Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Virginia Woolf

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9 ... 17  Suivant
AuteurMessage
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 50
Localisation : Lille

MessageSujet: Virginia Woolf   Dim 2 Nov 2008 - 11:54


Virginia Woolf (1882-1941)

"La vie n’est pas une série de lanternes alignées avec symétrie ; la vie est un halo lumineux, une enveloppe à demi-transparente qui nous entoure depuis les premiers jours de notre conscience jusqu’à la mort. La tâche du romancier n’est-elle pas de communiquer cet esprit changeant, inconnu et indéfini, quelle que soit l’aberration et la complexité qu’il offre, en s’efforçant d’y mêler le moins possible d’éléments étrangers et extérieurs ?"
Virginia Woolf à propos de Joyce

"Je ne regarde point le monde ici-bas, mais le monde invisible." Victor Hugo, Les voix intérieures


Biographie (fluctuanet):

Née à Londres, Virginia Woolf est une petit fille fragile qui ne pourra suivre ses études normalement. Fille du philosophe et écrivain Sir Leslie Stephen, Virginia est marquée par l'enseignement de son père, érudit et austère, qui encourage sa curiosité intellectuelle. Elle perd sa mère en 1895 puis son père en 1904 et s'installe ensuite à Londres dans le quartier de Bloomsbury. Elle souffre déjà de dépression et se consacre alors entièrement à l'écriture. À cette époque, elle reçoit dans sa maison un cercle d'amis (Bloomsbury Group), dont Leonard Woolf qu'elle épousera. Ils fondent la maison d'édition Hogarth Press en 1917 qui publiera K. Mansfield et une bonne partie de l'œuvre de T. S. Eliot. Elle commence à militer pour le droit de vote des femmes et participera toute sa vie à la cause féministe (Une chambre à soi, 1929). En 1922 paraît La Chambre de Jacob, texte novateur qui tente de s'éloigner des canons de la narration (influence de Proust et de Joyce). Son style est constitué de voix intérieures, de rythmes poétiques, d'envolées lyriques. Elle se révèlera comme une des grandes voix sensibles de la littérature avec ses deux romans suivants, Mrs. Dalloway et La promenade au phare, publiés respectivement en 1925 et en 1927. Son roman Les vagues lui donne une reconnaissance auprès du grand public. Également critique, elle dissèque les œuvres de Wells ou de Galsworthy. Régulièrement en proie à de graves crises dépressives, elle se sent devenir folle. Elle poste son dernier manuscrit Entre les actes puis dépose, le 28 mars 1941, une lettre sur le bureau de son mari où elle annonce son suicide (elle se jettera dans la rivière Ouse près de sa maison dans le Sussex). Virtuose des infimes perceptions, experte dans la technique du "courant de conscience", l'œuvre de Virginia Woolf est hantée par la folie et constitue l'un des piliers du roman moderne.

Bibliographie sélective:



Virginia Woolf est avec James Joyce et Marcel Proust, au  tournant du  XXe siècle, l'un des plus grands explorateurs de l'âme humaine et du flux de conscience. Il est bien difficile de résumer une œuvre et une personnalité aussi complexes. On pourrait s'intéresser à l'influence de sa maladie mentale sur sa créativité et à  la manière dont elle l'a décrite, avec tant de lucidité et de souffrance, notamment dans son journal. On pourrait développer ses réflexions sur la condition de la femme et sa contribution à la pensée féministe. Analyser son travail critique sur la création, le roman, la poésie. Rechercher son influence dans les livres d'auteurs  comme Nathalie Sarraute ... Des gens beaucoup plus compétents s'en sont déjà chargés et  je me contenterai de partager quelques  moments de lectures exaltants au travers de mes romans préférés. Choix redoutable mais vous m'aiderez à compléter!

Je mets au sommet de ses œuvres Les Vagues et La promenade au phare même si Mrs Dalloway et Orlando sont évidemment également des livres magnifiques.

Je profite de la diffusion d'une lecture du roman Les  Vagues, par épisodes (15x 20 minutes),  sur France Culture du lundi au vendredi à partir du 3/11 à 20h30, pour en développer le fil narratif et surtout la puissance poétique.
http://www.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/emissions/feuilleton/avenir.php


Bibliographie
 
Citation :
Index: (cliquez sur les numéros de page pour y accéder directement)

1915 The Voyage out
1919 Modern Fiction
1919 Nuit et Jour
1921 Monday or Tuesday
1922 La Chambre de Jacob
1923 Freshwater (1923), une pièce de théâtre écrite pour les proches de l'auteur.
1925 Le Commun des lecteurs  
1925 Mrs. Dalloway   Pages  12, 13, 16
1926 Victorian Photographs of Famous Men and Fair Women
1926 Le temps passe  Pages 11,
1927 La Promenade au phare  pages 3, 8, 9, 10, 12,
1928 Orlando  Pages 14,
1929 Une chambre à soi  Pages 14
1931 Les vagues  pages 1, 2, 3, 4, 5, 6, 14, 16
1932 Lettre à un jeune poète
1933 Flush   Pages 11, 13,
1933 The Second Common
1937 Les Années
1938 Trois Guinées
1940 La Vie de Roger Fry  Pages 14,
1940 Pensées sur la paix dans un raid aérien
1941 Entre les actes
1942 La Mort de la phalène
1943 A Haunted House and Other Stories  Pages 15, 16
1948 The Moment and Other Essays
1948 La Traversée des apparences
1952 Croisière
1953 Journal d'un écrivain
1962 L'art du roman
1976 Instants de vie  Pages  Pages 6, 8,
2004 Le commun des mortels  Pages 9,
2010 Correspondance 1923-1941, avec Vita Sackville-West
2010 Le Bruit du temps
2010 Ce que je suis en réalité demeure inconnu  Page 12,
2012 Œuvres romanesques, en deux tomes
2014 Au hasard des rues : Une aventure londonienne, Page 16




Citation :
mise à jour à la page 16 le  27/12/2012

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).


Dernière édition par kenavo le Lun 9 Juin 2014 - 11:10, édité 10 fois (Raison : mise à jour)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Virginia Woolf   Dim 2 Nov 2008 - 13:12

Enfin un courageux qui a ouvert un fil sur Virginia Woolf, c'est comme toujours intéressant Marko, il faut maintenant la mettre au portail, comme cela je me déciderais à relire et à lire ce que je ne connais pas, j'ai un gros volume où se trouve rassemblée l'essentiel de son oeuvre, il faut juste le petit plus en motivation pour le choisir entre tous ceux qui attendent la lecture. innocent

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Virginia Woolf   Dim 2 Nov 2008 - 16:12

Il paraît que son Journal est également un incontournable. On me l'a chaudement recommandé à plusieurs reprises. Si Woolf arrive au portail, je m'y lancerai.



Citation :
Présentation de l'éditeur
Virginia Woolf a quinze ans lorsqu'elle trace les premières lignes de son Journal. Après de nombreuses interruptions, elle en reprend l'écriture en 1915, et le tiendra jusqu'à son suicide en 1941. C'est l'ensemble de cette période captivante que couvre ce volume alors que ressort parallèlement son journal d'adolescence. Durant plusieurs décennies, elle note jour après jour ses sentiments, ses illuminations. Avec sa finesse et son humour, un art unique du portrait, elle nous fait découvrir les évolutions sociales et les errements de son époque. Elle y évoque son enfance tout comme la situation politique internationale, des débuts de la Première Guerre mondiale à l'intensification des bombardements nazis sur Londres. Dans son Journal, Virginia commente ses lectures, élabore des théories critiques tout autant qu'elle confie ses projets littéraires, ses doutes, ses réflexions sur son travail d'écriture. Elle y inscrit les critiques des journaux ou les commentaires de ses amis sur son œuvre. Accueillant encore la voix de son mari Leonard, qui, par endroits, annote les cahiers. Certaines idées, certains projets de romans semblent naître de l'écriture même du Journal dont la lecture permet d'approcher la genèse et le sens intrinsèque avec une justesse incomparable.
Revenir en haut Aller en bas
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Virginia Woolf   Dim 2 Nov 2008 - 18:08

Je me laisse porter par Les vagues... content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 50
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Virginia Woolf   Dim 2 Nov 2008 - 21:25

Les Vagues



Publié en 1931, les Vagues est de l'aveu même de Virginia Woolf son livre le plus ambitieux et le plus complexe. Elle le décrit comme une élégie, un "poéme-jeu", qui vise à la représentation expérimentale du flux de conscience au travers d'une alternance de monologues intérieurs de six personnages qui sont en fait autant de facettes d'une seule et même individualité qui serait une sorte de moi universel. La vie intérieure est ainsi mise en relation avec les éléments naturels que représentent les vagues, dont le flot ininterrompu et sans cesse renaissant, suggère que la vie n'est pas seulement élan et désir mais aussi une lutte contre la mort.

Les interludes poétiques, décrivant le passage du soleil dans le ciel et les rythmes des marées, structurent le récit en délimitant la durée d'une vie entre Aube et Crépuscule. L'eau apparait également comme élément matriciel, sorte de bain amniotique, qui crée autour de nous ce fameux halo lumineux qui entoure notre conscience.

On peut trouver une illustration de cette démarche élégiaque dans tous les films de Terrence Mallick et notamment dans La ligne rouge où toutes les voix des soldats finissent par n'en faire plus qu'une au milieu de cette nature paradisiaque et maternelle, soumise au chaos de la barbarie humaine et à la mort.

Elle s'inspire de l'œuvre de James Joyce et notamment des expérimentation du portrait de l'artiste en jeune homme.

Les vagues se lit comme un poème hypnotique d'une grande beauté et d'une profonde humanité. Il n'y a pas véritablement de fil narratif mais on peut distinguer chaque personnage au travers de son caractère et de ses obsessions. On accompagne ce groupe d'amis de l'enfance à l'âge adulte, chacun tentant de résoudre certains conflits intérieurs sans toujours y parvenir.

Je vais tenter un résumé du livre qui aidera peut-être à mieux appréhender cette lecture parfois difficile et à profiter des diffusions radiophoniques citées plus haut...

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).


Dernière édition par markofr le Lun 3 Nov 2008 - 13:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Virginia Woolf   Dim 2 Nov 2008 - 21:41

markofr a écrit:
Les Vagues


Les interludes poétiques, décrivant le passage du soleil dans le ciel et les rythmes des marées, structurent le récit en délimitant la durée d'une vie entre Aube et Crépuscule. L'eau apparait également comme élément matriciel, sorte de bain amniotique, qui crée autour de nous ce fameux halo lumineux qui entoure notre conscience.


Le soleil ne s'était pas levé.
le soleil prenait de la hauteur.
Le soleil continuait à monter.
Le soleil levé ne reposait plus sur son matelas d'eau verte.
Le soleil avait atteint toute sa hauteur.
Le soleil n'était plus au milieu du ciel.
Le soleil s'était abaissé vers l'horizon.
Le soleil sombrait.
Le soleil s'était enfin couché.


C'est ainsi que commencent successivement les différents "interludes poétiques"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 50
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Virginia Woolf   Dim 2 Nov 2008 - 22:43

Les personnages du roman Les Vagues:

Ils sont 6, 3 hommes et 3 femmes et ils évoqueront un 7e personnage Perceval.

Louis: esprit solitaire et marqué par un sentiment d'infériorité sociale

Bernard: Le "narrateur" principal qui est habité par une imagination fertile qui tend à l'éloigner souvent de la réalité

Neville: L'obsessionnel, soucieux d'ordre et de régularité. Il souffre également d'une laideur physique qui le complexe et a souvent des pensées torturées.

Suzanne
: Femme exaltée, possessive et exclusive

Jinny: Toujours anxieuse à l'idée d'affronter le tourbillon de la vie

Rhoda: terrorisée par tout!

On rencontre ces 6 personnages (ou plutôt leurs pensées) d'abord enfants dans une salle de jeu puis à l'école et enfin à l'Université.

Bernard se met à s'identifier à des artistes célèbres (Byron, Tolstoï...)

Neville est en quête de perfection poétique

Louis abandonne les études et a du mal à trouver une place en société

Suzanne en retournant à sa maison de campagne s'identifie à la nature et se prépare à devenir mère inconsciemment

Jinny: reste dans le doute et la crainte

Perceval doit partir pour les Indes et les personnages évoquent ce que cela leur suggère.

Perceval meurt d'une chute de cheval


Les 6 expriment le sentiment de vide qui les habite.

A l'arrivée:

Louis: est devenu un homme d'affaire responsable et ressent tout le poids du monde

Bernard: marié et père de famille est resté un rêveur et n'a pas trouvé la réalité


Suzanne devenue mère a acquis plus d'assurance

Jinny
ne parvient pas à s'attacher et continue sa quête inquiète

Neville
trouve l'amour qui est une compensation à sa laideur, à la cruauté des hommes et à la mort de Perceval

Rhoda est devenue la maîtresse de Louis

Voilà pour les quelques repères pour mieux entrer dans la transe!

A noter qu'il existe 2 traductions
La première de Marguerite Yourcenar qui est magnifique (ma préférée) mais qui est aussi du "Yourcenar" avec certaines libertés de traduction qui ont conduit à une révision par Cécile Wajsbrot. C'est cette dernière version qui est retenue pour les lectures sur France Culture. Ne manquez pas cette occasion rare...

Mais surtout lisez ce roman génial! Et vous pouvez oublier tout ce que j'ai écrit ci-dessus car ce qui compte c'est de se laisser flotter dans ce bain de pensées! Tant pis si vous ne savez plus qui est qui! De toutes façons c'est la même personne et toutes ses contradictions...

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).


Dernière édition par markofr le Dim 2 Nov 2008 - 22:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Virginia Woolf   Dim 2 Nov 2008 - 22:50

Merci Marko de donner ces précisions quant aux personnages...Cela peut aider je pense...

Comme je l'ai écrit, je me laisse maintenant "porter par Les vagues"...
Au début de ma lecture, je me prenais un peu la tête à vouloir repérer les personnages, trouver une ligne dans ce qu'ils disent...Or ils sont nombreux et leurs monologues sont courts...Je trouvais l'exercice un peu difficile.
Et puis c'est venu peu à peu...à partir du moment je crois où je n'ai plus eu une attitude volontaire pour surmonter cette difficulté ...Où je me suis abandonnée à ma lecture en faisant confiance à l'auteur... content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 50
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Virginia Woolf   Dim 2 Nov 2008 - 22:53

Si tu as envie de noter quelques passages... De mon côté je tente l'aventure radiophonique demain pour ma 3eme "lecture" (j'avais comparé les 2 traductions)

Et j'oubliais que la très belle nouvelle "la mort de la phalène", qu'on peut lire dans le recueil du même nom, est en fait l'ébauche des vagues qui devaient s'appeler initialement les phalènes!

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Virginia Woolf   Dim 2 Nov 2008 - 23:01

markofr a écrit:
Si tu as envie de noter quelques passages... De mon côté je tente l'aventure radiophonique demain pour ma 3eme "lecture" (j'avais comparé les 2 traductions)

Et j'oubliais que la très belle nouvelle "la mort de la phalène", qu'on peut lire dans le recueil du même nom, est en fait l'ébauche des vagues qui devaient s'appeler initialement les phalènes!

"The moths"...traduit dans mon livre par "Les éphémères"...J'adore ce mot, plus encore que Les phalènes...(Il faut direqu'il me ramène chez Mnouchkine... content )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 50
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Virginia Woolf   Dim 2 Nov 2008 - 23:08

coline a écrit:
"The moths"...traduit dans mon livre par "Les éphémères"...J'adore ce mot, plus encore que Les phalènes...(Il faut direqu'il me ramène chez Mnouchkine... content )

Oui je préfère aussi mais l'idée de la phalène attirée par la lumière jusqu'à risquer sa propre mort est une belle métaphore aussi!

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée
avatar

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Virginia Woolf   Lun 3 Nov 2008 - 8:42

markofr a écrit:
... De mon côté je tente l'aventure radiophonique demain pour ma 3eme "lecture" (j'avais comparé les 2 traductions)
J'ai vu quelque part que tu en parlais mais où?
En tout cas, merci pour cette présentation détaillée Marko.
Je n'ai lu que Mrs Dalloway de cette grande dame, et cela fait un bail!

Tout ce que vous dites à propos des Vagues me tente...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 50
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Virginia Woolf   Lun 3 Nov 2008 - 13:38

aériale a écrit:
markofr a écrit:
... De mon côté je tente l'aventure radiophonique demain pour ma 3eme "lecture" (j'avais comparé les 2 traductions)
J'ai vu quelque part que tu en parlais mais où?

Juste au bas de ma première page en haut de ce fil ... laugh

Petite citation de Marguerite Yourcenar tirée de la préface des Vagues:

Dans ces "Vagues", les quelques personnages ne sont plus que des mouettes au bord d'un Temps-Océan, et les souvenirs, les rêves, les concrétions parfaites et fragiles de la vie humaine nous font l'effet de coquillages au bord de majestueuses houles éternelles. "Vagues" est un livre à six personnages, à six instruments plutôt, car il consiste uniquement en longs monologues intérieurs dont les courbes se succèdent, s'entrecroisent, avec une sûreté de dessin qui n'est pas sans rappeler l'Art de la fugue. Dans ce récit musical, les brèves pensées de l'enfance, les rapides réflexions des moments de jeunesse et de camaraderie confiante tiennent lieu des allegros dans les symphonies de Mozart, et cèdent de plus en plus la place aux lents Andante des immenses soliloques sur l'expérience, la solitude, et l'âge mûr. "Vagues" en effet, autant qu'une méditation sur la vie, se présente comme un essai sur l'isolement humain.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée
avatar

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Virginia Woolf   Lun 3 Nov 2008 - 14:43

markofr a écrit:
aériale a écrit:
markofr a écrit:
... De mon côté je tente l'aventure radiophonique demain pour ma 3eme "lecture" (j'avais comparé les 2 traductions)
J'ai vu quelque part que tu en parlais mais où?
Juste au bas de ma première page en haut de ce fil ... laugh
Euh...oui, merci Marko Embarassed ...mais tu en parlais ailleurs, j'en suis sûre!
(sur le fil "à la radio" tout simplement peut-être? Very Happy )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 50
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Virginia Woolf   Lun 3 Nov 2008 - 15:24

aériale a écrit:
Euh...oui, merci Marko Embarassed ...mais tu en parlais ailleurs, j'en suis sûre!(sur le fil "à la radio" tout simplement peut-être? Very Happy )

Oui! Entre autres... Je fais de la pub un peu partout en espérant pouvoir en parler avec vous après! laugh

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Virginia Woolf   

Revenir en haut Aller en bas
 
Virginia Woolf
Revenir en haut 
Page 1 sur 17Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9 ... 17  Suivant
 Sujets similaires
-
» Virginia Woolf et Borges
» Un tabac proche du Full Virginia Flake?
» Telethon 2008 : 7 et 8 decembre
» Arnold et Willy
» Mardi 18 janvier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: