Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Jacques Chessex [Suisse]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Babelle
Zen littéraire
Babelle

Messages : 5065
Inscription le : 14/02/2007
Localisation : FSB

Jacques Chessex [Suisse] Empty
MessageSujet: Jacques Chessex [Suisse]   Jacques Chessex [Suisse] EmptyMer 11 Juil 2007 - 18:59

Jacques Chessex [Suisse] Chesse10

Rivela a écrit:
Jacques Chessex, né le 1er mars 1934 et mort le 9 octobre 2009 d'un malaise cardiaque est un écrivain et peintre suisse de langue française.

Depuis la parution de ses premiers livres, les poèmes de Le jour proche en 1954, le roman La tête ouverte en 1962, jusqu’à Un juif pour l’exemple l’an dernier, il a marqué la littérature de langue française d’une empreinte unique, forte, originale, puissante et indélébile. Poète avant tout, romancier, écrivain, nouvelliste, préfacier, critique d’art, conteur, peintre, son œuvre vaste et riche a sondé l’âme humaine, racontant le terroir protestant dans des livres aussi marquants que La Confession du pasteur Burg, L’Ogre ; sa fascination pour le catholicisme dans Judas le transparent, Jonas ou Avant le matin ; son intérêt pour les relations affectives et sexuelles complexes dans de bijoux de perversion littéraire comme La Trinité, Les yeux jaunes ou Morgane Madrigal ; son père Pierre Chessex, directeur de gymnase et latiniste, dont la personnalité et le suicide, alors qu’il avait à peine vingt ans, l’on marqué à vie, dans Monsieur ou L’Imparfait ; sa mère, Lucienne Vallotton, dans un de ces derniers, et plus bouleversants, récit, Pardon mère. Sa passion pour les peintres s’est exprimée dans des exercices d’admiration envers Pietro Sarto, Jean Lecoultre, Antonio Saura, Pierre Raetz ou Marc Jurt. Sa peinture elle-même, pratiquée depuis toujours mais exposée depuis le début des années 2000, ressasse avec vigueur la figure mythologique du Minotaure et témoigne de sa relation passionnée avec la mort, le corps féminin et la sexualité.

1963 : Prix Schiller pour La Tête ouverte 1972 : Prix français Alpes-Jura 1973 : Prix Goncourt pour L'Ogre 1992 : Prix Mallarmé de poésie, pour Les Aveugles du seul regard 1999: Grand Prix de la langue française 2005: Bourse Goncourt de la poésie pour Allegria 2007: Grand Prix Jean Giono. Commandeur de l'Ordre des Arts et des Lettres Chevalier de la Légion d'Honneur Membre du jury du Prix Médicis, à Paris, depuis 1996. Membre du jury du Grand Prix Jean Giono, à Paris, depuis 2009.


Bibliographie

Citation :
Index: (cliquez sur les numéros de page pour y accéder directement)

Romans et récits
· La Tête ouverte, roman, Gallimard, Paris, 1962.
· La Confession du pasteur Burg, récit, Christian Bourgois Éditeur, Paris, 1967. Pages 5
· Carabas, autoportrait baroque, Grasset, Paris, 1971.
· L’Ogre, roman, Grasset, 1973. Prix Goncourt Pages 1
· L’Ardent Royaume, roman, Grasset, 1975.
· Les Yeux jaunes, roman, Grasset, 1979.
· Judas le transparent, roman, Grasset, 1982.
· Jonas, roman, Grasset, 1987. Pages 1
· Morgane madrigal, roman, Grasset, 1990.
· La Trinité, roman, Grasset, 1992.
· Le Rêve de Voltaire, Grasset, 1995.
· La Mort d’un juste Grasset, 1996.
· L’Imitation, Grasset, 1998.
· Portrait d'une ombre, Éditions Zoé, Genève, 1999
· Incarnata, Grasset, 1999
· Monsieur, Grasset, 2001
· L'Économie du ciel, Grasset, 2003 Pages 1
· L’Éternel sentit une odeur agréable, Grasset, 2004 Pages 1
· Avant le Matin, Grasset 2006
· Le Vampire de Ropraz, Grasset, 2007 Pages 1, 2, 3, 6
· Pardon mère, Grasset, 2008 Pages 6
· Un Juif pour l'exemple, Grasset, 2009. Pages 3, 4, 5
· Une nuit dans la forêt, avec Manuel Müller, éditions Notari, Genève, 2009
· Le Dernier Crâne de M. de Sade, Grasset, 2010 - Prix Sade 2010. Pages 5

Nouvelles

· Le Séjour des morts, nouvelles, Grasset, 1977.
· Le Voyage d'hiver (Recueil de 4 nouvelles écrites par Serge Rezvani, Jacques Chessex, Jean Freustié et Georges Perec consacrées aux saisons) (Hachette, collection Saisons, 1979, In-12 agrafé, tirage unique à 1000 exemplaires n° hors commerce sur vergé) (rééd. Éditions du Seuil, collection Librairie du XXe siècle, 1993 puis 2009).
· Où vont mourir les oiseaux, nouvelles, Grasset, 1980.
· Sosie d’un saint, nouvelles, Grasset, 2000.

Chroniques et morceaux

· Reste avec nous, Cahier de La Renaissance Vaudoise, 1967. Réédition : Bernard Campiche, 1995.
· Portrait des Vaudois, Cahier de La Renaissance Vaudoise, 1969. Rééditions à l'Aire bleue. Pages 6
· Feux d'orées, L'Aire, 1984 ; rééd. Bernard Campiche, 1995.
· Dans la buée de ses yeux, Bernard Campiche, 1995.
· L'imparfait, Bernard Campiche, 1996.
· De l'encre et du papier, La Bibliothèque des arts, 2001 (Pergamine)

Essais et critique littéraire

· Charles-Albert Cingria, essai, Seghers, Paris, 1967.
· Les Saintes Écritures, Bertil Galland, 1972.
· Bréviaire, Bertil Galland, 1976.
· Adieu à Gustave Roud, avec Maurice Chappaz et Philippe Jaccottet, Bertil Galland, 1977.
· Entretiens avec Jacques Chessex, Jérôme Garcin, La Différence, 1979.
· Maupassant et les autres, Ramsay, Paris, 1981.
· Flaubert, ou le Désert en abîme, Grasset, 1991.
· Avez-vous déjà giflé un rat?, pamphlet, Bernard Campiche, 1997.
· Le Désir de Dieu, Grasset, 2005.
· Écrits sur Ramuz, Éditions de l'Aire, collection "L'Aire bleue", 2005. Pages 6
· Le Simple préserve l’énigme, Gallimard, 2008.
· L’Interrogatoire, Grasset, 2011.

Essais sur la peinture

· La Muerte y la Nada (Antonio Saura), Pierre Canova, Pully, 1990.
· Zao Wou-Ki, Galerie Jan Krugier, Genève, 1990.
· Marcel Poncet, La Bibliothèque des Arts, Lausanne, 1992.
· Olivier Charles, Musée Jenisch, Vevey, 1992.
· Bazaine, Skira, Paris, 1996.
· Figures de la métamorphose, La Bibliothèque des Arts, 1999.
· Le Dernier des monstres (Saura), Cuadernos del Hocinoco, Cuenca, 2000.
· Notes sur Saura, Cuadernos del Hocinoco, 2001.
· Les Dangers de Jean Lecoultre, Cuadernos del Hocinoco, 2002.
· Javier Pagola, Cuadernos del Hocinoco, 2004.
· Thomas Fougeirol, Operae, 2004.
· Dans la peinture de Sarto, Atelier de St-Prex et Chabloz, Lausanne, 2008.
· Jean Lecoultre ou la Haine de la peinture, in Artpassions, n°19, 2009.

Correspondance

· Une vie nouvelle, correspondance avec Michel Moret, Éditions de l'Aire, 2010
· Fraternité secrète, correspondance avec Jérôme Garcin, Éditions Grasset et Fasquelle, 2012

Citation :
mise à jour le 7/11/2011, page 6
Revenir en haut Aller en bas
http://macrofictions.blogspot.com/
Babelle
Zen littéraire
Babelle

Messages : 5065
Inscription le : 14/02/2007
Localisation : FSB

Jacques Chessex [Suisse] Empty
MessageSujet: Re: Jacques Chessex [Suisse]   Jacques Chessex [Suisse] EmptyJeu 12 Juil 2007 - 19:58

Jacques Chessex [Suisse] Roprazrw0

Une belle écriture découverte avec Le Vampire de Ropraz, roman inspiré d'un fait divers datant de 1903.
Ropraz, dans le Haut-Jorat vaudois, 1903.
Citation :
C'est un pays de loups et d'abandon au début du vingtième siècle, mal desservi par les transports publics à deux heures de Lausanne, perché sur une haute côte au-dessus de la route de Berne bordée d'opaques forêts de sapins.
Habitations souvent disséminées dans des déserts cernés d'arbress sombres, villages étroits aux maisons basses.
Les idées ne circulent pas, la tradition pèse, l'hygiène moderne est inconnue.
Avarice, cruauté, superstition, on n'est pas loin de la frontière de Fribourg où foisonne la sorcellerie.
On se pend beaucoup, dans les fermes du Haut-Jorat. A la grange. Aux poutres faîtières. On garde une arme chargée à l'écurie ou a la cave.
Sous prétexte de chasse ou de braconne on choie poudre, chevrotine, gros pièges à dents de fer, lames affûtées à la meule à faux.
Le décor est jeté...


C’était début juillet 2007 sur Parfum de livres…
Cet été-là, la France se couvrait d’une brume de Toussaint. Les vents nous venaient de Bretagne où les précipitations s’étaient déversées deux fois plus que les autres années.
Devant nos étals, les consommateurs boudaient melons charentais, pêches et nectarines.
Laurent Cabrol annonçait de la neige à 1800 mètres.
Un temps à pépin.
Chaperlipopette, la maîtresse d’école maternelle, avait distribué, larme à l’œil, les derniers bonbons à ses vingt huit petits avant qu’ils ne s’engouffrent dans le train des vacances chargés des œuvres graphiques et poésies de l’année.
A Wimbledon, Bartoli entrait en finale.
Depuis Solférino, Jack Lang fuyait le caporalisme.
Sur un étang de la Moselle trois cygnes sauvages avaient achevé leur course et déjà, dans le Rhône où sa moisson démarrait tôt sous ses humeurs de saison, les autorités enjoignaient à Bertrand-Môgendre d'enfermer ses gallinacés.
On réduisait nos espoirs à trois seuls points chauds générateurs des prochains conflits de rentrée: le service minimum, l'assurance-maladie, l'éducation.
- Et tandis que le tribunal d’Aurillac rendait son jugement dans l’affaire Jourde
(si vous traversez le Cantal courez vite et obligez vos enfants à porter un casque),
c’est avec une délectation particulière que je m’engouffrai vers d’autres hameaux:
Ropraz, Carrouge, Ferlens…
Revenir en haut Aller en bas
http://macrofictions.blogspot.com/
Marie
Zen littéraire
Marie

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

Jacques Chessex [Suisse] Empty
MessageSujet: Re: Jacques Chessex [Suisse]   Jacques Chessex [Suisse] EmptyJeu 12 Juil 2007 - 20:00

C'est un régal de te lire, Babelle.......

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Babelle
Zen littéraire
Babelle

Messages : 5065
Inscription le : 14/02/2007
Localisation : FSB

Jacques Chessex [Suisse] Empty
MessageSujet: Re: Jacques Chessex [Suisse]   Jacques Chessex [Suisse] EmptyJeu 12 Juil 2007 - 20:08

Nos gothiques ados, depuis la blogosphère, se tournaient encore vers les Carpathes, quand, dès le mois de mars :
http://www.humanite.fr/2007-03-29_Cultures_Jacques-Chessex-L-heretique-de-Ropraz
dans sa chronique littéraire, Jean-Claude Lebrun titrait :
« Jacques Chessex, l’hérétique de Ropraz ».
Depuis le cœur de village Google Earth s’apesantit sur les allées sombres d’un arboretum sauvage entre la route de Berne et celle de la Main de fer. Je m’en allais vers Ecorcheboeuf à l’opposé du Chemin de l’Hautmont qui ne menait pas seulement au collège mais aussi, au cimetière (il semblerait que l'auteur soit domicilié à proximité).
- Le canton de Vaud dans le Jorat de Chessex, c’est la Suisse comprise entre le Gros-de-Vaud à l'ouest et la Broye à l'est.
Un vignoble s’étend sur 50 kilomètres, dont les chasselas vifs et le Gewurztraminer qui en sont tirés seront quotidiennent servis ici :
http://parfumdelivres.niceboard.com/Un-moment-de-detente-c3/Bar-ou-autres-fantaisies-f17/Le-bar-ici-on-papote-t656-795.htm
dès 19h30 (qu'on se le dise!).
- Vignobles, côteaux, bois.
Aujourd’hui à Ropraz, le webmaster du site local vous prévient :
Citation :
« 360 chats fumés sont heureux de vous accueillir ».
Jacques Chessex [Suisse] Roprazgfrl4.th
Citation :
« Le nom de Ropraz doit son origine à rouvre ou roure (latin) robur, chêne rouge , rouvraie, lieu planté de chênes dont les glands servaient de nourriture aux porcs.Les Ropraziens sont surnommés "Lè Tsa-Foumâ" (chats fumés), sobriquet datant d'une époque où trainaient dans le village de nombreux chats gris. »
Chessex >
Citation :
-On retrouve encore aujourd'hui dans les greniers, les appentis, des grimoires et des recettes de décoction de sang menstruel, de vomi, de bave de crapaud et de vipère pilée. Quand la lune éclaire trop, garde-toi de bric et de brac. Quand la lune arrive tôt, garde le serpent au sac. La folie gagne. Et la peur. Qui a glissé dans la soupente ? Qui a marché sur le toit ? Veille sur ta poudre et ta fourche, avant le secret des gouffres !-


Dernière édition par le Jeu 12 Juil 2007 - 20:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://macrofictions.blogspot.com/
Babelle
Zen littéraire
Babelle

Messages : 5065
Inscription le : 14/02/2007
Localisation : FSB

Jacques Chessex [Suisse] Empty
MessageSujet: Re: Jacques Chessex [Suisse]   Jacques Chessex [Suisse] EmptyJeu 12 Juil 2007 - 20:13

Marie a écrit:
C'est un régal de te lire, Babelle.......
Lisez donc plutôt Le Vampirrre de Ropraz... Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://macrofictions.blogspot.com/
Chatperlipopette
Zen littéraire
Chatperlipopette

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 54
Localisation : Bretagne

Jacques Chessex [Suisse] Empty
MessageSujet: Re: Jacques Chessex [Suisse]   Jacques Chessex [Suisse] EmptyJeu 12 Juil 2007 - 21:51

Quelle belle mise en bouche Babelle! je ne connais absolument pas Chessex et ma foi tu me donnes envie de la découvrir. Je regarderai à la bibliothèque s'il y a des romans de lui.
C'est ce que j'aime ici: découvrir des auteurs nouveaux ( ainsi est-ce arrivé avec Quignard!). Merci parfum de livres! sunny
Revenir en haut Aller en bas
http://chatperlipopette.blogspot.com
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Jacques Chessex [Suisse] Empty
MessageSujet: Re: Jacques Chessex [Suisse]   Jacques Chessex [Suisse] EmptyJeu 12 Juil 2007 - 22:03

Babelle a écrit:
(aparté)
C’était début juillet 2007 sur Parfum de livres…
Cet été-là, la France se couvrait d’une brume de Toussaint. Les vents nous venaient de Bretagne où les précipitations s’étaient déversées deux fois plus que les autres années....

Babelle, tu es futée...
Tu l'as bien "vendu" ton Chessex...Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Sahkti
Envolée postale
Sahkti

Messages : 260
Inscription le : 21/11/2007
Age : 45
Localisation : Belgo-Suisse

Jacques Chessex [Suisse] Empty
MessageSujet: Re: Jacques Chessex [Suisse]   Jacques Chessex [Suisse] EmptyVen 23 Nov 2007 - 17:36

JONAS

Un livre de Chessex, un de plus, entre fiction et réalité. L'errance d'un écrivain vaudois, Jonas Carex, ancien marchand d'art dont l'écriture s'est éteinte et qui se rend à Fribourg. Pèlerinage de quelques jours, retour à la source originelle, celle qui l'a vue grandir et aimer. Il y retrouve, un peu par hasard, Anne-Marie, amour de jeunesse qu'il a quittée trente ans plus tôt. Jonas découvre qu'elle a eu un enfant, le sien et que ce garçon prénommé Etienne est mort à dix-sept ans. Retrouvailles douloureuses sur fond de volutes alcoolisées. Jonas boit. Il ne sait plus faire que ça. Dès le petit matin. C'est triste et désabusé.

Plongée en eaux profondes dans le désespoir d'un écrivain qui n'a plus goût à rien. Chessex nous dresse le portrait d'un homme assez insupportable. Un auteur en lutte avec une inspiration qui fiche le camp. Un homme qui passe beaucoup de temps à se contempler le nombril et à se cacher derrière un verre d'alcool. C'est vite énervant ce type qui ressasse ses malheurs et disserte sur une baleine et un mythe biblique. L'écriture de Chessex est lyrique et emportée, les digressions sont nombreuses et une certaine érudition relève le texte. Ce n'est pas vraiment elle qui m'agace, c'est plutôt le sujet abordé, cette histoire d'un auteur fini buveur invétéré qui aime maladroitement. Sur ce point, Chessex a réussi son coup, il a donné vie à Jonas Carex, au point que le lecteur finit par détester celui-ci et avoir envie de le frapper pour qu'il se remue un peu.
Je me rends compte en refermant le livre que je ressens chaque fois la même chose face à un bouquin de Jacques Chessex: malaise face à la réalité fictionnelle et colère contre un héros détestable. Ces thèmes sont un leitmotiv profondément ancré chez cet auteur suisse romand, il en joue sans aucune difficulté apparente.
Revenir en haut Aller en bas
Sahkti
Envolée postale
Sahkti

Messages : 260
Inscription le : 21/11/2007
Age : 45
Localisation : Belgo-Suisse

Jacques Chessex [Suisse] Empty
MessageSujet: Re: Jacques Chessex [Suisse]   Jacques Chessex [Suisse] EmptyVen 23 Nov 2007 - 17:38

L'ECONOMIE DU CIEL

Pierre Chessex, le père de Jacques Chessex, est un notable, un homme qui peut commettre des horreurs et contre lequel on ne peut ou ne fait rien, justement parce qu'il est notable. On sait que Jacques Chessex a beaucoup souffert de la situation, notamment du souvenir de cris affreux d'une fillette battue et violée (lire de lui "Monsieur").

Comme un exorcisme de ce poids trop lourd à porter, près de cinquante ans après le suicide de son père, Jacques Chessex s'attèle à la rédaction de petits crimes imaginaires et supposés.
Le récit est étrange, il relate un secret longtemps caché, la mort d'une jeune ornithologue prénommée Claire, poussée dans le vide dans la région des Ormonts. Réminiscence d'un crime jamais avoué ni élucidé, une rumeur qui veut que Pierre Chessex ait, en 1942, défenestré une femme qui voulait le dénoncer pour avoir violé une réfugiée tchèque.

Pendant des années, Jacques Chessex a promené cette hantise du vide et du vertige, un besoin de s'affranchir et de raconter, un désir d'oublier, de continuer à vivre. Les relations torturées de Jacques Chessex avec son père l'étouffent. Quelle est la part de mystère et de vérité ?
C'est toute l'ambiguité de l'oeuvre de Chessex: jongler entre fiction et réel. A ce sujet, voir L'Eternel sentit une odeur agréable.

Un récit qui pourrait par moments passer pour ennuyeux, certainement si l'on n'arrive pas à se placer dans la peau de Chessex. C'est autobiographique, beaucoup de sous-entendus et de non-dits, d'éléments inconnus auxquels l'auteur fait référence sans véritablement guider le lecteur.
Revenir en haut Aller en bas
Sahkti
Envolée postale
Sahkti

Messages : 260
Inscription le : 21/11/2007
Age : 45
Localisation : Belgo-Suisse

Jacques Chessex [Suisse] Empty
MessageSujet: Re: Jacques Chessex [Suisse]   Jacques Chessex [Suisse] EmptyVen 23 Nov 2007 - 17:39

L'ETERNEL SENTIT UNE ODEUR AGREABLE

Un ouvrage de Jacques Chessex qui nous livre un bouleversant hymne à la sensualité, en mêlant harmonieusement (et très subtilement) fiction et réalité, en faisant de Roger Vaillant un des héros de son histoire. Un procédé habituel chez Chessex qui l'a utilisé à plusieurs reprises, notamment à propos de son père, ne voulant pas tromper le lecteur mais le promener en sa compagnie au fil de ses pensées et de ses errances. Qu'est-ce qui est réel, qu'est-ce qui l'est-moins, est-ce vrai ? Mais le faux existe-t-il dans la littérature ? L'écrivain ne possède-t-il pas tous les droits à partir du moment où il choisit de raconter une histoire à sa manière ?
Jacques Chessex, sous un habile brouillard de soufre, a-t-il le droit de réveiller des morts pour les attaquer et où devrait-il placer des limites ?
Mêler fiction et réalité est un des jeux préférés de Chessex, il l’a fait dans d’autres textes , notamment à propos de son père. On sent chez l’auteur un besoin d’exorciser comme il peut/veut des tourments qui ne le quittent pas et ne le laisseront jamais tranquille. Avec humour, drôlerie et verve poétique.
Un écrivain qui aime manipuler la poudre, avec, peut-être, une volonté déguisée d'interpeller, voire de choquer, afin qu'on se pose la question de savoir si un écrivain a le droit de tout oser. Et si oui, comment.

Dans le cas présent, l'éditeur pense utile de préciser qu'il s'agit de l'utilisation de personnes réelles dans une fiction. Autant se protéger tant certaines susceptibilités pourraient être froissées par le récit de Jacques Chessex qui présente Vaillant et son épouse comme des pervers sexuels abusant de paysans candides. Ce n'est pourtant pas un secret (je renvoie ceux qui voudraient en apprendre davantage à la biographie d'Yves Courrière, ainsi qu'aux Mémoires d'Elisabeth Vaillant). Si les personnalités des Vaillant sont plus ou moins conformes à la réalité, le décor planté par Chessex sort tout droit de son imagination. A partir de faits avérés, il a construit une fiction, un monde bien à lui tout entier dédié aux mystères du corps et de la sensualité. Avec beaucoup de similitudes, d'allusions ou d'évocations très précises de la vie de Roger Vaillant : sa maison de campagne, son militantisme communiste, ses relations avec un évêque qui acceptera de monter une pièce de Vaillant avec l'aide de la troupe paroissiale, réserve appréciable de chair dans laquelle se serviront allègrement Vaillant et sa femme.
Voyeur ce récit ? Peut-être. L'histoire est narrée par un rescapé de ces folies sexuelles, Jules-Henri Mangin, un serrurier à la retraite, qui explique que si Roger Vaillant était un homme correct dans sa débauche, il en allait tout autrement de sa femme (Lisina), perverse de talent, menaçante et dominatrice. Une femme dangereuse qui peut conduire à la mort (on apprend qu'une jeune fille s'est pendue un soir d'excès, fiction selon Chessex mais le doute est introduit).

Chessex induit (volontairement ?) la confusion en parlant de son admiration pour l'écriture de Roger Vaillant mais sous la plume de son héros, Jules-Henri Mangin, on ressent nettement moins cette affection. Un peu comme si Chessex laissait parler tour à tour l'ange et le démon sur son épaule, comme si il faisait les questions-réponses dans un jeu savamment mené d'avocat du diable. Une dualité que l'on retrouve dans le corps du récit, mêlant spiritualité et sexualité.
La dernière page tournée, l'esprit reprend son souffle, troublé qu'il est devant les informations qui lui sont données. Si il est clairement établi que Mr et Mme Vaillant ont passé leur temps à soudoyer de jeunes ingénues campagnardes dans le but d'abuser d'elles, le personnage de Jules-Henri Mangin, celui qui dénonce tout ça, est une pure création de Chessex. Difficile dans ce cas de faire la part des choses sans émettre des doutes, quelques soupirs et pas mal de questions, d'autant que l'admiration que Jacques Chessex voue à Roger Vaillant est réelle et intense. Chessex est Mangin et vice-versa. Au lecteur de se débrouiller avec ça. Tout en appréciant à sa juste valeur la poésie érotique de Chessex qui nous livre ici quelques superbes passages de douceur et de sensualité.
Revenir en haut Aller en bas
Sahkti
Envolée postale
Sahkti

Messages : 260
Inscription le : 21/11/2007
Age : 45
Localisation : Belgo-Suisse

Jacques Chessex [Suisse] Empty
MessageSujet: Re: Jacques Chessex [Suisse]   Jacques Chessex [Suisse] EmptyVen 23 Nov 2007 - 17:41

L'OGRE

Il y a toujours une vaste part autobiographique dans les romans de Jacques Chessex, même lorsqu'il part à la chasse aux faits divers et les réécrit à sa sauce.
Ici, Jacques Calmet, ça ressemble à Jacques Chessex, pas seulement les initiales, mais ces noeuds paternels à démêler, ce passé dans lequel il s'englue, ces longues errances de la pensée à la recherche de tourments qui pourraient nourrir cette tendance à la flagellation.

Jacques Chessex écrit bien, enfin je trouve. Je déplore simplement le fait que trop souvent, il aime à contempler longuement son nombril et monter en épingle des problèmes que d'autres ne soulèveraient même pas. Il y a une tendance à la dramatisation et à la victimisation qui peut agacer par moments. C'est encore le cas ici.
Il crée un personnage assez simple, presque banal, comme il en existe des milliers. Un prof qui apprécie son métier, la jeunesse mais n'aime pas vraiment la vie, qu'il subit passivement. Pour donner du relief à ce Calmet, Chessex utilise le syndrôme du père disparu, étouffant et castrateur. Un procédé qu'il visitera de nombreuses fois dans les romans qui suivront celui-ci.
Cela ne signifie pas que c'est mal écrit, Chessex a un certain charme de plume, mais malgré tout, je ressens de temps à autre avec lui un effet de supercherie qui m'irrite.
Malgré tout, le roman présente des qualités indiscutables, je le reconnais, mais je n'ai pas été séduite outre mesure, ce sont des choses qui arrivent! :)
Revenir en haut Aller en bas
Chatperlipopette
Zen littéraire
Chatperlipopette

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 54
Localisation : Bretagne

Jacques Chessex [Suisse] Empty
MessageSujet: Re: Jacques Chessex [Suisse]   Jacques Chessex [Suisse] EmptyVen 23 Nov 2007 - 18:48

Voilà de quoi garnir ma LAL sunny
Revenir en haut Aller en bas
http://chatperlipopette.blogspot.com
Babelle
Zen littéraire
Babelle

Messages : 5065
Inscription le : 14/02/2007
Localisation : FSB

Jacques Chessex [Suisse] Empty
MessageSujet: Re: Jacques Chessex [Suisse]   Jacques Chessex [Suisse] EmptyVen 23 Nov 2007 - 19:18

Merci Sahkti. Le Vampire de Ropraz est le seul texte que je connaisse et j'ignorais que l'auteur avait un penchant pour l'auto-fiction.
Revenir en haut Aller en bas
http://macrofictions.blogspot.com/
Sahkti
Envolée postale
Sahkti

Messages : 260
Inscription le : 21/11/2007
Age : 45
Localisation : Belgo-Suisse

Jacques Chessex [Suisse] Empty
MessageSujet: Re: Jacques Chessex [Suisse]   Jacques Chessex [Suisse] EmptyVen 23 Nov 2007 - 20:30

L'autofiction est ce qui coule dans les veines de Chessex! Parfois il le reconnaît, parfois il le nie, selon les humeurs du jour et sans doute aussi par pas mal de pudeur. Je me suis déjà demandée si son goût pour le voyeurisme et le fait divers ne venait pas d'un besoin de masquer ce besoin de s'exposer lui-même à travers ses histoires; il cherche à compenser d'une manière ou d'une autre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Jacques Chessex [Suisse] Empty
MessageSujet: Re: Jacques Chessex [Suisse]   Jacques Chessex [Suisse] EmptyVen 23 Nov 2007 - 20:35

Le Vampire de Ropraz est un roman qui se trouve dans ma liste de souhait depuis plusieurs mois. Vous me motivez à le lire en tout cas miammiam
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Jacques Chessex [Suisse] Empty
MessageSujet: Re: Jacques Chessex [Suisse]   Jacques Chessex [Suisse] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Jacques Chessex [Suisse]
Revenir en haut 
Page 1 sur 6Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Brioche suisse
» Les moyens et l'organisation du Génie Suisse
» Commande Sigma possible en SUISSE ?
» CARMEX en Suisse
» Chaussons à la coquille St Jacques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature belge et suisse (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: