Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 John Ford

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

John Ford Empty
MessageSujet: John Ford   John Ford EmptyLun 5 Oct 2009 - 16:14

Dans les années 50, un journaliste demanda à Orson Welles quels étaient, selon lui, les trois plus grands cinéastes américains. Il répondit : "John Ford, John Ford et John Ford." Qualifié de "Shakespeare du XXème siècle" par l'un de ses biographes, Ford est sans nul doute un des géants de l'histoire du cinéma. De 1917 à 1966, il a tourné 137 films dont, hélas, une cinquantaine, de l'époque du muet, semble définitivement perdu. Il a reçu 4 Oscars de meilleur réalisateur (record absolu) pour Le mouchard, Les raisins de la colère, Qu'elle était verte ma vallée, L'homme tranquille. Lui qui se définissait comme un réalisateur de westerns (le maître du genre) a en fait tourné dans tous les genres avec bonheur.

John Ford JohnFord

A voir : Directed by John Ford, un documentaire de Peter Bogdanovitch.
A lire (entre autres) : A la recherche de John Ford de Joseph McBride, une formidable biographie parue chez Actes Sud en 2007.
John Ford 9782742768301

Citation :
Filmographie/Index (Cliquez sur les chiffres pour accéder directement aux pages)

Films muets
1917 : The tornado
1917 : The Trail of Hate
1917 : The Scrapper
1917 : Pour son gosse (The soul herder) (The sky pilot)
1917 : Red Saunders Plays cupid
1917 : Cheyenne's Pal
1917 : Le Ranch Diavolo (Straight Shooting)
1917 : L'Inconnu (The Secret Man)
1917 : A Marked Man
1917 : À l'assaut du boulevard (Bucking Broadway)  Page 3
1918 : Le Cavalier fantôme (The Phantom Riders)
1918 : La Femme sauvage (Wild Women)
1918 : Thieves Gold
1918 : La Tache de sang (The Scarlet Drop) (Civil War days)
1918 : Du sang dans la prairie (Hell Bent) (Three Bad Men)
1918 : Le Bébé du cow-boy (A Woman's Fool)
1918 : The Craving
1918 : Le Frère de Black Billy (Three Mounted Men)
1919 : Sans armes (Roped)
1919 : The Fighting Brothers
1919 : À la frontière (A Fight for Love)
1919 : By Indian Post
1919 : The Rustlers
1919 : Le Serment de Black Billy (Bare Fists)
1919 : Gun Law The Posse's Prey
1919 : The Gun Packer
1919 : La Vengeance de Black Billy (Riders of Vengeance)
1919 : The Last Outlaw
1919 : Le Proscrit (The Outcasts of Poker Flat)
1919 : Le Roi de la prairie (The Ace of the Saddle)
1919 : Black Billy au Canada (The Rider of the Law) (Jim of the Rangers)
1919 : Tête brûlée (A Gun Fightin' Gentleman) 1919 : Les Hommes marqués (Marked Men)
1920 : The Prince of Avenue A
1920 : The Girl in Number 29
1920 : L'Obstacle (Hitchin' Posts)
1920 : Pour Le Sauver (Just Pals)  Page 3
1921 : Un homme libre (The Big Punch)
1921 : The Freeze-Out
1921 : The Wallop
1921 : Face à Face (Desperate Trails)
1921 : Action (Let's Go)
1921 : Sure Fire
1921 : Jackie
1922 : Little Miss Smiles
1922 : Silver Wings
1922 : Le Forgeron du village (The Village Blacksmith)
1923 : L'Image aimée (The Face on the Barroom Floor) (The Love Image)
1923 : Three Jumps Ahead
1923 : Cameo Kirby
1923 : Le Pionnier de la baie d'Hudson (North of Hudson Bay) (North of the Yukon)
1923 : La Tornade (Hoodman Blind)
1924 : Le Cheval de fer (The Iron Horse)  Page 1
1924 : Les Cœurs de chêne (Hearts of Oak)
1925 : Sa nièce de Paris (Lightnin')
1925 : La Fille de Négofol (Kentucky Pride)
1925 : Le Champion (The Fighting Heart)
1925 : Extra Dry (Thank You)
1926 : Gagnant quand même (The Shamrock Handicap)
1926 : Trois Sublimes Canailles (Three Bad Men)  Page 2
1926 : L'Aigle bleu (The Blue Eagle)
1927 : Upstream  Page 3
1928 : La Maison du bourreau (Hangman's House)  Page 3

Films partiellement sonores
1928 : Maman de mon cœur (Mother Machree)
1928 : Les Quatre Fils (Four Sons)  Page 3
1928 : Riley the Cop
1929 : Le Costaud (Strong Boy)

Films parlants
1928 : Napoleon's Barber
1929 : The Black Watch (La Garde Noire)  Page 3
1929 : Salute
1930 : Hommes sans femmes (Men Without Women)  Page 3
1930 : Born Reckless
1930 : Up the River  Page 1
1931 : Le Corsaire de l'Atlantique (Seas Beneath)
1931 : The Brat
1931 : Arrowsmith  Page 3
1932 : Tête brûlée (Airmail)
1932 : Une femme survint (Flesh)  Page 2
1933 : Deux femmes (Pilgrimage)  Page 1
1933 : Doctor Bull  Page 2
1934 : La Patrouille perdue (The Lost Patrol)  Page 2
1934 : Le Monde en marche (The World Moves On)
1934 : Judge Priest  Page 2
1935 : Toute la ville en parle (The Whole Town's Talking)  Page 1
1935 : Le Mouchard (The Informer)  Page 1
1935 : Steamboat Round the Bend   Page 1,  2
1936 : Je n'ai pas tué Lincoln (The Prisoner of Shark Island)  Page 1
1936 : Marie Stuart (Mary of Scotland)  Page 2
1936 : Révolte à Dublin (The Plough and the stars)  Page 3
1937 : La Mascotte du régiment (Wee Willie Winkie)  Page 1
1937 : The Hurricane  Page 1
1938 : Quatre hommes et une prière (Four men and a prayer)  Page 1
1938 : Patrouille en mer (Submarine Patrol)
1939 : La Chevauchée fantastique (Stagecoach)  Page 1
1939 : Vers sa destinée (Young Mister Lincoln)  Page 1
1939 : Sur la piste des Mohawks (Drums Along the Mohawk)  Page 2
1940 : Les Raisins de la colère (The Grapes of Wrath)  Page 2
1940 : Les Hommes de la mer ou Le Long voyage (The Long Voyage Home)  Page 1,  2
1941 : La Route du tabac (Tobacco Road)  Page 2
1941 : Qu'elle était verte ma vallée (How Green Was My Valley)  Page 2
1942 : La Bataille de Midway (The Battle of Midway)
1943 : We Sail at Midnight
1943 : December 7th
1945 : Les Sacrifiés (They Were Expendable)  Page 2
1946 : La Poursuite infernale (My Darling Clementine) Page 2
1947 : Dieu est mort (The Fugitive)  Page 2
1948 : Le Massacre de Fort Apache (Fort Apache)  Page 2
1948 : Le Fils du désert (Three Godfathers)  Page 2
1949 : L'Héritage de la chair
1949 : La Charge héroïque (She Wore A Yellow Ribbon)  Page 2
1950 : Planqué malgré lui (When Willie Comes Marching Home)  Page 2
1950 : Le Convoi des braves (Wagon Master)  Page 2
1950 : Rio Grande  Page 2
1951 : This Is Korea!
1952 : L'Homme tranquille (The Quiet Man)  Page 2
1952 : What Price Glory  Page 1
1953 : Le soleil brille pour tout le monde (The Sun Shines Bright)  Page  2
1953 : Mogambo  Page 2
1955 : Ce n'est qu'un au revoir (The Long Gray Line)  Page 2
1955 : The Red, White and Blue line
1955 : Permission jusqu'à l'aube (Mister Roberts)  Page 2
1955 : The Bamboo Cross
1956 : La Prisonnière du désert (The Searchers)  Page 2
1957 : L'aigle vole au soleil (The Wings of Eagles)  Page 2
1957 : Quand se lève la lune (The Rising of the Moon)  Page 3
1958 : L'Inspecteur de service (Gideon's Day)  Page 2
1958 : La Dernière Fanfare (The Last Hurrah)  Page 2
1959 : Les Cavaliers (The Horse Soldiers) Page 2
1959 : Korea: Battleground for Liberty
1960 : The Colter Craven Story épisode de la série télévisée "Wagon Train"
1960 : Le Sergent noir (Sergeant Rutledge)  Page 2
1960 : Alamo, réalisateur de la 2e équipe
1961 : Les Deux Cavaliers (Two Rode Together)  Pages 1,  2
1962 : L'Homme qui tua Liberty Valance (The Man Who Shot Liberty Valance)  Page 2, 4
1962 : La Conquête de l'Ouest (How the West was won)
1962 : Flashing Spikes, épisode de la série télévisée Alcoa Premiere (en)
1963 : La Taverne de l'Irlandais (Donovan's Reef)  Page  2
1964 : Les Cheyennes (Cheyenne Autumn)  Pages 2
1965 : Le Jeune Cassidy (Young Cassidy)
1966 : Frontière chinoise (Seven Women) Page 2
1976 : Chesty: A Tribute to a Legend (documentaire)

Télévision
1955 : Le Choix de... (Screen Directors Playhouse) (série), épisode : La Révélation de l'année (Rookie of the Year)


Citation :
mise à jour le 04/03/2013 à la page 3
Revenir en haut Aller en bas
http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

John Ford Empty
MessageSujet: Re: John Ford   John Ford EmptyLun 5 Oct 2009 - 16:39

Fils d'émigrants irlandais, John Martin Feeney, dit John Ford, est né le 1er février 1894 près de Portland (Maine). Il débarque en 1914 à Hollywood et devient l'homme à tout faire de son frère, Frank, acteur et réalisateur pour Universal. John est brièvement acteur avant de devenir assistant-réalisateur. Il signe son premier film en 1917 et commence à s'imposer dans le western. En 1924, il signe un des premiers chefs d'oeuvre du genre, Le cheval de fer. Avec le parlant, Ford acquiert une véritable indépendance et le final cut de ses films. Il s'aventure en dehors du western et réalise des films historiques (Je n'ai pas tué Lincoln), des mélodrames, des comédies...sans oublier d'évoquer l'Irlande de ses ancêtres, notamment dans Le mouchard (1935) qui lui vaut son premier Oscar de réalisateur. Très actif dans la lutte contre le nazisme, il réalise plusieurs documentaires pendant la guerre et est blessé pendant la bataille de Midway. Il tourne ensuite quelques uns de ses grands classiques et, bien qu'étiqueté à droite, combat le maccarthysme "aux méthodes dignes de la Gestapo." En 1952, il empoche un quatrième Oscar pour un film qui lui tient particulièrement à coeur, L'homme tranquille. Fatigué par des tournages incessants et son penchant pour l'alcool, Ford ralentit son rythme et termine sa carrière de cinéaste en 1966. Il meurt le 31 août 1973.

John Ford Informer
Le mouchard (1935).
Revenir en haut Aller en bas
http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

John Ford Empty
MessageSujet: Re: John Ford   John Ford EmptyLun 5 Oct 2009 - 16:53

Tu as de quoi faire il a été très productif que ce soit à la période du muet ou à celle du parlant... Très grand réalisateur dont je ne connais que 6 ou 7 opus... Je suivrai donc ton fil avec intérêt pour repérer quelques perles...

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Bellonzo
Sage de la littérature
Bellonzo

Messages : 1775
Inscription le : 22/07/2008
Age : 70
Localisation : Picardie

John Ford Empty
MessageSujet: Re: John Ford   John Ford EmptyLun 5 Oct 2009 - 20:00

Le sel de la mer

John Ford 41720310

John Ford et John Wayne ont été associés des dizaines de fois et pas seulement pour des westerns.Cependant en 1940,dans Les hommes de la mer (The long voyage home) Wayne,très juvénile,n'est qu'un acteur parmi d'autres de ce film qu'on pourrait qualifier de choral car aucun rôle dans ce film ne se détache vraiment.John Ford a adapté avec Dudley Nichols quatre pièces sur la mer d'u grand dramaturge américain Eugene O'Neill.Rien de ce qui concerne la marine n'aura échappé à John Ford,passionné des hommes et des navires.Très intéressant techniquement par sa photo et ses éclairages (Gregg Toland) Les hommes de la mer est un poème épique sur la condition de ces drôles de gens ,les marins.Pourtant tourné en studio la mer est d'une rare présence dans ce film qui suit ces hommes en mer lors d'une visite de prostituées,puis à l'ouvrage,puis à l'escale.

Pour la première partie Ford nous offre quelques plans d'Antillaises que je trouve d'un superbe érotisme.Les hommes de la mer nous fait partager le quotidien claustrophobique et la promiscuité de ces hommes embarqués souvent malgré eux et l'amitié comme la méfiance ont embarqué avec eux.Il n'y a pas de héros dans The long voyage home,des hommes simplement.Et s'il y a un voyage il n'ya pas forcément de home au bout.Comme en témoigne la dernière partie du film,consacrée à l'escale et au retour difficile pour tous ces oiseaux de mer incapables de fouler la terre ferme sans que la taverne ne reprenne ses droits.

John Ford 41734310

Crédits photos:Shahn

C'est cette partie que j'ai préférée en ce film peu spectaculaire qui nous emporte malgré tout et malgré l'artifice théâtral assez marqué de la présence d'O'Neill,auteur de quatre pièces habilement agencées par le grand scénariste fordien Dudley Nichols.Les scènes de rue traduisent admirablement l'influence de l'expressionnisme allemand de la grande époque pour lequel Ford a toujours confessé son admiration.A ceux qui pensent que Ford n'est que l'auteur de quelques magnifiques westerns je suggère de prendre la mer avec lui sur le Glencairn
Revenir en haut Aller en bas
http://eeguab.canalblog.com
Bellonzo
Sage de la littérature
Bellonzo

Messages : 1775
Inscription le : 22/07/2008
Age : 70
Localisation : Picardie

John Ford Empty
MessageSujet: Re: John Ford   John Ford EmptyLun 5 Oct 2009 - 20:09

A fond de ton avis Traversay la bio de Ford par Joseph McBride est un monument tout comme celle de Hawks dans la même collection sous la plume de Todd McCarthy.
Revenir en haut Aller en bas
http://eeguab.canalblog.com
Babelle
Zen littéraire
Babelle

Messages : 5065
Inscription le : 14/02/2007
Localisation : FSB

John Ford Empty
MessageSujet: Re: John Ford   John Ford EmptyLun 5 Oct 2009 - 20:18

J'ai revu il y a 2 ans The Grapes of Wrath (1940?), un véritable document, pas seulement cinématographique. Le roman de Steinbeck est sorti en 39.
-Henry Fonda, Jane Darwell, John Carradine, Charley Grapewin, Doris Bowdon, Russell Simpson, O.Z. Whitehead
Scénario : Nunnally Johnson d’après le roman de John Steinbeck
Directeur de la photographie : Gregg Toland

John Ford Raisin10John Ford 18404010John Ford Raisin11
Revenir en haut Aller en bas
http://macrofictions.blogspot.com/
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

John Ford Empty
MessageSujet: Re: John Ford   John Ford EmptyLun 5 Oct 2009 - 20:19

Bellonzo a écrit:
A fond de ton avis Traversay la bio de Ford par Joseph McBride est un monument tout comme celle de Hawks dans la même collection sous la plume de Todd McCarthy.

Et j'espère de ta part d'autres belles chroniques comme celle-ci. Pour ma part, je me contenterai de hiérarchiser par décennie les films que j'ai pu voir (et il m'en manque pas mal quand même, à commencer par Révolte à Dublin).
Parmi les coffrets que j'aimerais un jour posséder, il y a celui-ci. 24 films de Ford pour 170 dollars sur amazon.com.

John Ford 51VZxw5cEoL._SL160_AA115_


Dernière édition par traversay le Lun 5 Oct 2009 - 20:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

John Ford Empty
MessageSujet: Re: John Ford   John Ford EmptyLun 5 Oct 2009 - 20:21

Babelle a écrit:
J'ai revu il y a 2 ans The Grapes of Wrath (1940?), un véritable document, pas seulement cinématographique. Le roman de Steinbeck est sorti en 39.
-Henry Fonda, Jane Darwell, John Carradine, Charley Grapewin, Doris Bowdon, Russell Simpson, O.Z. Whitehead
Scénario : Nunnally Johnson d’après le roman de John Steinbeck
Directeur de la photographie : Gregg Toland

John Ford Raisin10John Ford 18404010John Ford Raisin11

Oui Babelle, 1940. Un de ses plus grands films, sans aucun doute.
Revenir en haut Aller en bas
http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Bellonzo
Sage de la littérature
Bellonzo

Messages : 1775
Inscription le : 22/07/2008
Age : 70
Localisation : Picardie

John Ford Empty
MessageSujet: Re: John Ford   John Ford EmptyLun 5 Oct 2009 - 20:33

Merci Traversay c'est bien volontiers que je viens en renFord.Il y a tant à dire sur ce géant.

A l'attaque du Ford méconnu

John Ford Ford_m11

Pourquoi ces trois films?Et pourquoi les éditions ont-elles décidé de ressusciter ces trois films fort méconnus?Mystère.Mystère et petite déception car ce coffret m'a laissé sur ma faim.Par ordre d'intérêt décroissant voici donc...

Steamboat round the bend(35) est un film délicieux et truculent dans un monde à la Mark Twain et qui raconte une course de bateaux à roues sur le Mississipi avec Will Rogers alors grande vedette en capitaine et une rivalité virile comme Ford les aime tant,homérique et confiante en l'Amérique.Comédie comme Ford en a signé quelques-unes Steamboat round the bend restitue cette ambiance Showboat et Ol' Man River dans un registre qui se veut de bonne humeur,un peu dans la lignée des très ultérieurs L'homme tranquille ou La taverne de l'Irlandais.

What price glory(52) offre de bons moments mais ne réussit pas toujours à convaincre par son mélange de burlesque,bagarres épiques et alcoolisées comme d'habitude,duos presque chorégraphiques entre les rivaux James Cagney et Dan Dailey,tous deux issus du music-hall,et d'angoisses de la guerre dans cette oeuvre dont l'action se passe en France pendant la Grande Guerre.Par contre quelques belles scènes assez émouvantes quand Ford prône la simplicité et la proximité de la mort au travail.

Quatre hommes et une prière(38) présente l'enquête de quatre frères pour réhabiliter leur père,officier de l'armée des Indes.Je trouve ce film raté et artificiel.Seuls les cinéphiles s'amuseront à reconnaître David Niven et George Sanders très jeunes.Pour les Indes mieux vaut revoir Les quatre plumes blanches ou Les trois lanciers du Bengale en les situant bien sûr dans le contexte d'époque...

[b]
Revenir en haut Aller en bas
http://eeguab.canalblog.com
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

John Ford Empty
MessageSujet: Re: John Ford   John Ford EmptyMar 6 Oct 2009 - 15:37

John Ford Iron_horse_john_ford_poster

Le cheval de fer (1924)

Le premier western ambitieux de Ford, réalisé à 30 ans, tourné avec des moyens colossaux (10 000 têtes de bétail, 1 300 bisons, les locomotives véritables de 1870). Cette fresque de 2h15 raconte la construction du chemin de fer destiné à relier l'Atlantique au Pacifique. Un film épique, picaresque, burlesque, romanesque et...humaniste. Derrière la glorification du progrès, Ford décrit également avec mélancolie la fin d'un monde et le début d'un nouveau, industriel et commercial. Le réalisateur se situe aussi clairement du côté des ouvriers (irlandais et chinois) face aux financiers sans scrupules.
C'est le premier chef d'oeuvre de John Ford.


John Ford Icone06
Revenir en haut Aller en bas
http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Bellonzo
Sage de la littérature
Bellonzo

Messages : 1775
Inscription le : 22/07/2008
Age : 70
Localisation : Picardie

John Ford Empty
MessageSujet: Re: John Ford   John Ford EmptyMer 7 Oct 2009 - 20:22

Parmi les cavaliers de Ford

John Ford 67442510

Je n'ai jamais pu voir Le cheval de fer et le regrette beaucoup.On semble avoir enfin compris que John Ford n'était pas une vieille baderne. Les deux cavaliers que je n'avais jamais revu depuis sa sortie en 61 est un film bien intéressant déjà par son humour et les silhouettes très fordiennes,sergent obèse et amateur de bière, juge honnête mais dépassé,lieutenant dévoué à l'armée sans être idiot. Comme toujours chez Ford on ne se pose guère de questions sur le droit. On pensait ainsi à l'époque que les conquérants avaient raison avec leurs armes et leur bibles. D'accord, mais John Ford est beaucoup plus fin que ça.

Le personnage du sherif joué par un James Stewart relativement antipathique prendra conscience relativement aussi (mais tout n'est-il pas relatif?) que les Indiens ne sont finalement pas pires que les Blancs. Et je trouve que c'est déjà une belle leçon. Pas d'angélisme s'il vous plaît. Une très belle et poignante scène que celle du bal où ce marshall alcoolique et cet officier besogneux défendent la jeune fille élevée par les Indiens. Certes on n'en est pas encore à réhabiliter les Indiens eux-mêmes mais à tenter de comprendre leur vie à, travers les enfants blancs enlevés. Dans notre jargon bien-pensant actuel on appellera ça une réflexion sur l'identité. John Ford aidé de Stewart, de Widmark et de seconds rôles classiques n'est pas toujours politiquement correct, mais tellement homme de l'Ouest avec plus d'interrogations qu'il n'y paraît. Les deux cavaliers reste un peu pâle après le magnifique La prisonnière du désert mais on a vu bien pire.

Un trait d'humour trouvé dans la bible de Joseph McBride.Lors du tournage des Deux cavaliers,en fin de carrière,dirigeant James Stewart et Richard Widmark,tous deux durs d'oreille et portant perruque cause calvitie,Ford déclara "Cinquante ans de putain de métier et j'en arrive à quoi?Diriger deux moumoutes sourdingues".So long.
Revenir en haut Aller en bas
http://eeguab.canalblog.com
FrançoisG
Envolée postale
FrançoisG

Messages : 281
Inscription le : 29/09/2009
Localisation : Au calme dans ma maison

John Ford Empty
MessageSujet: Re: John Ford   John Ford EmptyMer 7 Oct 2009 - 23:46

Immense cinéaste qui a vécu l'âge d'or de Hollywwod...

Merci pour ce fil, je le suivrai de près attentif
Revenir en haut Aller en bas
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

John Ford Empty
MessageSujet: Re: John Ford   John Ford EmptyJeu 8 Oct 2009 - 8:07

FrançoisG a écrit:
Merci pour ce fil, je le suivrai de près attentif
Oui, moi aussi, je l'ai à l'oeil ! dentsblanches
Revenir en haut Aller en bas
http://www.plathey.net
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

John Ford Empty
MessageSujet: Re: John Ford   John Ford EmptyLun 12 Oct 2009 - 15:06

Les années 30

Durant les années 30, John Ford tourne 26 films dont quelques classiques dans des genres divers (westerns, films historiques et d'aventures, comédies, drames). Voici mes 10 préférés sachant que 1. C'est totalement subjectif. 2. Le classement évolue au gré des nouvelles (re)visions.

1. La chevauchée fantastique (Stagecoach, 1939)
John Ford 335
Le western dans sa pureté absolue. Voir comment Ford, en cinq minutes, capte la psychologie de chacun des passagers de la diligence. Cette transposition de Boule de suif de Maupassant au Far-West se sert des clichés du western pour mieux les transcender.

2. Je n'ai pas tué Lincoln (The prisoner of Shark Island, 1936)
John Ford 4664
Tout l'univers de Ford dans ce film chiche en dialogues et proche, d'une certaine manière, du cinéma muet. Dans ce mélodrame, plusieurs des thématiques chères à Ford sont abordées : l'éclatement de la famille, la naissance des Etats-Unis, entre autres. Visuellement, c'est une splendeur.

3. Deux femmes (Pilgrimage, 1933)
John Ford Pilgrimage
Sublime mélodrame autour des mères de soldats tombés pendant la première guerre mondiale.

4. Toute la ville en parle (The whole town's talking, 1935)
John Ford 4676
Une histoire de jumeaux, prétexte à une comédie (l'un est simple employé, l'autre gangster notoire) à connotations sociales.

5. La mascotte du régiment (Wee Willie Winkie, 1937)
On a tendance à mésestimer ce film à cause de la présence de la petite Shirley Temple, qui minaude cependant moins que d'habitude. Basée sur une histoire de Kipling, cette oeuvre est autant un récit d'aventures qu'un duel souriant entre Shirley et le massif (mais débonnaire) Victor McLaglen.
John Ford 4710
Revenir en haut Aller en bas
http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

John Ford Empty
MessageSujet: Re: John Ford   John Ford EmptyLun 12 Oct 2009 - 15:28

6. The hurricane (1937)
John Ford 4709
Le scénario est sans doute un peu naïf dans ses accents rousseauistes. Mais quelle maîtrise de la mise en scène avec des scènes de tempête soufflantes (c'est le cas de le dire), soit près d'un quart d'heure d'action pure sans dialogues.

7. Vers sa destinée (Young Mr. Lincoln, 1939)
John Ford 4706
La jeunesse de Lincoln, sans doute le personnage historique préféré de Ford. Très beau film humaniste qui ne verse jamais dans l'hagiographie.

8. Up the river (1930)
John Ford 4723
Film de prison mais aussi comédie qui associe les jeunes Spencer Tracy et Humphrey Bogart. Du divertissement à l'état pur.

9. Le mouchard (The informer, 1935)
John Ford 4667
Ford tourne dans l'Irlande de ses origines. Film très personnel sur un personnage lâche et ivrogne mais aussi généreux et bienveillant. Toute l'ambigüité de l'âme humaine dans ce portrait au fusain (le traitement de l'image est ici extraordinaire).

10. Quatre hommes et une prière (Four men and a prayer, 1938)
John Ford 4671
Pas une histoire inoubliable mais une interprétation de première ordre (Niven, Sanders...). Et les amateurs de la belle Loretta Young ne peuvent rater ça.
Revenir en haut Aller en bas
http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Contenu sponsorisé




John Ford Empty
MessageSujet: Re: John Ford   John Ford Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
John Ford
Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» FORD TRANSIT 2L 140CH T350 H2 L2
» Multinational fleet & exercices
» Armée de l'air Américaine (US Air Force)
» Ranger John Van Cott 5 th Ranger Bn D.Co
» CV & CVN : Aircraft Carriers - Porte-avions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Images et sons :: Cinéma, télévision et radio :: Réalisateurs-
Sauter vers: