un banc en face d'un parc. Ne parlant pas la même langue, ils arrivent à ce comprendre avec des gestes, des regards. Monsieur Bark est le seul ami de Monsieur Linh.
 
Le dénouement de ce roman est tragique, émouvant.
Un roman à lire si ce n'est pas déjà fait ou tout simplement à relire.
Beauté littéraire, beauté des mots, de la langue et du thème.


Dernière édition par kenavo le Dim 10 Mar 2013 - 7:04, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bibliodange.skyrock.com
domreader
Zen littéraire


Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Philippe Claudel   Jeu 12 Juil 2007 - 9:52

C'est vrai que c'était un joli livre, émouvant, inattendu. Les Ames Grises était très bien aussi, tu l'as lu ?

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chatperlipopette
Zen littéraire


Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 51
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Philippe Claudel   Jeu 12 Juil 2007 - 9:56

"Les âmes grises" m'ont bouleversée et l'adaptation cinématographique m'a beaucoup plu! Bref, un excellent roman cat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
Aeriale
Léoparde domestiquée


Messages : 18132
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Philippe Claudel   Jeu 12 Juil 2007 - 10:05

Ellcrys a écrit:
J'ai découvert cet auteur à la sorti de son roman "La petite fille de Monsieur Linh".

J'ai trouvée son style d'écriture vraiment excellent, simple mais très joli. Il sait se servir des mots et des tournures de phrases pour faire vivre à son lecteur le roman.

J'avais particulièrement apprécié ce roman, comme toi Ellcrys, surtout pour sa pudeur et sa prose si délicate ,toute en retenue (chose assez rare de nos jours )
Philippe Claudel avait réussi à nous plonger dans cette atmosphère propre aux asiatiques, où peu de mots suffisent pour faire passer des sentiments. La lenteur, la douceur reflétaient parfaitement le mode de vie de Mr Linh perdu dans cet univers stressé où il se retrouvait .

J'avais vraiment été émue et charmée, oubliant de ce fait toute logique et tout sens du concret, par cette fable si lumineuse; La chute n'en n'avait été que meilleure...
Une belle rencontre! Like a Star
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ellcrys
Espoir postal


Messages : 19
Inscription le : 26/06/2007
Age : 32

MessageSujet: Re: Philippe Claudel   Jeu 12 Juil 2007 - 11:06

J'ai en effet lu les "Ames Grises" à la suite de "la petite fille de Monsieur Linh".

J'ai beaucoup aimée aussi et j'attends son nouveau roman à la rentrée avec impatience.

Le titre : "Le rapport de Brodeck". Il y a un extrait dans le numéro de "lire" de cet été.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bibliodange.skyrock.com
monilet
Sage de la littérature


Messages : 2658
Inscription le : 11/02/2007
Age : 67
Localisation : Essonne- France

MessageSujet: Re: Philippe Claudel   Jeu 12 Juil 2007 - 22:29

J'adore Claudel : Je l'ai découvert en 1999 avec son premier roman "Meuse, l'oubli", excellent à mes yeux, difficilement trouvable aujourd'hui. Je vous recommande aussi "Le café de l'Excelsior", livre lui aussi assez ancien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://claudecolson.wordpress.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Philippe Claudel   Jeu 12 Juil 2007 - 23:34

Il n'a pas écrit un livre de contes pour enfants (ou sur les enfants) récemment ? Je me rappelle d'un entretien à la radio et j'avais oublié de noter le titre, ça avait l'air intéressant.
A moins que je me trompe d'auteur ...


Sinon, de lui je viens de finir Les âmes grises. Comme vous je l'ai trouvé très beau ce roman. La poésie de l'écriture m'a un peu évoqué Pagnol.
Mais une telle concentration de drames au centimètre carré de papier, j'ai rarement lu ça... :|
Revenir en haut Aller en bas
Marie
Zen littéraire


Messages : 9602
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Philippe Claudel   Ven 13 Juil 2007 - 1:35

Tout à fait, Nezumi, "Le monde sans les enfants"
J'ai trouvé également Les âmes grises un peu plombant.......surtout le film ( tiens, il n'y avait pas Marina Hands???)d'ailleurs. Villeret était atroce à souhait.

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sophie
Sage de la littérature


Messages : 2230
Inscription le : 17/07/2007
Age : 40
Localisation : Tahiti

MessageSujet: Re: Philippe Claudel   Mer 18 Juil 2007 - 4:03

Mon premier vrai post est pour Philippe Claudel dont je suis une fan; j'ai quasiment tous ses livres, mêmes des rares.

De lui, j'ai lu Les âmes grises, mon premier Claudel qui m'a poussée à découvrir le reste.
J'ai continué avec La petite fille de MOnsieur Linh, puis J'abandonne, Meuse l'oubli, Au revoir Monsieur Friant, La mort dans le paysage dernièrement.

J'ai en attente: Nos si proches orients, Barrio Flores, Une nuit au palais Farnèse, Lemonde sans les enfants, Les petites mécaniques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslecturesdesophie.blogspot.com/
Fantaisie héroïque
Sage de la littérature


Messages : 2182
Inscription le : 05/06/2007
Age : 29
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Philippe Claudel   Mer 18 Juil 2007 - 9:13

Je ne connais que les âmes grises, mais je me souviens l'avoir adoré...
Une ambiance feutrée, mystérieuse et fascinante qui m'avait beaucoup plu. Je vais suivre attentivement ce sujet afin d'en lire d'autres de lui Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/fantaisie_heroique
swallow
Sage de la littérature


Messages : 1366
Inscription le : 06/02/2007
Localisation : Tolède. Espagne.

MessageSujet: Re: Philippe Claudel   Mer 18 Juil 2007 - 10:07

Je pense que de même qu´il nous arrive de publier quelquefois la photo d´un auteur que l´on présente sur ce Forum, on pourrait aussi choisir un fragment, une phrase représentatifs de sa prose.
Je suis aussi sensible à ce qu´Aériale souligne de cet auteur:



Citation :
surtout pour sa pudeur et sa prose si délicate ,toute en retenue (chose assez rare de nos jours )
Pourriez-vous nous donner un exemple? Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
monilet
Sage de la littérature


Messages : 2658
Inscription le : 11/02/2007
Age : 67
Localisation : Essonne- France

MessageSujet: Re: Philippe Claudel   Mer 18 Juil 2007 - 16:52

Le bruit des trousseaux_ 2002 :
".. La prison avait une odeur, faite de sueurs mijotées, d'haleines de centaines d'hommes, serrés les uns contre les autres, qui n'avaient le droit de se doucher qu'une ou deux fois par semaine. Relents de cuisine aussi, où l'ail et le chou dominaient. Cuisine froide qui venait jusqu'aux cellules sur des chariots d'aluminium poussés par des détenus qu'on surnommait les gamelles.
On ne devrait pas dire " gardien de prison " : les prisons ne sont pas à garder, ce ne sont pas elles que l'on garde. On devrait plutôt dire " gardien d'hommes ", ce qui serait plus proche de la réalité. Gardien d'hommes, un drôle de métier.
Un jour, j'ai croisé un ancien détenu dans la rue. Nous avons eu de la gêne à nous parler, alors que là-bas, nous le faisions naturellement. Et puis à la fin, tandis que je lui disais au revoir, il a murmuré : " La prochaine fois, j'aimerais mieux que vous ne m'adressiez plus la parole, que vous fassiez mine de ne plus me voir. S'il vous plaît. Je ne veux plus y penser. "
La lettre qu'un détenu attend. La fin de peine qu'un détenu attend. Le colis qu'un détenu attend. Le parloir qu'un détenu attend. L'avocat qu'un détenu attend. La convocation du juge qu'un détenu attend. La date du procès qu'un détenu attend. La nuit qu'un détenu attend. Le pas du gardien qu'un détenu attend. Le mari assassiné que l'épouse attend. L'attente. Les heures et les jours de l'attente..."

Je crois que le livre lu de lui que je n'ai pas trop appécié, si mes souvenirs ne me trahissent pas, est "Quelques uns des cent regrets", sinon beaucoup de bonheur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://claudecolson.wordpress.com/
swallow
Sage de la littérature


Messages : 1366
Inscription le : 06/02/2007
Localisation : Tolède. Espagne.

MessageSujet: Re: Philippe Claudel   Jeu 19 Juil 2007 - 10:31

Merci, Monilet. J´y vois déjà plus clair. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Bibliomane
Zen littéraire


Messages : 3403
Inscription le : 21/02/2007
Age : 51
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Philippe Claudel   Mar 25 Sep 2007 - 14:47

"Le rapport de Brodeck"

Lui, c'est Brodeck. Dans ce petit village de montagne, quelque part en Europe centrale, il essaie peu à peu de reconstruire sa vie après avoir été emporté dans la tourmente de la guerre. Car Brodeck est un survivant. Il a survécu aux camps de la mort en devenant un homme-chien qu'un gardien promenait, attaché à une laisse.

« Moi, je ne demandais pas grand-chose. J'aurais aimé ne jamais quitter le village. Les montagnes, les bois, nos rivières, tout cela m'aurait suffi. J'aurais aimé être tenu loin de la rumeur du monde, mais autour de moi bien des peuples se sont entretués. Bien des pays sont morts et ne sont plus que des noms dans les livres d'Histoire. Certains en ont dévoré d'autres, les ont éventrés, violés, souillés. Et ce qui est juste n'a pas toujours triomphé de ce qui est sale.
Pourquoi ai-je dû, comme des milliers d'autres hommes, porter une croix que je n'avais pas choisie, endurer un calvaire qui n'était pas fait pour mes épaules et qui ne me concernait pas ? Qui a donc décidé de venir fouiller mon obscure existence, de déterrer ma maigre tranquillité, mon anonymat gris, pour me lancer comme une boule folle et minuscule dans un immense jeu de quilles ? Dieu ? Mais alors, s'Il existe vraiment, qu'Il se cache. Qu'Il pose Ses deux mains sur Sa tête, et qu'Il la courbe. Peut-être, comme nous l'apprenait jadis Peiper, que beaucoup d'hommes ne sont pas dignes de Lui, mais aujourd'hui je sais aussi qu'Il n'est pas digne de la plupart d'entre nous, et que si la créature a pu engendrer l'horreur c'est uniquement parce que son Créateur lui en a soufflé la recette. »


Mais voilà que les hommes du village un soir d'automne demandent à Brodeck d'accomplire pour eux un travail bien particulier : écrire un rapport sur le meurtre collectif qu'ils viennent de commettre sur la personne de l'Anderer, « l'Autre », un mystérieux inconnu venu s'installer à l'auberge du village.

« Je m'appelle Brodeck et je n'y suis pour rien. Je tiens à le dire. Il faut que tout le monde le sache.
Moi je n'ai rien fait, et lorsque j'ai su ce qui venait de se passer, j'aurais aimé ne jamais en parler, ligoter ma mémoire, la tenir bien serrée dans ses liens de façon à ce qu'elle demeure tranquille comme une fouine dans une nasse de fer.
Mais les autres m'ont forcé : « Toi, tu sais écrire, m'ont-ils dits, tu as fait des études. » J'ai répondu que c'étaient de toutes petites études, des études même pas terminées d'ailleurs, et qui ne m'ont pas laissé un grand souvenir. Ils n'ont rien voulu savoir : « tu sais écrire, tu sais les mots, et comment on les utilise, et comment aussi ils peuvent dire les choses. Ca suffira. Nous on ne sait pas faire cela. On s'embrouillerait, mais toi, tu diras, et alors ils te croiront. [...] Il faudra vraiment tout dire afin que celui qui lira le Rapport comprenne et pardonne. »


Pourquoi ce massacre collectif ? Pourquoi ce déchaînement de violence sur un homme qui, comme Brodeck – mais d'une autre manière – était aussi un étranger ?

Brodeck va donc rédiger son rapport et revenir sur les évenements qui ont concouru à cette tragédie.. La reconstitution des circonstances de cet assassinat va peu à peu mener Brodeck à revenir sur son histoire personnelle et peu à peu vont émerger du passé les ombres de la guerre et de ses prémices.
Ainsi, lorsqu'il évoque ce jour où les villageois organisent une cérémonie afin de célébrer l'arrivée de l'Anderer, Brodeck ne voit dans cette foule insouciante et inoffensive que le reflet d'autres multitudes regroupées quelques années auparavant et qui s'annoncèrent comme le prélude au déchaînement de la barbarie.

« Depuis longtemps, je fuis les foules. Je les évite. Je sais que tout ou presque est venu d'elles. Je veux dire le mauvais, la guerre [...] que celle-ci a ouverts dans les cerveaux de beaucoup d'hommes. Moi, je les ai vus les hommes à l'oeuvre, lorsqu'ils savent qu'ils ne sont pas seuls, lorsqu'ils savent qu'ils peuvent se noyer, se dissoudre dans une masse qui les englobe et les dépasse, une masse faite de milliers de visages taillés à leur image. On peut toujours se dire que la faute incombe à celui qui les entraîne, les exhorte, les fait danser comme un orvet autour d'un bâton, et que les foules sont inconscientes de leurs gestes, de leur avenir et de leur trajet. Cela est faux. La vérité, c'est que la foule est elle-même un monstre. Elle s'enfante, corps énorme composé de milliers d'autres corps conscients. Et je sais aussi qu'il n'y a pas de foules heureuses. Il n'y a pas de foules paisibles. Et même derrière les rires, les sourires, les musiques, les refrains, il y a du sang qui s'échauffe, du sang qui s'agite, qui tourne sur lui-même et se rend fou d'être ainsi bousculé et brassé dans son propre tourbillon. »

En cela, Brodeck ne se trompera pas en prédisant dans cette innocente réception organisée en l'honneur du nouveau-venu le signe avant-coureur du drame qui se déroulera plus tard. Car Brodeck sait que ce meurtre collectif n'est en fait que le seul moyen qu'avaient les villageois d'effacer une souillure, un autre drame dont ils ont été responsables alors que la guerre faisait rage.
Car cet étranger, cet Anderer, que savait-il au juste ? N'était-il pas apparu pour mettre chacun en face de ses responsabilités ? N'était-il pas le miroir que l'on brise afin de repousser l'horreur qui se dissimule derrière chaque visage ? N'était-il pas aussi , cet Autre – de par son comportement jugé excentrique par ces montagnards frustes et soupçonneux – l'image d'un savoir et d'une culture pour eux considérée comme inaccessible et jugée par là même comme dangereuse ? Le comportement de ces villageois meurtriers n'est-il pas après tout, à une échelle réduite, la pâle copie du vent de folie qui déferla sur l'Europe de cette époque ?
Brodeck se souvient d'une sentence de son ancien camarade d'études, Ulli Rätte : « N'oublie pas que c'est l'ignorance qui triomphe toujours, Brodeck, pas le savoir. »

Le dernier roman de Philippe Claudel est une oeuvre d'une puissance égalant une tragédie antique. Par sa volonté de ne pas faire apparaître dans le texte des mots tels que « Allemands », « Nazis », »Juifs », mais de les remplacer par des termes appartenant à un dialecte régional voisin de la langue allemande, Philippe Claudel donne à son récit une universalité troublante. Il fait ainsi du drame qui se déroule peu à peu sous nos yeux une narration métaphorique qui, transcendant les époques et les civilisations, nous renvoie à nos propres peurs et à nos propres pulsions de violence, de domination et d'exécration de la différence.
Réquisitoire contre l'intolérance, « Le rapport de Brodeck » l'est aussi contre l'ignorance, source de violence, d'exclusion et de stigmatisation de l'Autre.
Baigné d'une atmosphère opressante, le roman de Philippe Claudel nous entraîne dans une lente descente aux Enfers où l'horreur de la condition humaine se révèle à chaque page dans un cortège d'abomination. Ce livre laissera le lecteur pantois et comme vidé après avoir lu ce récit terrible et magnifique, cette étude en noir des abimes insondables dans lesquels l'âme humaine peut s'égarer jusqu'à se renier elle-même.
Il faut lire « Le rapport de Brodeck. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebibliomane.blogspot.com/
coline
Parfum livresque


Messages : 29392
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Philippe Claudel   Mar 25 Sep 2007 - 17:42

Merci de ce superbe compte-rendu Biblio...J'ai envie de lire ce livre dont plusieurs personnes m'ont déjà dit beaucoup de bien...Mais le sujet me fait peur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Philippe Claudel   Aujourd'hui à 5:33

Revenir en haut Aller en bas
 
Philippe Claudel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 17Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9 ... 17  Suivant
 Sujets similaires
-
» Avant l'hiver
» Hommages à Philippe Goujard
» Sculptures : Camille CLAUDEL à Dijon
» OUF (Demande à Philippe BENARD)
» 1848 - Fuite Louis-Philippe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: