Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Sandro Veronesi [Italie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Sandro Veronesi [Italie]   Ven 2 Mai 2008 - 19:46



Le Toscan Sandro Veronesi est un homme au talents multiples. Architecte de formation, il décide assez tôt de se consacrer à l'écriture.

Ses romans sont souvent bizarres, expérimentaux, à la fois fantastique et psychédélique.

Son premier roman, Les Vagualâmes, est publié chez Laffont en 1993.

La force du passé, publié en 2002 chez Plon, remporte plusieurs prix littéraires et est traduit dans plus de 15 langues.

Mais c'est avec Chaos calme que Sandro Veronesi accède définitivement à la notoriété.
Publié en 2005 en Italie, le livre est très vite adapté au cinéma par Antonello Grimaldi, avec Nanni Moretti dans le rôle principal.
Le roman paraît en France en 2008 chez Grasset.

Entretemps, Veronesi a publié un autre roman en 2007, Brucia Troia.

Bibliographie

Citation :
Index: (cliquez sur les numéros de page pour y accéder directement)

Il resto del cielo (1984)
Per dove parte questo treno allegro (1984)
Gli sfiorati (1990)
Cronache italiane (1992)
Occhio per occhio. La pena di morte in quattro storie (1992)
Venite venite B-52 (1995)
Live (1996)
La forza del passato (2000)
La Force du passé (Plon, 2002) Pages 1
Ring City (2001)
No man's land (Terra di nessuno) (2003)
Terrain vague (Grasset, 2010) Pages 4
Caos calmo (2005, chez Bompiani, prix Strega 2006)
Chaos calme (traduit par Dominique Vittoz, Grasset & Fasquelle, prix Méditerranée étranger, Prix Fémina étranger 2008), Prix Cévennes du roman européen 2009 Pages 1, 2, 4
Brucia Troia (2007)
Sotto il sole ai Campi Elisi, Corriere della Sera (Corti di Carta), Racconto, (2007)
XY (2010), page 5


Critique du film Chaos calme : page 2,

Citation :
Mise à jour le 01/02/2013, page 5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Sandro Veronesi [Italie]   Ven 2 Mai 2008 - 19:49

Je ne connaissais nullement cet auteur italien, réputé semble-t-il dans son pays.

Les quatre chroniqueurs du Bateau Livre ont unanimement encensé Chaos calme...
Prix Strega
A suivre...

clic

J'ai noté ce titre dans ma LAL.

Présentation de l'éditeur
Pietro Palladini est immobile, Dans l'œil du cyclone. Il ne sort plus de sa voiture, garée au bas de l'école de sa fille à Milan. Ce quadragénaire séduisant que la vie avait épargné vient de perdre sa femme, Lara. Il attend de souffrir, mais ce n'est pas si facile de ressentir la perte. Les amis et les anonymes viennent lui parler, l'étreindre, partager ce temps suspendu, ce " chaos calme " où il se réfugie désormais. Une jolie fille qui promène son chien, les collègues de travail à la veille d'une fusion financière sans précédent, un frère fumeur d'opium, une belle-sœur qui se dénude en pleine crise de nerfs, une milliardaire érotisée, tous perdent à un moment leur calme, leur dignité, leurs masques. Tous renoncent à la comédie sociale. Sur cette situation digne d'un Beckett loufoque. Sandre Veronesi construit un roman polyphonique, livre de la maturité, émouvant, ample, magistralement tissé : le mélange de l'intime dans ce qu'il a de plus vibrant et du réel dans ce qu'il a de plus dérangeant.

Nanni Moretti fait scandale en Italie dans le film de Antonio Luigi Grimaldi qui est l'adaptation de ce roman.

Le Vatican avait d’ailleurs déjà fait campagne contre le livre de Veronesi. (On se croirait revenus aux années soixante, lorsque l’Eglise s’en prenait à Pier Paolo Pasolini.)
Le film «Chaos calme» réalise pourtant les meilleures entrées du moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Sandro Veronesi [Italie]   Mer 28 Mai 2008 - 23:47

CHAOS CALME

Si je compare mon impression à celles des critiques qui ont encensé ce roman et des jurys qui l’ont récompensé (Prix Strega+ Prix Méditerranée), je me dis que je suis peut-être passée à côté de quelque chose…Mais je n’ai pas l’impression pourtant…

Je connaissais le thème du roman…Un jeune père de famille veuf, attend tous les jours, pour toute la durée des classes, dans sa luxueuse voiture garée devant l’école de sa petite fille…

Je connaissais aussi la phrase de Becket citée en exergue : « Je ne peux pas continuer. Je vais continuer ». Je la trouvais magnifique !

Alors ma logique me faisait sans doute penser que j’allais trouver un homme en crise, déprimé pour agir ainsi, en proie à la douleur…
Mais non!…Cet homme, Pietro Palladini ne souffre pas, ne ressent pas de chagrin…Oh bien sûr, le drame est bien là... mais il le vit dans ce qu’il appelle « un chaos calme ».
Alors je me suis étonnée et je n’ai pas compris...comme son entourage d’ailleurs….
Je ne me suis pas senti de compassion pour cet homme qui n’en avait pas besoin…

Il observe la vie alentour…Il reçoit dans sa voiture des amis, des collègues, sa famille, des parents d’élèves, des inconnus…Il les écoute, les réconforte…
Mais ce roman est franchement racoleur! Et ça a le don de m'énerver...Parmi toutes ces visites il y a tout de même un frère fumeur d'opium, une séduisante belle-sœur qui se dénude quand elle pique une crise de nerfs, une milliardaire très érotique, une mère d’élève coquette et bronzée, une jeune fille superbe qui promène son chien dans le quartier…Et des collègues haut placés en train de perdre leur emploi…

J’aurais dû m’en douter dès la première scène car le roman commence par un sauvetage. Pietro Palladini et son frère Carlo se jettent dans les vagues pour porter secours à deux jeunes femmes en train de se noyer…Or la scène n’est pas particulièrement tragique pourtant car l’effort que Pietro accomplit pour ramener la femme sur le rivage déclenche en lui une formidable érection…C’est toujours ça de pris!…Je dis cela car aussitôt parvenu sur la plage, nos héros retombent dans l’indifférence générale…Il n’y aura personne pour les féliciter, les remercier…

Ensuite il y eut le malheureux retour à la maison …Lara, la femme de Pietro, qui venait de décéder brutalement. Et lui, « sonné, hébété » qui allait devoir assurer son rôle de père auprès de la petite Claudia, 10 ans.

C’est un livre que je qualifierais de « décalé- branché »…Un peu trop à mon goût…Mais je conçois qu’il puisse séduire un certain public…
Er vraiment rien de transcendant sur le plan de l’écriture …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Sandro Veronesi   Jeu 29 Mai 2008 - 2:00

Tu t'es trompée d'auteur parmi les italiens, Coline...

Lis Les paroles de la nuit de Biamonti ou Maison des autres de Silvio d'Arzo par exemple... Rien de moins branché ni de plus authentique !
colibri
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Sandro Veronesi [Italie]   Jeu 29 Mai 2008 - 17:56

bix229 a écrit:
Tu t'es trompée d'auteur parmi les italiens, Coline...

Lis Les paroles de la nuit de Biamonti ou Maison des autres de Silvio d'Arzo par exemple... Rien de moins branché ni de plus authentique !
colibri

Ca m'apprendra!... Very Happy
Je suivrai tes conseils plutôt la prochaine fois...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sandro Veronesi [Italie]   Mer 25 Juin 2008 - 18:51

Chaos calme

En lisant le résumé, j'avais d'abord pensé à cette histoire de Paul Auster dans La trilogie new-yorkaise où le personnage se clochardisait peu à peu en renonçant à toute activité. Je m'attendais donc à quelque chose de métaphysico-poétique. Ce n'est pas vraiment le cas et c'est une lecture bien plus légère et drôle en fait.
Comme Coline, les critiques dithyrambiques sur ce roman et la comparaison avec Beckett m'ont laissée un peu perplexe. Mais j'ai quand même passé d'agréables moments en le lisant.

Certains aspects peuvent agacer, c'est vrai.
Comme le côté branché avec de nombreuses allusions à la pop culture, aux nouvelles technologies. L'écriture peut rappeler ces écrivains américains qui dépeignent les affres des milieux yuppies (Jay Mc Inerney ou Bret Easton Ellis ). Certains critiques évoquent Russel Banks, mais comme je n'ai pas (encore) lu ce dernier, je ne saurais confirmer.
C'est aussi une histoire bien dans l'air du temps, puisque qu'elle fait l'éloge du "lâcher-prise".

Se plaçant dans une "situation de flottement" qui lui permet d'échapper à la souffrance, Pietro, le narrateur, se retrouve observateur sur son banc de square, détaché. D'où le fait qu'on ne compatisse pas vraiment pour lui, comme le dit Coline, et que le roman ne génère pas l'émotion qu'on aurait pu attendre d'une telle histoire.
Ce n'est donc pas Pietro qui nous est sympathique , mais plutôt cette galerie de personnages hystériques, perdus, stressés, qui viennent s'épancher auprès de lui. J'ai apprécié cette ironie douce, assez italienne, elle, employée pour les décrire et qui offre parfois des moments vraiment comiques (comme la réunion de l'association de parents).
L'observation de la vie d'un petit coin de rue fait aussi émerger l'insolite et la poésie du quotidien, même si l'on n'est pas chez Calvino.
Et j'ai bien aimé ce titre de "chaos calme", qui permet au narrateur d'expérimenter un désordre inédit, régressif, puisqu'il est présent "à chaque moment dans l'âme de tous les enfants du monde".

Citation :
Les autres parents arrivent d'un seul coup, tous ensemble, comme si l'on avait ouvert un enclos où ils auraient été parqués: qui en scooter, qui en voiture, qui à pied tout en téléphonant, créant chacun un problème que l'agent de police n'arrive pas à résoudre. [...] et à quatre heures vingt-cinq, c'est le souk habituel, celui dont je me souvenais, les fois où je venais chercher Claudia. Le chaos. Mais un chaos joyeux, sans drame, car les enfants, même s'ils ne sont pas encore sortis, répandent déjà ici, dehors, la substance qui leur permet de survivre au milieu des adultes, cette espèce d'anti-histaminique naturel qui détend un peu les parents et les fait régresser, les rapprochant et parfois même les rendant carrément complices du chaos dont eux, les enfants, se sentent partie prenante: le chaos de leurs chambres avant l'injonction de ranger, le chaos des sacs d'école de retour à la maison, des trousses, des tiroirs, des cahiers; le chaos simple et calme en somme où ils vivraient tout le temps si on les autorisait, eux, qui, la plupart du temps, ne comprennent pas tout ce qui leur arrive, mais qui, pour cette raison, ont la capacité de tout vivre dans l'intensité. Voilà ce qui se passe, je le comprends maintenant, quand arrive cette heure, à la sortie de toutes les écoles primaires occidentales: les parents abandonnent pour un court laps de temps la conduite civilisée à laquelle ils sont tenus toute la journée et se comportent comme leurs enfants, de façon chaotique, en risquant se faire renverser, d'égarer le chien, de rayer la voiture en tentant de la garer dans une place trop petite; et l'agent de police qui devrait les rappeler à l'ordre n'y peut rien. Mais il suffit que les enfant sortent, eux qui sont pétris de ce chaos - cols déchirés, chaussures délacées, pantalons mouillés de pipi, genoux écorchés, flûte oubliée dans la salle de musique, cris et bousculades - pour que les parents aient peur et se tournent à nouveau vers l'ordre d'où ils proviennent et qui sera pleinement rétabli une fois à la maison, avec le planning domestique qui les rythme jusqu'à l'heure du dîner, sans discussion.
(p.54)
Revenir en haut Aller en bas
Bellonzo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1775
Inscription le : 22/07/2008
Age : 68
Localisation : Picardie

MessageSujet: Veronesi:La force du passé   Mer 23 Juil 2008 - 9:49

Ne pas se fier à ce titre digne d'une collection fleur bleue.J'en profite pour dire que je n'ai aucun mépris pour ces lectures car je pense que le seul fait de se plonger dans les pages d'un roman fût-il dit de gare est déjà un voyage.Sandro Veronesi m'était inconnu mais le Domaine étranger de 10/18 m'a déjà donné tant de bonnes surprises que je n'hésite guère à me lancer dans une nouvelle rencontre littéraire.Bien m'en a pris car LA FORCE DU PASSE est un roman étonnant et interrogatif.Un auteur à succès de livres pour la jeunesse voit soudain l'irruption curieuse dans sa vie d'un personnage bizarre qui prétend avoir bien connu son père qui vient de mourir.Et cet homme lui livre un secret.Le père de Sandro,ultra-conservateur notoire était en fait un espion russe.A partir de là Sandro va vivre quelques jours difficiles dans l'attente d'une vérité.Mais quelle vérité?

Tout au long du livre court ainsi ce mystère sur le passé qui bouleverse le quotidien de Gianni pour lequel les moindres incidents deviennent d'éventuels signes,indices d'hypothétiques évènements antérieurs qui auraient pu se dérouler.On est dans un domaine à la lisière d'un fantastique ordinaire et moderne,pas si étranger à mon avis à certaines nouvelles de mon écrivain préféré Dino Buzzati,déjà souvent cité.Veronesi, probablement cinéphile,fait référence au cinéma d'une curieuse manière,peu confite en dévotions.Et puis la balade en scooter de Gianni dans Rome fait plus penser à Nanni Moretti et même à Woody Allen ,un Allen qui aurait émigré dans la ville éternelle et troqué ses taxis pour un vespa,qu'à Gregory Peck dans Vacances romaines.

Né à Florence en 59 Sandro Veronesi a une formation d'architecte et de traducteur d'ouvrages américains.En 10/18,disponible également Les vagualâmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eeguab.canalblog.com
Sophie
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2230
Inscription le : 17/07/2007
Age : 41
Localisation : Tahiti

MessageSujet: Re: Sandro Veronesi [Italie]   Mer 6 Aoû 2008 - 10:25

Je reviens du blog de Kathel et viens d'avoir une illumination: je possède Les vagualames. Tous ces commentaires mitigés sur Chaos calme m'intriguent et me donnent envie de lire mon roman.

Et j'ai envie de voir le film tiré de Chaos Calme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslecturesdesophie.blogspot.com/
kathel
Main aguerrie


Messages : 349
Inscription le : 16/01/2008

MessageSujet: Re: Sandro Veronesi [Italie]   Mer 6 Aoû 2008 - 20:03

Bonne idée, Sophie, personne n'a critiqué "Les vagualâmes" !
Et voici mon avis sur "Chaos calme" puisque tu en parles ! Surprised

Au début, on imagine un énième histoire, un peu barbante, de quadragénaire qui s’interroge sur le sens de sa vie, alors qu’il est en train de sauver une femme de la noyade, ce qui est tout de même un contexte original ! Ensuite, au fil des pages, on se prend d’intérêt pour lui, on s’interroge sur le deuil, la difficulté à revenir à une vie « normale » après le décès d’un proche, sur le thème « En fait-on assez pour ses enfants, pour ceux qu’on aime ? ». Bien que le personnage de Pietro soit souvent agaçant, car assez infantile, le défilé de connaissances, collègues, amis ou inconnus qui viennent s’épancher dans sa voiture ou sur le banc d’un square, donne lieu à des épisodes parfois tendres, parfois plus incongrus ou burlesques, mais il reste que ce roman aurait gagné à être plus concis, quelques monologues ou réflexions du narrateur raccourcies ou supprimées… Une lecture pas désagréable, au final, mais je ne me précipiterai pas forcément sur d’autres romans de l’auteur.
Je serais curieuse par contre de voir le film qui en a été tiré, avec Nanni Moretti dans le rôle principal, et qui sortira à l’automne…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sandro Veronesi [Italie]   Dim 7 Sep 2008 - 17:45

kathel a écrit:

Je serais curieuse par contre de voir le film qui en a été tiré, avec Nanni Moretti dans le rôle principal, et qui sortira à l’automne…

La bande annonce...
Revenir en haut Aller en bas
kathel
Main aguerrie


Messages : 349
Inscription le : 16/01/2008

MessageSujet: Re: Sandro Veronesi [Italie]   Dim 7 Sep 2008 - 18:01

Merci Nezumi : j'ai reconnu des scènes du livre avec plaisir, finalement ! Il est vrai que j'aime bien Nanni Moretti.
Ma compréhension de l'italien étant quasiment nulle, ça reste un peu vague, bien sûr... Mais intéressant !

Coucou Kenavo : je peux voter, maintenant, alors ? swing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Sandro Veronesi [Italie]   Dim 7 Sep 2008 - 18:03

kathel a écrit:
Coucou Kenavo : je peux voter, maintenant, alors ? swing
cheers on attend le passage de Portouverte qui va te mettre tes nouveaux habits - un passage au bar avec tchintchin et le mois prochain tu peux voter
Spoiler:
 

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Sandro Veronesi [Italie]   Dim 7 Sep 2008 - 18:48

kathel a écrit:

Coucou Kenavo : je peux voter, maintenant, alors ? swing

tu peux oui.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Sandro Veronesi [Italie]   Dim 7 Sep 2008 - 20:23

Queenie a écrit:
kathel a écrit:

Coucou Kenavo : je peux voter, maintenant, alors ? swing

tu peux oui.

Si je me souviens, les votes se passent à partir du 20 de chaque mois. Donc bientôt swing

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madame B.
Zen littéraire
avatar

Messages : 5352
Inscription le : 17/07/2008
Age : 44

MessageSujet: Re: Sandro Veronesi [Italie]   Mer 10 Sep 2008 - 9:22

Chaos calme était précédé d'une réputation sulfureuse (merci au Vatican). En fait il s'agit d'un roman très subtile, très fin malgré tout, dont on n'a pas fini d'épuiser le sens. Moi j'adore le titre (et bien évidemment la phrase de Beckett) et le style. La force d'inertie (le chaos calme) du personnage qui attire à lui toutes les confidences. Il est un roc au milieu de la tempête des sentiments, peut-être le seul sensé au milieu de la folie des autres qui le prennent lui pour quelqu'un de dérangé.
Eros et Thanatos mélés, c'est un classique, pas quelque chose d'innovant.
Il est vrai qu'il y a quelques longueurs mais j'ai adoré. C'est vraiment un grand livre, pas un truc en toc post-crypto moderne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://labougeotte-impressionsdevoyages.blogspot.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sandro Veronesi [Italie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sandro Veronesi [Italie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature italienne, grecque et turque (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: